La démocratie est-elle la meilleure forme de gouvernement ?

0

Le gouvernement des nations ne peut avoir qu’une seule fin : le bien-être du peuple.

Cela ne présuppose pas l’égalité et l’identité de vues et d’objectifs entre les membres de la société civile.

En effet, les individus ont des profils et des aptitudes intellectuels différents, principalement en raison des différents niveaux de “développement intérieur” :

La perspective spirituelle, si elle est acceptée, aide et facilite la compréhension des rouages de la société humaine.

Mais si l’on fait abstraction d’une perspective “intérieure”, il n’est pas difficile de comprendre que les êtres humains sont caractérisés par des capacités et des talents différents, ce qui stratifie le groupe en plusieurs ordres :

Les travailleurs généraux et spécialisés, la catégorie dite des cols blancs, les intellectuels, les échelons supérieurs de la société civile-politique et économique.

Le problème est que ces mécanismes de stratification sociale, pour ainsi dire “naturels” et spontanés, sont aujourd’hui pollués par un système méritocratique qui ne fonctionne pas correctement, voire pas du tout.

C’est-à-dire que les meilleures personnes ne sont pas placées au sommet en raison de leurs talents et de leurs capacités naturelles, mais les privilégiés, pour des raisons de naissance, de position causale d’avantage ou ceux qui se montrent plus capables de s’affirmer en dominant les honnêtes et les doux, au point de commettre toutes sortes de crimes et de délits.

Dans de tels scénarios généralisés, les violents, les menteurs et les malfaiteurs en général l’emportent.

Cela est dû essentiellement au “jeune âge” (en termes relatifs, bien sûr) de notre humanité, où prévalent encore les attitudes typiques du règne animal : « mors tua vita mea ». (ta mort est ma vie.)

Il existe encore une minorité d’hommes qui ont une aptitude marquée pour la pensée abstraite, l’étude de la philosophie et l’intérêt pour le transcendant et en général pour ce qui n’est pas immanent.

De ces attitudes découle une hiérarchie différente et plus “évoluée” des priorités dans la vie des individus, pour lesquels les biens matériels ne sont plus essentiels, sauf dans la mesure où ils sont nécessaires à la survie physique et sociale ; et par conséquent, il ne s’agit plus d’une lutte pour l’accumulation de richesses ou pour l’exercice d’un pouvoir sur les autres, afin d’assurer la satisfaction de leur propre avidité matérielle.

Cependant, les individus ayant ce type de caractère représentent une petite minorité dans les sociétés modernes et sont donc incapables d’influencer efficacement les mécanismes dominants basés sur l’oppression des plus faibles ou des plus défavorisés.

Nous pouvons en tirer quelques conclusions sur la “qualité” des formes possibles de gouvernement, jugées en fonction de leur capacité à transférer le bien-être économique-social-éthique-moral à la communauté dans son ensemble.

Si l’on considère le niveau moyen de développement intérieur de l’homme contemporain, toute forme de gouvernement autoritaire doit certainement être rejetée et jugée négativement, car elle ne peut qu’entraîner un avantage maximal pour l’élite dirigeante (généralement 10% de la société) et un malaise généralisé et prononcé pour le reste de la population.

C’est l’exemple de tous les Dictateurs et de toutes les Technocraties, représentées par des groupes de pouvoir, formes de gouvernement actuellement présentes dans les différentes nations de la planète. 

Dans un approfondissement ultérieur, nous ne pouvons qu’affirmer qu’un  « Leadership de quelques uns »  représenterait la forme idéale de Gouvernement, mais à la condition inévitable que ces

” quelques-uns ” soient les ” Élus “, les meilleurs dans le sens interne et éthico-moral des termes ;

En ce sens que, par leur développement et leur vocation, ils se montrent capables de gouverner dans l’intérêt supérieur de la Nation, en se mettant au “service du peuple”, dans l’oubli total de leurs intérêts personnels, sinon ceux des besoins liés à une survie digne.

Mais une telle hypothèse semble n’être qu’une “utopie”, puisque nous devons attendre que le processus d’évolution se déroule pendant des éons avant qu’une telle catégorie d'”élus” n’émerge de manière prévalente.

Dans le monde contemporain, les malfaiteurs et les prévaricateurs de toutes sortes, qui, par le crime et le meurtre, le mensonge et la trahison, le vol de la Vérité et l’oppression, se sont arrogés le droit d’opprimer le plus grand nombre au profit d’une minorité, sont considérés comme des “élus”.

Dans de tels scénarios caractérisés par un modeste degré d’évolution, la meilleure forme de gouvernement reste ce que l’on appelle la démocratie, définie par un grand homme d’État comme “un modèle inévitable mais qui reste néanmoins le pire”.

