UNRWA, UNHCR, arsenic et vieilles dentelles

0

Ce que beaucoup de gens ne savent pas et sur lequel il convient d’apporter des précisions, c’est que le 14 décembre 1950, l’Assemblée générale des Nations unies a créé le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ( UNHCR ), une agence spécialisée dans la gestion des réfugiés.

Le UNHCR, qui a commencé à fonctionner le 1er janvier 1951, assiste aujourd’hui, selon les dernières données datant de 2020, plus de 60 millions de personnes en leur fournissant une protection internationale, une assistance matérielle mais aussi des solutions durables aux conditions dramatiques dans lesquelles ces personnes sont contraintes de vivre.

Il convient de rappeler que le UNHCR a reçu le prix Nobel de la paix en 1954 et en 1981, et que parmi les réfugiés dispersés dans le monde et dont il a la charge, il n’y a aucun Palestinien.

Pourtant, l’ONU s’occupe également de cette partie de l’humanité mais, au contraire, dans le cas des Palestiniens, un organe entièrement dédié a été créé : UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East), l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, qui s’occupe du développement, de l’éducation, des soins de santé, des services sociaux et de l’aide d’urgence à plus de cinq millions de réfugiés palestiniens vivant en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec un budget substantiel et des dons de plusieurs millions de dollars par an qui proviennent du monde entier.

L’UNRWA est la seule agence qui se consacre uniquement à l’aide aux réfugiés d’une région ou d’un conflit spécifique.

Pratiquement, depuis 1948, date de sa fondation, l’UNRWA fait pour les réfugiés palestiniens ce que le UNHCR fait depuis 1951 pour les réfugiés du monde entier et, étant donné qu’il s’agissait de la première organisation de ce type, on peut dire que les Palestiniens ont été les premiers réfugiés reconnus comme tels et auxquels il s’est engagé à fournir une assistance, plus étrange encore,  lorsqu’il a été décidé d’étendre l’assistance aux réfugiés du monde entier  l’UNRWA n’a pas été incorporé dans le nouvel organisme, mais a conservé sa propre organisation distincte, avec son propre financement et sa vie autonome, où peu de gens, comme l’histoire de ces dernières années le montre clairement, peuvent “mettre leur nez” ou poser des questions “inconfortables”.

En d’autres termes, si dans sa propre vie l’individu a le malheur d’assumer le statut de réfugié, il vaudra mieux qu’il soit qualifié de “Palestinien” afin de bénéficier d’une assistance plus rapide et plus personnalisée, soutenue par de riches “budgets” et, en cas de besoin, recevoir un soutien pour un emploi stable.

Parce qu’on sait, ou du moins ceux qui veulent savoir savent, qu’en utilisant des fonds internationaux, l’organisation de l’ONU dans les territoires palestiniens emploie, ou plutôt fournit des salaires à des centaines de personnes qui vivent, se multiplient et deviennent des “réfugiés” par héritage, de génération en génération.

Depuis sa création, il y a eu des frictions et des malentendus (ou plutôt des conflits) entre l’UNRWA et l’État d’Israël, principalement en raison du fait que l’organisation internationale elle-même n’a jamais traité les problèmes des réfugiés juifs arrivant des pays arabes, dont ils ont été pratiquement expulsés.

En juin 1941, quelques années avant la constitution de l’État d’Israël, un détail très important surtout pour ceux qui pensent que les problèmes entre Juifs et Arabes n’ont commencé qu’après l’indépendance de l’État juif, une manifestation pro-nazie et anti-juive a eu lieu en Irak. Un véritable pogrom qui a causé la mort de 180 personnes.

Ce qui s’est passé en Irak n’est pas un cas isolé puisque des émeutes contre des communautés juives ont également eu lieu en Libye en 1945, au Yémen en 1947 et en Égypte en 1948 et, à plusieurs reprises, également au Maroc, en Tunisie et en Algérie.

De nombreux pays arabes ont favorisé l’émigration de leurs citoyens juifs vers Israël, tandis qu’en Libye, notamment, ils ont été privés de leur citoyenneté et ont même vu leurs biens confisqués dans de nombreux cas. Selon les statistiques officielles arabes, avec l’expulsion et le départ massifs des Juifs des pays arabes et islamiques qui ont eu lieu à partir de la fin du 19e siècle et se sont accélérés après la guerre israélo-arabe de 1948, on compte environ 856 000 Juifs qui ont quitté leurs foyers dans les pays arabes, dont 600 000 se sont réinstallés en Israël. Les biens juifs confisqués illégalement dans les pays arabes sont aujourd’hui évalués à plus de 300 milliards de dollars, et les biens immobiliers abandonnés dans les pays arabes équivalent à 100 000 kilomètres carrés, soit quatre fois la taille de l’État d’Israël.

Toutes ces personnes ont été progressivement intégrées dans la société israélienne sans recevoir aucune aide des organisations des Nations unies spécialisées dans l’assistance aux réfugiés.

Ces événements historiques, qu’il est toujours bon de rappeler, sont utiles pour introduire la nouvelle de ces jours-ci qui n’a pas été suffisamment mise en évidence et qui a été transférée au public avec un “silencieux”, à savoir que Matthias Schmale, le chef de la mission de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés UNRWA à Gaza, a été licencié parce qu’il a été effectivement jugé “dangereux“, avec de possibles conséquences graves pour sa sécurité personnelle.

