La dernière perversion des Dominateurs

0

Dans une nation fondée sur l’équité et la justice, la richesse produite est répartie équitablement entre les participants à la production : les dirigeants, les travailleurs et les détenteurs du capital.

La situation actuelle est totalement pervertie par rapport à une organisation “idéale” de la société économique.

Le pouvoir est détenu par les capitalistes, qui financent le développement de la production principalement, voire uniquement, par l’augmentation de l’apport technique.

La technologie a le mérite et le défaut d’être une “pièce à deux faces” :

  • D’une part, elle permet une utilisation meilleure et plus rationnelle des matières premières et de tous les autres facteurs de production, et d’autre part, elle permet d’obtenir des produits (biens économiques) grâce aux performances technico-qualitatives plus élevées et plus satisfaisantes ;
  • D’autre part, elle permet de réduire systématiquement la quantité de main-d’œuvre employée, en augmentant sa productivité ou en réduisant l’apport de facteurs par unité de produit, et en imposant un processus continu de formation professionnelle pour adapter les performances des travailleurs aux nouvelles exigences de la production.

Cela exacerbe un problème historique qui n’a jamais été résolu : celui de “l’armée industrielle”, c’est-à-dire une masse de personnes dépossédées que l’économiste Karl Marx appelait “prolétaires”, propriétaires uniquement de leur progéniture.

Cette masse humaine devient de plus en plus importante dans les sociétés d’aujourd’hui, représentant des couches sociales vastes et variées auparavant exclues : artisans, petits commerçants, petits entrepreneurs et, depuis peu, professions libérales.

Oui, parce que l’Ordre Mondial veut transformer la société en une masse infinie et indifférenciée de “personnes sans patrimoine”, sans propriété d’aucune sorte et dotées d’un “revenu de citoyenneté”, quand elles ne sont pas employées comme force de travail et rémunérées, trop souvent, avec des salaires horaires inférieurs au niveau de survie.

Ce but pervers est essentiellement facilité par certaines circonstances en place, résultat d’actions planifiées depuis un certain temps :

  1. La suprématie du capital dans l’économie, qui fait que dans la distribution de la valeur produite, les capitalistes en absorbent la plus grande part, en termes d’intérêts, de profits et de dividendes ;
  2. D’où des politiques généralisées de bas salaires par rapport à l’augmentation constante de l’apport technique dans les productions réalisées, également soutenues (les bas salaires) par le processus de délocalisation productive, principale “menace économique” pour les populations du fait du processus inhumain de mondialisation mis en œuvre à ce jour ;
  3. La complicité des grandes et petites banques, qui ne cessent de réduire le stock de crédits
  4. accordés à l’économie, dans la capacité de financer la consommation et la production des entreprises. Les banques, dans un acte de perversion de leur “mission d’entreprise” originale, recherchent des profits spéculatifs sur les marchés financiers en utilisant l’épargne de citoyens peu méfiants sous forme de dépôts ;
  5. Il en résulte un taux de mortalité élevé des petites et microentreprises, car elles se voient refuser les ressources financières nécessaires à la poursuite de leurs activités, même en l’absence de développement. La conséquence la plus immédiate est l’augmentation du chômage et l’élargissement de l'”armée industrielle” ;
  6. Dans un tel scénario, les grandes entreprises prospèrent, augmentent leurs profits et renforcent leur pouvoir d’influence, avec les conditions favorables à une nouvelle réduction des salaires horaires en raison de la masse toujours croissante de chômeurs. Le fait est que la grande entreprise, projection du capital en suprématie, est indépendante du crédit bancaire dans le processus de thésaurisation des ressources financières nécessaires pour soutenir son développement : et en effet, elle a la taille pour attirer des capitaux sur les marchés financiers officiels, à faible coût et, si nécessaire, pour recourir aux prêts bancaires pour le montant nécessaire en vertu de son pouvoir d’influence.

