HomeLivres et Mémoires de RechercheRéunir le capital et le travail

Réunir le capital et le travail

L’alternative traditionnelle au capitalisme entre la gauche nationale et le catholicisme social

RÉSUMÉ

Le capitalisme est né à la fin du Moyen Âge, lorsque les marchands-banquiers ont progressivement réduit les artisans à des salariés. La séparation entre la possession de ressources financières, garanties par le monopole privé du crédit, et les moyens de production, d’une part, et le travail, d’autre part, est l’essence du capitalisme. Le moyen de la surmonter ne réside pas dans la « statisation » des biens de production, mais plutôt dans la réunification « légale » du capital et du travail, par la copropriété des entreprises de tous ceux qui y contribuent.  Seul le « crédit » doit être « publié » afin de le faire fonctionner au service de l’économie réelle et non à des fins spéculatives et antisociales. Au cours du XXe siècle, différentes cultures politiques, de matrice philosophique et spirituelle souvent divergente, ont développé des idées, des propositions, des études et même tenté des réformes pratiques visant à « associer » les facteurs de production, dans une vision organiciste. Parmi elles, il y a lieu de souligner, également pour les réflexions qu’elles ont laissées dans l’actuelle Constitution républicaine de 1946, la soi-disant « gauche nationale », d’héritage mazzinien et roussevien, qui constituait l’aile gauche, révolutionnaire, du fascisme, en tension critique avec le régime conditionné par les partisans conservateurs ; ainsi que le “catholicisme social” qui a ses racines dans les organisations ecclésiales du XIXe siècle et qui s’est développé au XXe siècle, en particulier au sein de l’Université catholique du Sacré-Cœur jusqu’à atteindre les courants plus sociaux du parti catholique qui a gouverné l’Italie dans la longue période de l’après-guerre.

MOTS CLÉS

capitalisme, gauche nationale, catholicisme social, copropriété, cogestion, organicisme, social-démocratie.

Prof. Luigi Copertino
Luigi Copertino (Busto Arsizio, Varese, 1963) lives in Chieti. Doctor of Law, with a thesis in philosophy of law, regional official and journalist, he specialized in "Studies of legal and monetary values" at the chair of General Theory of Law at the Faculty of Law of the University of Teramo . Dealing with theological-philosophical-legal-political-economic thinking in close relation with the concrete nature of history, he collaborated with the chair of history and institutions of African and Asian countries of the Faculty of Political Science of the University of Teramo and with the Enrico Mattei Institute of Advanced Studies on the Middle-East, in Rome, in the Master Enrico Mattei " in the Middle-East. He taught at the Summer University of the Republic of San Marino on issues related to the historical-religious identity of Europe. Similar to didactic activities for the Summer University of the Republic of San Marino, on issues related to the historical-religious identity of Europe. He is a contributor to many cultural magazines and is the author of several books on themes of spirituality, history, political philosophy and currency.
RELATED ARTICLES

Most Popular