Les épouses de Dieu

0

Les conquêtes et la considération sociale que les femmes occidentales ont gagnées au fil des siècles sont une lointaine chimère pour celles qui sont emprisonnées dans des cultures et des coutumes ataviques souvent très restrictives en termes de droits et de dignité.

Dans cet ouvrage, nous soulignons tout particulièrement l’histoire dramatique des Trokosi, ces petites filles qui, dans certaines régions d’Afrique de l’Ouest, sont vendues à des temples consacrés à des divinités religieuses locales, ce qui affecte de manière irréversible leur parcours de vie.

Les jeunes filles sont offertes en sacrifice à un sanctuaire après une récolte détruite, la mort d’animaux, une période de malchance, une maladie grave, une série de décès dans un clan ou comme mesure préventive par rapport à des événements qui, dans un avenir plus ou moins proche, pourraient nuire à la communauté, au clan ou à la famille, expiant ainsi le pêché et libérant leurs familles des obligations de la punition.

Le système Trokosi se caractérise par les graves abus qu’il génère, et les Nations unies et d’autres organisations humanitaires, de concert avec les gouvernements où le système est le plus profondément enraciné, travaillent, respectent et servent de médiateur sur les différences culturelles évidentes, de sorte que cette tradition odieuse et criminelle, commence à se réduire jusqu’à ce qu’elle soit finalement éteinte.

La publication de cet ouvrage dans la revue qui est aussi l’instrument de communication de l’OIDE (www.oide-gouv.org) est précieuse, ne serait-ce que parce que l’esprit qui a animé la recherche elle-même épouse intégralement les objectifs élevés qui ont permis de donner naissance à cette Organisation internationale qui, dans sa mission, inclut fortement la libération de toute forme d’esclavage, qu’il soit culturel, économique ou social, dans le but d’assurer aux hommes et aux femmes une vie pleine et libre dans laquelle ils puissent réaliser leurs propres aspirations et leur individualité.

MOTS CLÉS

Trokosi, épouses enfantines, esclavage, femmes, droits de l’homme, CHRAJ, Ghana, Afrique de l’Ouest, superstitions religieuses

About Author

Laura Fracassi, a terminé ses études de philosophie, avec une spécialisation en esthétique et une autre en anthropologie culturelle. Experte en théorie des processus communicatifs, elle a acquis un remarquable professionnalisme en matière de dynamique numérique, se qualifiant également comme conceptrice de sites web, gestionnaire de sites web et créatrice de contenu. Au cours des trois dernières années, elle a élargi ses intérêts en suivant plusieurs cours de spécialisation à l'"École d'éthique et d'économie d'Assise" avec laquelle elle collabore depuis plus d'un an et avec l'ISPI à Milan où elle a approfondi les questions liées au développement et à la coopération, aux ONG, au système des Nations unies et aux relations internationales. Une grande passion pour l'art et le théâtre. Elle se targue d'avoir un lien empathique fort avec les petits de la maison, le berger-de-maremme-et-des-abruzzes Byron et le chat Cerise.

Comments are closed.