Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Souvenirs D’Alcide de Gasper

RÉSUMÉ

L’homme d’État qui, bien qu’animé d’une profonde foi catholique, a su défendre, à des moments cruciaux, la laïcité de la politique.

On est souvent amené à penser qu’un homme politique, s’il est animé d’une foi religieuse profonde, sera enclin à être conditionné par l’autorité religieuse lorsque ses choix peuvent affecter certains intérêts, au détriment de l’autonomie de la sphère politique. Cela arrive, même fréquemment, mais ne peut être considéré comme une “règle”. Des hommes tels que Moro, Fanfani, Donat-Cattin et De Gasperi ont donné un exemple de haute rectitude morale, ne se laissant pas conditionner par leur foi religieuse, intensément vécue dans la vie privée, sans que cela ne vienne troubler la justesse de leur action politique.

Cet article rappelle deux épisodes mineurs de la vie d’Alcide De Gasperi qui démontrent sans équivoque sa droiture, sa capacité à défendre la laïcité de la politique, même face à une forte pression des hautes sphères de la hiérarchie de l’Église. Il faut donc se souvenir de ces épisodes comme des moments importants de sa biographie politique.

MOTS CLÉS

De Gasperi, laïcité, Église-État, chrétiens-démocrates, Italie, politique.

By Prof. Nilo Cardillo

Né en 1943, il a fréquenté le Lycée classique de Formia. Il est diplômé en philosophie de l'université de Naples en 1968. Elève d'Aldo Masullo, il a élaboré une thèse sur la philosophie des sciences, développée en collaboration avec le département de physique : "Déterminisme, indéterminisme et liberté dans les apports de la cybernétique à la philosophie". Il a ensuite enseigné "l'histoire et la philosophie" et a été directeur, toujours pour des concours nationaux, des Lycées de Venise, de Frosolone (IS), de Pontecorvo (FR), et enfin, pendant 14 ans, du Lycée classique "Vitruvio Pollione" de Formia (LT). Il a obtenu des bourses en Italie et à l'étranger. Il a publié de nombreux articles sur la philosophie, la pédagogie, la psychologie et la didactique dans des revues nationales. Ces dernières années, il s'est occupé de l'histoire de la renaissance en publiant l'essai : - Risorgimento e modernità. Le origini italiane della scienza dei computer, dans le rapport des travaux de la conférence sur Raffaele Gigante, D'Arco Edizioni, Formia, 2013, p. 230.
Il est membre de la Société napolitaine d'histoire nationale.
Et "membre du Comité scientifique de l'Association culturelle "Pietro Ingrao".