Aucun repas n’est gratuit

0

Résumé

Face à la crise déclenchée par la pandémie, l’Europe a mis en place un grand nombre d’interventions pour la relance. Le Fonds de relance est un programme pluriannuel de plusieurs centaines de milliards d’euros sur lequel, après de longues discussions, une convergence a été trouvée entre les pays du Nord dits “frugaux”, qui demandaient de la rigueur, et ceux du Sud, dont l’Italie, qui demandaient au contraire des critères plus souples. La synthèse obtenue pose, pour l’Italie, une série de questions difficiles à résoudre et, en tout cas, impose un changement de cap dans la gestion des ressources publiques qui, à moins d’un revirement historique, semble actuellement difficile à réaliser faisant peser une énorme responsabilité sur le gouvernement actuel, et susceptible d’avoir des répercussions perturbatrices sur la viabilité de la dette publique italienne.

MOTS CLÉS

Pandémie, Fonds de redressement, Facilité de redressement et de résilience, UE, Italie, nord/sud, durabilité

About Author

Directeur adjoint de la Consob, gestionnaire, expert-comptable, commissaire aux comptes et journaliste. Directeur du département de sciences politiques Université internationale pour la paix, délégation de Rome de l'Université des Nations unies. Conférencier dans diverses universités italiennes et étrangères. Membre, également en tant que président, de comités d'audit de sociétés publiques et privées. Membre de divers comités scientifiques d'organismes et d'entreprises publics et privés. Auteur de diverses publications scientifiques et conférencier en Italie et à l'étranger sur l'économie et le droit des marchés financiers ainsi que sur celui des entreprises.

Comments are closed.