Suprématie des banques sur le marché du crédit = Prix élevés et insuffisance des crédits

0

Les banques commerciales (banques de dépôt) ont à l’heure actuelle essentiellement abandonné leur fonction traditionnelle d’intermédiaires financiers pour les ménages et les entreprises :

  • d’alimentation par des flux de crédit adéquats de l’économie des entreprises de production
  • d’approvisionnement et de soutien qualifiés par des structures adaptées aux besoins du public et à bas prix pour :
  • la fourniture de services,
  • le courtage monétaire et
  • le courtage en valeurs mobilières.

Ce « modèle d’affaires » bancaire modifié a faussé le contenu de l’activité traditionnelle, en mettant l’accent sur les aspects de la centralité exagérée des bénéfices dans un besoin mal compris d’atténuer les risques assumés, par rapport à la taille du capital-actions détenu. En outre, ce modèle est soutenu dans ce processus de « rationalisation » de la gestion par l’attitude prédominante de l’autorité de surveillance (Banque centrale), de plus en plus orientée à mettre l’accent sur l’aspect « entreprise » des banques et vers une concentration croissante du système, convaincue, sans aucune preuve, de la possibilité de réaliser des « économies de coûts » significatives en raison d’une taille plus importante.

La situation contextuelle      

Résultat : les institutions se sont écartées des besoins réels des entreprises et des ménages en raison de la dépersonnalisation du rapport avec le marché et de l’éloignement croissant des spécificités du territoire de compétence.

Cette tendance est encore plus marquée dans les sociétés de crédit à dimension nationale et supranationale, qui sont davantage orientées vers des opérations de crédit au montant considérable, négligeant les besoins des petites et moyennes entreprises locales ainsi que ceux des ménages et orientant une partie de leurs activités vers des opérations de financement de titres axées sur le marché.

D’autre part, les banques locales sont affectées par les attitudes de supervision et par les changements significatifs dans la structure de l’offre (les concurrents), introduisant des changements dans ses opérations et qui sont inspirés également dans ce cas par la soi-disant « budgétisation du capital », c’est-à-dire un système de gestion ayant pour objectif de « rationaliser » l’utilisation des ressources dans le but de maximiser les profits sur une base constante de risque global assumé.

Mais cette attitude contraste avec la fonction d’intérêt public assumée par les banques, fondée sur l’intermédiation de la petite épargne, souvent collectée sous forme de dépôts bancaires en compte courant et qui est caractérisée par une forte aversion au risque et par la recherche constante de liquidité. Il en résulte un risque sensiblement accru pour les dépôts bancaires, dont le public n’a pas conscience, et une diminution des flux de prêts accordés aux ménages et aux entreprises, avec une aggravation de la pénurie de capitaux, principalement pour les petites et moyennes entreprises, notoirement absentes des marchés financiers officiels, nationaux et étrangers.

Ces attitudes récentes de la gestion des banques ont en effet conduit à des situations contextuelles favorables :

  • à une réduction du développement ;
  • à la manifestation de larges groupes de chômeurs ;
  • et à une contraction croissante du crédit à la disposition des ménages, avec les mêmes flux d’intermédiation.

Conjointement, les risques assumés par les institutions individuelles augmentent en raison de l’ampleur des investissements dans les instruments financiers du marché coté, en dépit des techniques bien connues de budgétisation des capitaux, de plus en plus soumis à des fluctuations de prix (valeurs boursières) fréquentes et imprévisibles, avec même des pertes de valeur importantes parmi les actifs détenus en portefeuille, pouvant conduire à de nouvelles hausses de prix et à des quotas de crédit.

La suprématie contractuelle des banques

D’autre part, dans le contexte financier actuel, les banques jouent un rôle central et décisif dans l’intermédiation de l’épargne publique envers les entreprises et l’administration publique. La pertinence de leur activité découle de deux circonstances principales :

  • L’exercice de la fonction monétaire, en raison de l’utilisation d’instruments de paiement bancaires généralisée lors du règlement des transactions ;
  • La préférence accordée par le public aux formes de financement bancaire dans le choix de ses investissements financiers ;
  • Les obstacles à l’accès aux marchés financiers officiels des petites et moyennes entreprises, d’où une dépendance considérable à l’égard du crédit bancaire.