 Le scénario décrit se déroule depuis quelques décennies maintenant, et ses conséquences dévastatrices peuvent être observées.

La véritable efficacité de la politique mise en œuvre par les gouvernants réside dans le fait qu’ils ont atteint l’objectif de rompre, pour ainsi dire, le canal reliant les nouveaux flux monétaires émis par les Banques centrales avec une partie substantielle de l’économie réelle, c’est-à-dire avec les familles en tant que consommateurs et les producteurs en tant que promoteurs des activités menées par les petites entreprises et les sociétés mineures.

En effet, pour mettre en œuvre leurs décisions de politique monétaire concernant l’introduction d’une nouvelle monnaie légale dans le système, les instituts d’émission utilisent principalement, voire exclusivement, l'”instrument” des “opérations d’open market”, c’est-à-dire l’achat et la vente d’obligations sur les marchés financiers avec pour contrepartie des banques commerciales et d’autres intermédiaires financiers.

De cette façon, les nouveaux flux de liquidités supplémentaires, nécessaires et précieux dans une économie monétaire et de crédit comme celle que nous connaissons actuellement pour soutenir la production des entreprises et la consommation des ménages, ne parviennent pas à l’économie réelle mais sont “stationnés” dans les banques, qui les utilisent principalement pour financer des opérations spéculatives sur les marchés financiers ; d’où la prise de risques croissants et une plus grande probabilité de faillites désastreuses au détriment de la société économique dans son ensemble, également en relation avec le phénomène bien connu du “too big to fail”.

La vérité est que ces situations récurrentes sont une caractéristique dominante du scénario économique actuel dans les principales nations du monde, créant les conditions pour l’émergence d’une “bulle de crédit” typique : la croissance irrationnelle des prix du crédit, qui ne sont pas en phase avec la situation économique. c’est-à-dire la croissance irrationnelle des prix cotés sur les marchés officiels, totalement déconnectés des fondamentaux sous-jacents, suivie de “chocs” intenses et soudains, caractérisés par une forte réduction des valeurs et la décimation de l’épargne des investisseurs privés non avertis, produisant un processus indésirable de redistribution (transfert) de la richesse vers le grand capital en position dominante sur les marchés (Voir les travaux exhaustifs de Robert Schiller)..

En conséquence de ce qui précède, il est clair pour le lecteur que le principal canal reliant la politique monétaire au secteur réel de l’économie, les ménages et les petites et moyennes entreprises, et qui occupe une place absolument centrale dans les sociétés modernes, a été complètement perverti.

Traditionnellement et depuis la transformation de l’économie industrielle en une économie monétaire et de crédit, la production et la consommation sont basées sur l’octroi de crédits par les banques et d’autres catégories d’intermédiaires, selon l’axiome théorique classique selon lequel “une unité de monnaie est une unité de crédit et de capital”.

L’ordre mondial a cherché à annihiler cette réalité du système capitaliste afin de détruire le dernier bastion de l’autonomie des peuples : la capacité de travail et la gestion avisée de leur vie économique.

C’est-à-dire la capacité de mener des activités commerciales et de fournir de l’emploi et du développement à de larges pans de la société, en toute “liberté” vis-à-vis du pouvoir central et conformément aux lois nationales.

Les Dominateurs désirent une société caractérisée par une masse informe et très importante de “déshérités” sans aucune autonomie économique-intellectuelle-morale-politique, les “nouveaux esclaves”, afin de pouvoir facilement perpétuer leur pouvoir et accumuler des richesses en quotas croissants.

Le phénomène du “revenu de citoyenneté” est un autre aspect indésirable et délétère de cette politique qui dévaste la société civile et économique.

C’est la dernière abomination des Hiérarchies dominantes : utiliser le pouvoir de l’argent pour anéantir la société économique, dernier bastion d’autonomie des peuples opprimés.

About Author

Comments are closed.