Schmale, en effet, lors d’une interview à la télévision israélienne a osé dire qu’il avait la nette impression, bien qu’il ne soit pas un expert militaire, que les attaques israéliennes étaient ciblées et très sophistiquées. Confirmant en fait ce que l’armée de l’air israélienne a toujours affirmé, à savoir que ses pilotes déploient le maximum d’efforts pour éviter de frapper la population civile.

C’est exactement le contraire de ce que fait le Hamas en lançant sans discernement des missiles, toujours dirigés vers les villes israéliennes situées à l’intérieur de la ligne verte, c’est-à-dire la frontière internationalement reconnue d’Israël, avec la ferme intention de frapper des civils.

Après onze jours de combats entre le Hamas et Israël, des milliers de roquettes lancées vers l’État hébreu et le bombardement consécutif de la bande de Gaza par les Israéliens, la sincérité d’un travailleur humanitaire présent sur les lieux de l’affrontement a contredit la thèse officielle de la propagande et des médias internationaux, si bien que les dirigeants de l’organisation terroriste Hamas ont déclaré Matthias Schmale persona non grata, car il est coupable d’avoir simplement dit la vérité.

Les dirigeants de l’ONU n’ont pas perdu de temps et, conformément aux souhaits exprimés, ont rapidement relevé de leurs fonctions M. Schmale et son adjoint, qui ont donc été contraints de quitter rapidement la bande de Gaza. Le retrait était nécessaire pour leur sécurité personnelle. Il suffit de s’écarter de la propagande officielle du Hamas pour courir le risque de recevoir une balle dans la tête.

C’est un exemple clair de la façon dont les choses se passent dans la bande de Gaza et cela semble être une autre honte de l’ONU qui prouve une fois de plus qu’elle est subordonnée et fonctionnelle aux intérêts des puissants. Subordonnée et fonctionnelle au Hezbollah au Liban, tant avec les activités des inspecteurs qui n’ont toujours pas compris, ou plutôt n’ont pas voulu comprendre, l’origine de la formidable explosion qui a détruit une grande partie de la ville de Beyrouth le 4 août 2020, dont le souvenir est plongé dans le silence des médias mondiaux, sans que le public connaisse la nature réelle des substances explosées et les noms des responsables ; considérant que les actions de l’UNIFIL sur le territoire libanais restent impuissantes face aux activités “agressives” contre l’État juif, telles que la construction de « tunnels de terreur » entre les frontières des deux nations.

La seule voix “courageuse” qui s’est élevée pour s’indigner est celle de Phillipe Lazzarini, chef de l’UNRWA, qui s’est dit extrêmement préoccupé par les “attaques directes” contre Matthias Schmale et David de Bold, directeur et premier directeur adjoint des opérations de la même organisation à Gaza, soulignant également les circonstances selon lesquelles le personnel des Nations unies opérant dans la bande de Gaza semble être “sous le contrôle” du Hamas depuis un certain temps, comme le démontrent les attaques directes contre la direction de l’UNRWA et une manifestation de protestation devant le siège de l’UNRWA.

L’espoir est que d’autres “hauts fonctionnaires” de l’ONU commencent à prendre le parti de la vérité, il en va du peu de crédibilité qui reste à l’égard de l’organisation des Nations unies.

Les menaces et les manifestations contre ceux qui distribuent des aides de toute nature ont été des épisodes qui n’ont pas eu la diffusion voulue au niveau international en raison de l’inattention des médias officiels.

Dans d’autres contextes et à d’autres moments de l’histoire, lorsque les organisations spécialisées des Nations unies ont eu une “odeur” de danger, comme ce fut le cas au Rwanda, elles se sont retirées du territoire en attendant des temps meilleurs.

Espérons que celles-ci feront de même en ce qui concerne la bande de Gaza car, même si c’est dommage pour la population civile qui en paie toujours les conséquences, et indépendamment de la ” vulgarisation “, de la propagande et de la grosse caisse des médias internationaux, il est bon que le monde entier connaisse la vraie nature du Hamas, la férocité de son organisation gouvernementale de type dictatorial, bien mise en évidence par le comportement de contraste fort envers ceux qui témoignent de certains aspects de la vérité des faits, comme ce fut le cas avec les dirigeants de l’UNRWA.

About Author

Michael Sfaradi est un écrivain voué au journalisme : trois de ses romans ont remporté des prix littéraires. (Prix d'auteur Accademia Letteraria Res Aulica Bologna 2016 et 2018 - Premio Vittoriano Esposito città di Celano 2017). Seul journaliste italophone de l'Association des journalistes de Tel-Aviv, il a une grande expérience de la politique au Moyen-Orient (avec des milliers d'articles publiés en Italie dans la presse nationale), de l'analyse militaire et du reportage de guerre (opération "‘piombo fuso" dans Opinione et "Margine Protettivo" dans LIBERO). Son dernier roman "Mossad. Una notte a Teheran", est publié par La Nave di Teseo.

Comments are closed.