Le problème est complexe :

  • La représentativité réelle des gouvernements démocratiquement élus ;
  • La cohérence politico-morale des vainqueurs des élections, comprise comme la capacité à rester fidèle à l’engagement électoral pris devant le peuple ;
  • Les capacités concrètes de gouvernance et de leadership.

Dans de nombreux cas, les systèmes dits parlementaires permettent la formation de “majorités” hétérogènes qui, dans des cas de plus en plus répandus, ne s’avèrent pas capables de représenter et de résoudre les véritables problèmes du pays, si ce n’est en prenant des décisions asservies à leurs intérêts électoraux et aux groupes de pouvoir qui leur sont associés.

Le Gouvernement de la Nation apparaît ainsi comme une “campagne électorale” sans interruption, propageant des mensonges et des demi-vérités, ponctuellement ignorés à la première occasion, soutenus par un système médiatique complice qui “martèle” le public avec des nouvelles inutiles et souvent non conformes à la réalité du pays, dans le seul but de tromper la formation d’un jugement correct chez le citoyen.

En règle générale, la Nation se retrouve vivre dans une sorte de “fiction”, s’enfonçant de plus en plus dans la pauvreté et le malaise social.

Les actions de la politique économique, dans ces cas très répandus, n’ont qu’un seul objectif :

Transférer la richesse produite dans le pays du “bas vers le haut”, des classes les moins aisées vers les riches et en position de domination.

Existe-t-il une solution à cette situation déplorable dans la plupart des pays dits démocratiques aujourd’hui ?

La seule action qui peut être promue pour ramener la situation à un minimum d’ordre est l’organisation d’un système d’information réellement libre et asservi aux seuls intérêts de la nation.

Dans ce cas, les citoyens peuvent prendre conscience des lacunes des dirigeants et promouvoir leur remplacement lors de nouvelles élections régulières.

Certes, les conséquences des dommages causés par une période de mauvaise gestion demeurent, mais l’élection libre et consciente de nouveaux dirigeants peut, à moyen terme, y remédier.

La classe politique veillera alors davantage à ne pas négliger les principaux intérêts de la nation, en gouvernant de manière à accroître le bien-être de chaque classe sociale.

Mais dans une société dominée par des comportements égoïstes et centrée sur l’intérêt de l’ego personnel, oubliant que le “bien commun est d’abord un bien personnel”, la règle de vouloir l’emporter à tout prix s’applique.

Il s’ensuit que lorsque la classe dirigeante est “éliminée” et donc remplacée lors d’un scrutin, les nouveaux dirigeants ne tarderont pas à promouvoir le même comportement nuisible à l’intérêt public que leurs prédécesseurs.

Pour cette raison, les classes dirigeantes qualifient de “populistes” ceux qui recherchent le bien-être collectif et proposent des actions politiques contre cette approche, s’arrogeant le droit de connaître l’intérêt suprême de la nation, mais qui coïncide avec le leur.

Le terme “populisme” est donc utilisé dans un sens clairement péjoratif pour deux raisons :

  1. d’abord, parce que ces messieurs considèrent le peuple comme “non capable de comprendre et de vouloir“, puisqu’il n’est pas doté d’une sagesse et d’une intelligence suffisamment développées ; oubliant toutefois que la situation déplorable de l’ignorance découle d’informations fausses et manipulées, dont le seul but est de dissimuler la Vérité et de propager que l’intérêt de quelques-uns coïncide avec celui du plus grand nombre ;
  2. d’autre part, parce que les règles les plus élémentaires de la responsabilité envers la nation et l’intérêt public, comme assurer une éducation convenable et correcte à chaque citoyen, créer les conditions d’une réelle égalité des chances, sont maintenues dans l’oubli par l’homme égocentrique.

La vérité est que derrière la condamnation du “populisme” se cachent les intérêts partisans les plus bas et la soumission la plus lâche aux intérêts de l’élite.

Il faut donc espérer que cette petite minorité d’hommes plus évolués et conscients du concept de bien-être collectif trouvera l’impulsion et l’opportunité de se proposer comme gouvernants du pays, ce qui est possible si le Régime établi n’est pas si fort et envahissant pour contrôler l’Économie, les Finances et le système d’information, comme c’est le cas aujourd’hui dans la grande majorité des Nations de la Planète.

Néanmoins, nous ne pouvons que continuer à considérer la démocratie parlementaire comme la seule forme de gouvernement possible qui puisse jeter les bases d’une véritable représentation du peuple, condition préalable à la construction d’une société équitable et véritablement pacifique.

Il ne reste plus qu’à espérer que, tôt ou tard, les hommes de bon sens et d’honnêteté l’emporteront.

About Author

Doctorate from MIT-Massachusetts. Sociologist and professor in several Anglo-Saxon universities. Today, he studies and conducts research on the themes of anthropology in Israel.

Comments are closed.