Les monnaies numériques

0

Avec le lancement de la CBDC, ou monnaie numérique de la banque centrale, l’étape suivante sera la monnaie numérique, émise par les principales banques centrales, telles que celles du Japon, de la Chine, de l’Europe, des États-Unis.

À ne pas confondre avec les crypto-monnaies, qui sont autre chose.

Un système supplémentaire, comme nouveau moyen de paiement, émis à travers la blockchain, stocké dans des portefeuilles électroniques et utilisé via APP, avec des limites de dépenses pour se protéger contre d’éventuelles attaques de hackers.

Avec la monnaie numérique, les liquidités détenues sur les comptes bancaires seraient converties, selon un rapport de 1:1, en crédits auprès de la Banque centrale, qui serait en mesure de produire la monnaie numérique en monopole, sans limites.

Les banques ne seraient (probablement) pas pénalisées par la présence de taux négatifs comme les taux actuels, appliqués sur les avoirs en compte courant.

Pour cette raison, une Bad Bank européenne est prévue, avec une dette commune, une centralisation du crédit, une sorte de Fiat Money d’Etat.

L’effet sera celui d’une réduction supplémentaire de l’utilisation de l’argent liquide, jusqu’à son élimination totale, en le pénalisant par des coûts plus élevés et en l’accablant de nouvelles limites, selon le “refrain” bien connu de la nécessité d’intensifier la lutte contre le blanchiment d’argent et l’utilisation illégale d’argent liquide.

Les monnaies nationales numériques constituent un premier pas vers une monnaie mondiale unique, dans le but déclaré de synchroniser les politiques économiques et les taux de croissance, ainsi que les taux d’intérêt et la fiscalité, mais il s’agit certainement d’une grave atteinte à la vie privée des citoyens en raison des procédures connexes qui imposeront des contrôles d’identité stricts.

La Chine approche de la dernière étape du lancement d’une monnaie fiduciaire numérique, ou monnaie de base, comme on pourrait l’appeler. C’est-à-dire une monnaie numérique émise par sa Banque centrale, dans le but de “flanquer” les espèces (la monnaie légale), dans le but déclaré d’améliorer la rapidité des paiements et de réduire les coûts.

Ce sont les hypothèses officielles.

Il est clair que le succès final de la tentative de numérisation du système monétaire dépend largement de l’acceptation de la monnaie virtuelle par le public : citoyens ordinaires et opérateurs économiques et financiers.

Un rôle fondamental est joué par la “sécurité” du système informatique à la base de la virtualisation monétaire.

De manière synthétique, nous pouvons voir certaines conséquences importantes sur la structure globale du système économique.

  1. Les instruments de la politique monétaire seront élargis avec une plus grande flexibilité dans le contrôle de la liquidité du système, ainsi que sur le niveau des taux d’intérêt ;
  2. Une plus grande efficacité dans la prévention des infractions financières et économiques, telles que les falsifications monétaires ;
  3. Des obstacles plus importants à l’évasion fiscale ;
  4. Sécurité accrue du système de paiement ;
  5. Possibilité pour la monnaie d’assumer le statut de “bien public”.

Toutefois, le prix à payer nous semble élevé, vu l’impact significatif sur les limitations de la “liberté personnelle”, conséquence d’une vie privée qui, en fait, n’existe pas.

Pour les banques commerciales, il existe un risque que l’introduction de la monnaie numérique ait des effets sur la taille de leurs clients et de leurs dépôts, en raison de la ” fuite ” vers le nouveau compte numérique, réduisant ainsi leur centralité dans le système financier et leur position dominante dans l’octroi de crédits aux entreprises et aux familles ; les effets pourraient compromettre l’équilibre économique et la stabilité patrimoniale des institutions individuelles, en raison de la possible contraction des revenus, typiques et non typiques (intérêts, revenus et commissions).

Au contraire, un avantage pourrait découler de l’élimination des taux négatifs sur les liquidités détenues, celles-ci étant transférées sur un compte numérique auprès de la Banque centrale.

Il est clair que dans de tels scénarios, de nouvelles formes d’intermédiation financière et de nouveaux systèmes de contrôle et de vigilance s’imposent.

Sur les marchés des devises, on pourrait assister à une désaffection accrue à l’égard du dollar américain, principal vecteur de régulation monétaire dans les échanges commerciaux internationaux : mais cela suppose que tous les Pays présents sur l’échiquier économique mondial aient la capacité technologique d’introduire la monnaie numérique.

A partir de là, on peut entrevoir un possible “conflit” de pouvoir entre les pays avancés et les nations pauvres et en développement.

La conséquence est que cette innovation pourrait exacerber la situation déjà grave de l'”inégalité” dans la répartition des richesses au niveau planétaire.

L’expérimentation technique et juridique se poursuit et la mise en œuvre du démarrage est prévue dans les 2 ou 3 prochaines années, semble-t-il demain.

Pendant ce temps, les crypto-monnaies, créées depuis 2009, atteignent des records dans leurs cotations sur les listes officielles, avec une capitalisation supérieure à 1 800 milliards (de dollars américains).

Étant donné qu’ils se caractérisent par un nombre limité d’extractions et qu’ils sont cotés sur au moins 25 bourses mondiales, ils remplacent peu à peu l’or comme valeur refuge.

Il semble que le processus engagé de numérisation du système monétaire soit irréversible ; il faut espérer que les avantages dépasseront de loin les éventuels effets “secondaires” indésirables.

About Author

Financial Sector Expert, he has worked in some of the leading Swiss banks in the treasury, metals and derivatives sectors. Expert in professional management of savings on a personalized basis and financial fiduciary, in accordance with Swiss law, he has collaborated with the Universities of Bari and Pescara and is currently working as a global financial analyst. He lives and works in Lugano.

Comments are closed.