Un développement sans condition

0

Dans le monde contemporain, on parle beaucoup de “développement”, en référence à la condition de pauvreté indécente dont souffre la plupart des peuples de la planète ((voir la vaste production de Stigitz J.E.), alors que seulement 1 % de la population mondiale détient la part prépondérante de la richesse produite (Piketty TH., 2013).

Quelles sont les principales causes de cette situation déplorable ?

Tout d’abord, la prédominance du capital, technique et financier, dans l’économie des nations, dont découlent certaines conséquences indésirables (Yerushalmi D., 2018 in The Global Review) :

  • L’absorption de la plus grande part de la valeur en formation par les profits, en raison d’un chômage généralisé et invincible qui produit de faibles niveaux de salaire. Il résulte d’une croissance du produit principalement due à l’augmentation du facteur technique (capital) qui implique tout d’abord une augmentation de la productivité du travail et une réduction du besoin de main-d’œuvre avec une augmentation des niveaux de production (fonction de production Cobb et Douglas) ; cela conduit inévitablement à une augmentation de la part de valeur du capital ;
  • La puissance de la soi-disant “finance sans Etat”, qui prétend dominer la planète par un fort conditionnement de la vie économique des gens, sous la forme d’une propagation de la pauvreté au lieu d’une augmentation du bien-être économique (Rampini F., 2016) ;
  • La prédominance des politiques monétaires dans la gouvernance économique des nations comme principal instrument de mise en œuvre du projet des dirigeants, avec l’utilisation des taux d’intérêt dans la fonction “anti-développement”, à savoir qu’ils prennent le chemin de la hausse dès que les économies montrent des signes clairs de reprise et de croissance (“effet harpon”, Stiglitz J.E.) ; cela détermine un frein à l’expansion des investissements dans les entreprises et à la progression de la consommation des ménages. L’objectif déclaré est de contrecarrer la croissance de l’inflation, mais comme l’a montré la majeure partie de la littérature, cet objectif est “fallacieux” (Stiglitz, Galbraith, Yerushalmi et autres) ;
  • De plus, la prévalence du capital financier détermine la situation indésirable dont les politiques dites de développement sont basées sur le mécanisme de la “dette”.

Cette dernière circonstance doit être soigneusement analysée.

Les institutions internationales et les grands gouvernements utilisent le levier de la “dette” pour dominer les nations pauvres, en particulier celles qui sont riches en ressources naturelles, étouffant l’autonomie des institutions politiques locales et excluant toute perspective réelle de croissance du bien-être économique des populations résidentes.

La cause et l’effet sont aussi anciens que le monde : c’est le système de “l’usure”.

C’est-à-dire que les États qui ont besoin d’aide pour financer les dépenses d’investissements structurels et autres interventions de soutien à l’économie se voient proposer des capitaux de crédit avec des délais serrés, c’est-à-dire avec des délais de remboursement ne dépassant pas le moyen terme (normalement cinq à sept ans), et avec des taux d’intérêt sur la dette onéreux et en tout cas bien supérieurs à la croissance prévue du PIB.

Par conséquent, l’opération de “secours” cache en réalité une action délictuelle, puisque le remboursement ponctuel du capital dû plus les intérêts entraînera inévitablement une réduction des dépenses (sorties) dans le budget général de l’administration publique, principalement celles liées à l’assistance sociale et aux transferts vers l’économie.

En effet, dans une dynamique économique correcte, le prêt devrait être remboursé avec les recettes fiscales suite à l’expansion des transactions économiques sur les marchés nationaux, en raison de la croissance de la production pour des investissements et une consommation plus importants et donc de l’expansion de la demande intérieure.

Mais de tels résultats ne sont pas obtenus dans des délais courts et en tout cas  au-delà de la durée moyenne, de sorte que le prêt au secours de la Nation finit par assumer la fonction d’un “poison” qui abaisse le niveau du revenu par habitant au lieu de l’augmenter.

Ce qui est tout le contraire dans le cas où le remboursement du capital est modulé en fonction de la croissance des recettes fiscales tandis  que les taux d’intérêt appliqués correspondent à la hausse du PIB, de manière à prendre des valeurs inférieures à l’expansion du revenu.

Le mécanisme d’usure est basé sur un coût de financement supérieur à la richesse produite par le débiteur pendant la même période de remboursement de la dette.