De cette situation, cependant, les institutions tirent pour elles-mêmes des avantages bien supérieurs à ceux dont profitent généralement le public de ses relations commerciales avec les banques. Et en fait, une suprématie contractuelle arrogante est créée due à ce que les ménages ainsi que les petites entreprises n’ont pas d’autres interlocuteurs pour traiter et résoudre leurs besoins financiers.

De plus, en raison de la législation visant à lutter contre les activités illégales (lutte contre le blanchiment d’argent) et qui impose des restrictions sur les transactions en espèces, les individus ne peuvent régler le montant de transactions commerciales et financières d’une certaine taille en l’absence de relation bancaire.

Par conséquent, les citoyens sont, en un sens, prisonniers de la relation avec les banques et ces dernières profitent de cette situation pour imposer des prix sur les services et les prêts (taux d’intérêt) la plupart du temps exorbitants, à la limite d’activités prédatrices.

Cette situation est donc caractérisée par un marché non concurrentiel, où les banques négocient les prix en tant que variables « endogènes » pour l’entreprise et non en tant que quantités résultant de la relation entre la structure de l’offre et les besoins du public (prix exogènes).

En outre, il est regrettable que les institutions attachent une importance aux commissions perçues lors de la vente au public de produits financiers d’origines diverses, dans le but de maximiser les profits.

Ces services présentent en fait trop souvent des caractéristiques très éloignées des besoins réels des clients et de leur propension au risque-rendement. On a donc assisté à la vente d’obligations « subordonnées » (c’est-à-dire d’une partie du capital de propriété de la banque à des fins de surveillance) à des investisseurs sans méfiance qui ont ainsi utilisé l’épargne d’une vie entière et se sont retrouvés avec des valeurs de portefeuille nulles, et ceci dans l’indifférence totale des autorités de contrôle et de surveillance.

Comment résoudre cette situation regrettable

Dans l’état actuel des choses, la nécessité absolue est d’orienter le modèle opérationnel des banques commerciales vers de nouveaux profils opérationnels, qui rappellent la nécessaire centralité de la fonction traditionnelle de prêt. En réalité, les institutions ont déformé leur « mission » originelle, fondée sur la consommation et la production de l’économie de service, avec une référence spécifique aux petites et moyennes entreprises, qui ne peuvent répondre à leurs besoins financiers qu’en recourant au crédit bancaire. C’est également le cas pour les ménages pour lesquels les banques dépositaires traditionnelles sont les seuls interlocuteurs en matière de finances.

Le processus dénoncé a deux origines principales :

  • La première est d’origine législative, financière et de politique de crédit. Elle se réfère au processus accentué de déréglementation au cours des dernières décennies, qui a déterminé la possibilité pour les institutions d’exercer des activités typiques de courtage en valeurs mobilières, prérogative d’intermédiaires d’une autre nature et d’une autre vocation et normalement éloignés du public des petits épargnants ;
  • La seconde réside dans l’attitude de l’autorité de surveillance, qui a exacerbé le profil « entreprise » des banques de dépôt en supprimant l’intérêt public dans leurs activités. De plus, elle a accentué l’orientation du système vers une concentration croissante, c’est-à-dire vers une augmentation de la taille des établissements individuels, avec pour conséquence la manifestation de situations indésirables telles que « trop grosses pour faire faillite », encourageant ainsi les banques à adopter des attitudes « de risque moral » et de malversations contractuelles à l’égard des clients.

Conclusions

La résolution de ces problèmes exige que des décisions et des mesures soient prises dans trois directions :

  • Une réforme de la réglementation financière et des activités bancaires, qui rappelle aux banques les responsabilités publiques associées à la réalisation d’une activité d’impact et d’intérêt social significatif ;
  • Une réforme des profils réglementaires régissant les activités de surveillance et de contrôle et les responsabilités des organes en charge (Banque centrale et Consob) ;
  • Une orientation décisive des activités menées vers l’exercice de la fonction traditionnelle de crédit.

Ce n’est que de cette façon que les ménages et les entreprises peuvent se libérer du « joug » du système bancaire, qui dans certains contextes devient une véritable oppression comme le système fiscal et l’appareil bureaucratique en général.

About Author

Manager in the insurance sector, he has developed a long experience in legal activities in Anglo-Saxon contexts. He is a consultant today in the field of law and business for primary clients.

Comments are closed.