L’État éthique

0

Les sociétés humaines actuelles sont caractérisées par la prévalence d’attitudes égocentriques et prévaricatrices, qui trouvent leur origine et leur force dans une orientation de l’homme essentiellement centrée sur l’aspect matériel de l’existence, la dimension morale spirituelle et éthique étant oubliée (voir, Aronne D. et Cohen S.C., dans The Global Review, http://theglobal.review).

Les systèmes éducatifs en vigueur ne se montrent pas capables de corriger cette condition indésirable de déséquilibre ; au contraire, ils contribuent à l’accentuer, car l’éducation est normalement étrangère aux aspects immatériels et “transcendants” de l’existence humaine et à un véritable approfondissement de la réalité dans laquelle l’homme est immergé, ayant essentiellement oublié l’enseignement et l’étude du véritable humanisme (Heidegger M., 1927 ; 1930).

En revanche, il y a un fort besoin d’un État qui sache assumer le rôle de ” pater familias “, afin de réguler la vie de la Nation par le biais du Droit naturel et en veillant à ce que le Droit soit respecté et appliqué, sous peine des sanctions nécessaires (Wil A.-Gelissen J.,2002 ; Aravacik E.D.,2018).

Un État véritablement éthique devrait avant tout se préoccuper de fournir aux citoyens un système éducatif efficace, capable de façonner une société équitable fondée sur le respect des prérogatives d’autrui et du bien commun (Munoz De Bustillo Llorente R.,2019).

Mais ce n’est pas le cas.

À y regarder de plus près, les systèmes politico-législatifs modernes ont pour objectif principal l’organisation d’un système répressif efficace basé sur des sanctions plutôt que sur une activité d’éducation-formation soignée et, de manière subsidiaire, de rééducation en cas de transgression de la règle.

La vérité ultime est que, trop souvent, la police et les tribunaux n’agissent pas dans le but de protéger l'”État de droit”, véritable garantie de tout citoyen libre, mais pour assurer la survie du régime politique et du pouvoir du moment.

Par conséquent, la loi est le prétexte pour réprimer les comportements – les actions – les mouvements politiques et la pensée et en général toute activité contraire à la philosophie des gouvernants du moment, afin de renforcer le pouvoir et les intérêts des classes en position de suprématie (Tonello F., 2012 ; 2019).

Pour cette raison, ce n’est pas un simple euphémisme de dire que les prisons débordent d’innocents, alors que de nombreux vrais criminels et délinquants se cachent dans les institutions publiques, seulement conçues ostensiblement pour protéger les principaux intérêts de la société ; un bien commun qui est continuellement outragé par une classe bureaucratique et politique dans laquelle se cachent les serviteurs du pouvoir établi et, ce qui est encore plus grave, par un pouvoir judiciaire qui apparaît d’une certaine manière comme le bras armé de l’appareil répressif pour le meurtre de tous ces hommes “non alignés”.

Dans les sociétés actuelles, les tribunaux sont des lieux de “libre arbitre”, où se réalisent trop souvent les souhaits personnels de certains juges et la protection des intérêts des dirigeants.

Mais en laissant de côté nos dernières considérations, qui ne négligent pas de décrire la situation réelle des sociétés modernes, en termes généraux, il faut affirmer que de la même manière dont les règles de la coexistence civile sont souvent transgressées, nécessitant la répression de l’action criminelle et sa sanction, de même dans le domaine de l’économie et du travail visant à la production et à la distribution des richesses, trop souvent les raisons de l’équité sont offensées (Francis Bacon, 1561-1626 ; Rugaber C.S.-Boak J., 2014 ; Daimler C.S.-Boak J., 2014). Boak J.,2014 ; Davies J.B.,2016).

 Dans ces cas, cependant, les attitudes dominantes sont encouragées par la mentalité commune, acceptées par la législation en vigueur et soutenues par le contenu même de la gouvernance économique, comme c’est le cas des politiques monétaires, ainsi que justifiées et même théorisées par des parties accréditées de la littérature économique (John Stuart Mill, 1859 ; Fisher I.,1911 ; Keynes J.M.,1936 ; Friedman M.,1962 ; Minsky H.P.,1986) .