La situation décrite synthétiquement caractérise la situation mondiale actuelle ; le cas de la Grèce dans la zone euro en est un exemple emblématique.

Afin de surmonter et d’éradiquer la pauvreté mondiale généralisée et inacceptable, il est nécessaire que l’activité des institutions financières dotées de la personnalité juridique internationale, n’ait pas d’objectifs économiques (profit) ou politiques (domination).

Dans ce cas, il est possible de moduler la taille des interventions en fonction des besoins réels de l’économie locale, avec pour objectif principal d’élargir le marché intérieur de la consommation, grâce à un développement du tissu productif du pays.

C’est la seule véritable condition préalable à la croissance du bien-être économique des populations locales, qui exige du temps et une action habile, sans égoïsme de nature économique et politique.

Ensuite, il faudra prévoir des interventions financières avec des délais de remboursement prolongés et généralement modulés en fonction des résultats réels en termes de croissance économique et d’expansion conséquente du bilan  de l’administration publique.

Les taux d’intérêt convenus devront être faibles et, en tout état de cause, ne jamais dépasser le taux de croissance du PIB prévu.

Il semble également essentiel qu’une partie du capital apporté ne soit pas sous forme de dette, mais sous forme de contribution “non remboursable” : c’est la condition préalable au financement de domaines de dépenses publiques, tels que l’éducation, la formation et la santé, qui ont un impact immédiat sur le niveau de la qualité de vie de la population locale, jetant les bases d’une incitation “sociale” à assumer des attitudes orientées vers la responsabilité économique et collective des individus, fondement de tout développement réel.

À la lumière de ce qui a été dit, il est clair que le scénario mondial actuel manque d’institutions spécifiques orientées dans ce sens et que cette approche du problème de la pauvreté et du sous-développement revêt donc, pour ainsi dire, un caractère utopique.

Cependant, ces dernières années, l’Organisation internationale d’investissement économique (OIDE), dotée d’une personnalité juridique internationale fondée sur de multiples “accords de siège” signés avec plusieurs nations souveraines, a commencé à émerger.

L’OIDE est une organisation économique apolitique “libre” du contrôle direct des gouvernements et des autres organisations internationales.

Sa prérogative essentielle est de pouvoir “mobiliser” d’énormes “ressources financières” privées qui dorment sur des comptes courants bancaires, pour les utiliser dans des interventions économiques rentables à des fins de développement dans les pays les plus pauvres de la planète, mais aussi dans les pays riches.

La qualité de l’intervention est assurée par la structure organisationnelle de l’institution en question, riche en compétences techniques de toute nature et nécessaire  pour évaluer et orienter correctement les investissements.

Les facteurs critiques qui sous-tendent le succès des interventions sont les suivants :

  • Les délais de remboursement sont calibrés en fonction des cycles de croissance prévus de l’économie sous-jacente et, dans tous les cas, en fonction d’un calendrier qui permet aux résultats économiques escomptés de se concrétiser ;
  • les taux d’intérêt fixés sont faibles et ne dépassent pas le “rendement interne” de l’investissement ;
  • une partie non négligeable de l’intervention est réalisée avec des ressources “non remboursables”.

En outre, les ressources mises en place doivent être orientées, avant même les investissements pharaoniques dans les travaux d’infrastructure, vers des interventions de soutien direct à la population locale dépourvue d’un niveau minimum de soins de santé et d’éducation, ainsi que l’électrification du territoire et la distribution d’eau potable : ces conditions qui sont à la base d’un niveau de vie décent des populations démunies deviennent le stimulus essentiel pour le développement de l’estime de soi et l’incitation à s’améliorer et à améliorer le monde environnant.

Ces politiques vont dans le sens opposé à celles mises en place et imposées par le Deep State mondial, mais le temps est venu de reconstruire un monde meilleur et une société planétaire fondée sur la solidarité et la juste répartition des ressources et qui, en même temps, ne dénigre pas les talents des individus, qui peuvent être valorisés dans un système social sérieux et équilibré basé sur de réelles conditions méritocratiques.

About Author

Computer Engineer and Business Woman with extensive experience in various fields within the Israeli and American Hi-Tech industries. Joelle has developed numerous algorithms in the field of medical engineering and has worked for many years in executive positions in business development, marketing, and sales. Today, she collaborates with several humanitarian organizations, and holds the position of Ambassador at the international economic organization OIDE.

Comments are closed.