Christianisme, Propriété, la Grande Réinitialisation

0

En raison de la pandémie en cours, certaines puissances mondiales ont annoncé, en grande pompe, que pour surmonter la crise sanitaire, il faudra réorganiser intégralement le monde et les habitudes de vie des gens. Des technologies nouvelles et inquiétantes, qui semblent viser une transhumanisation bionique, ainsi qu’un nouveau type de capitalisme numérique-financier se profilent à l’horizon et sont désignées, par la propagande, comme les précurseurs du Nouveau Monde ou de la Nouvelle Ère. Entre autres, l’une des caractéristiques du monde à venir devrait être la disparition de la propriété : celle du commun des mortels car, au contraire, l’élite centralisera pour elle-même le contrôle de l’économie et l’accumulation des richesses. Les peuples n’auront plus qu’à vivre des revenus de la citoyenneté, des loyers et des locations de tous les biens. Ils parlent de “partage” alors qu’il s’agit d’un programme de dépossession universelle qui, comme le dit Agamben, fusionne le pire du capitalisme avec le pire du communisme. L’article examine cette dynamique non seulement en termes historiques et économiques mais surtout à la lumière d’une vision spirituelle chrétienne, en mettant en évidence la stratégie “christomimétique” de cette Grande Imposture et, pour cette raison, en s’attardant sur la vision traditionnelle de la propriété dans la Révélation et dans le Magistère de l’Église. Cependant, comme il est souligné, dans l’Église elle-même, la conscience évangélique et prophétique de la manière dont opère le “loup déguisé en brebis” a presque été perdue. Même le Pontife régnant semble errer et être incertain, sans être pleinement conscient de la tactique de déguisement utilisée par l’ancien Criminel, bien que sur la question de la propriété, en marge de l’exégèse d’un passage bien connu des Actes des Apôtres, il ait certainement raison. Cependant, le Pape Bergoglio, dans le climat de désarmement spirituel de l’Eglise actuelle, n’a pas souligné avec toute la force nécessaire la différence substantielle existant entre l’éthique chrétienne et la tromperie de la Grande Réorganisation Mondiale en cours.

MOTS CLÉS

Christianisme, Grande Réinitialisation, propriété, capitalisme financier, communisme, transhumanisation, mondialisation, Nouveau Monde, copropriété, communio, destination universelle des biens, Église, Pape.

About Author

Luigi Copertino (Busto Arsizio, Varese, 1963) lives in Chieti. Doctor of Law, with a thesis in philosophy of law, regional official and journalist, he specialized in "Studies of legal and monetary values" at the chair of General Theory of Law at the Faculty of Law of the University of Teramo . Dealing with theological-philosophical-legal-political-economic thinking in close relation with the concrete nature of history, he collaborated with the chair of history and institutions of African and Asian countries of the Faculty of Political Science of the University of Teramo and with the Enrico Mattei Institute of Advanced Studies on the Middle-East, in Rome, in the Master Enrico Mattei " in the Middle-East. He taught at the Summer University of the Republic of San Marino on issues related to the historical-religious identity of Europe. Similar to didactic activities for the Summer University of the Republic of San Marino, on issues related to the historical-religious identity of Europe. He is a contributor to many cultural magazines and is the author of several books on themes of spirituality, history, political philosophy and currency.

Comments are closed.