Le résultat de cet état général de dégénérescence de la situation dans les sociétés actuelles est sous les yeux de tout lecteur attentif.

D’énormes déséquilibres dans la distribution de la Richesse, un chômage généralisé et de grandes poches de pauvreté profonde et irrémédiable, présents dans tous les contextes économiques (Piketty Th., 2013).

Et ceci est le résultat de l’application des principes théorisés par cette partie de la littérature définie comme “libérale”, qui tient au concept farfelu de l’efficacité des marchés et de la libre économie privée, prônant la non-intervention des pouvoirs publics dans les affaires économiques de la Nation.

De nombreux auteurs accrédités s’opposent à cette approche (en premier lieu Galbraith J.K., Stigitz J.E., Sen A., Krugman P.).

C’est comme si l’on invoquait la non-intervention des forces de police et des tribunaux dans la répression du crime et de la criminalité.

voulant soutenir que les vols, les cambriolages, les meurtres et toutes sortes de crimes et de violences prévaricatrices doivent être laissés à la justice privée des individus et à la capacité de la société à “s’autoréguler”.

Une véritable hypothèse de perversion.

Au contraire, l’Économie, ainsi que la société, a besoin de règles précises et claires, qui établissent les procédures et les limites pour une distribution équitable de la Richesse produite et pour un bon fonctionnement des marchés, économiques et financiers, ce qui n’est pas le modèle actuel basé sur ” l’escroquerie ” des personnes et ” l’expropriation ” de la Valeur qu’elles produisent (Stiglitz J.E.,2019).

Un État véritablement éthique et “moderne”, manifestation d’une société “civile”, doit donc poursuivre son action selon certaines lignes et politiques essentielles, telles que :

  • Un processus efficace d’éducation et de formation des jeunes et de chaque citoyen qui accorde la plus grande attention à la connaissance et à la diffusion des principes d’un véritable “humanisme”, dans lequel prévaut le concept selon lequel “le bien commun est le premier bien personnel” ; dans de tels contextes sociaux idéaux, l’activité répressive des appareils judiciaires prend une importance secondaire, puisque l’individu se montrera capable de s’autoréguler, en réprimant spontanément les attitudes qui s’opposent aux libertés et aux prérogatives des autres.
  • Une éducation scolaire qui, parallèlement à l’étude des disciplines humanistes, s’attache à la connaissance des principes fondamentaux de l’économie, c’est-à-dire de la production de la valeur-revenu et des systèmes efficaces de sa répartition équitable, afin que chaque participant à la production reçoive une part de la richesse produite propre à lui assurer des conditions d’existence dignes. Cela implique l’adoption d’attitudes responsables au sein des organisations de travail privées et publiques, puisque chaque individu est conscient de son rôle et de sa contribution dans le processus continu de production et de distribution de la Valeur-Richesse, au bénéfice de la communauté de référence et de la Nation entière.
  • Une gouvernance économique efficace et intrusive dans les processus de production du revenu et dans les phases de sa distribution, pour éviter et réprimer les comportements de préjudice et d’offense à l’intérêt économique des travailleurs de tout type et de tout degré, en abaissant la suprématie du capital qui s’élèvera au rôle de facteur de production capable de maximiser les résultats en termes quantitatifs et qualitatifs, mais toujours dans le même temps, au rôle de facteur de production capable de maximiser les résultats en termes qualitatifs et qualitatifs, mais toujours subordonnés aux intérêts et à la dignité de l’homme (Yerushalmi D. 2018;2019, in The Global Review).

De ces politiques et de ces scénarios sociaux peut émerger la figure d’un État véritablement éthique, dont l’objectif principal, sinon exclusif, est la victoire sur l’égoïsme et l’égocentrisme humains, source de la criminalité et de tous les crimes, et la distribution correcte des richesses produites, avec l’emploi équitable de ses citoyens en tant que travailleurs et dans le plein respect de leurs prérogatives humaines.

About Author

Doctorate from MIT-Massachusetts. Sociologist and professor in several Anglo-Saxon universities. Today, he studies and conducts research on the themes of anthropology in Israel.

Comments are closed.