Intuitions parallèles : Art et Science, le Suaire nouvelle hypothèse

0

Le 6 avril 2021 a eu lieu une rencontre en ligne (https://youtu.be/g2i-WlhponI) “Au-delà de l’apparence, la peinture imperceptible visible et invisible de Veronica Piraccini” éditée par B. Cerro, pour laquelle j’ai été invitée à discuter de ma recherche artistique dans un excursus de Peinture à travers l’idée du voyage. Il s’en est suivi un dialogue stimulant entre les participants, dont l’intervention de l’ingénieur M. Gnoffo, qui a exposé à l’avance son hypothèse scientifique née de l’observation du Suaire (fig. 1).

Il a identifié dans mes deux tableaux “De l’empreinte de Jésus” (fig. 2) et “Mon Jésus” (fig. 3) une étroite corrélation entre ces œuvres visibles et invisibles imperceptibles et sa théorie née des études sur le Suaire. Les deux tableaux, nés du contact avec le Suaire de Turin à partir de photos grandeur nature, ont été réalisés à Rome dans mon atelier, à main levée et à l’œil nu avec la peinture spéciale imperceptible que j’ai inventée.

Dans son discours, il a déclaré avoir perçu dans l’une de mes deux œuvres, une énergie de lumière bleue émanant des blessures peintes en bleu dans la flagellation, tandis que dans l’autre “Mon Jésus”, c’est le corps reconstitué et guéri rendu par les coups de pinceau épais, ce qui donne “forme et corps” à sa théorie, vérifiée par des mesures sur le concept de guérison dans la résurrection.

Mais avant d’entrer dans son hypothèse théorique, qui se réalise, même visuellement, dans mes deux tableaux nés parallèlement à sa thèse, sans se connaître, nous pourrions réfléchir un instant sur la façon dont l’art occidental a sans doute, avec la naissance du Christ, changé de cap, et comment alors l’art a été pénétré d’une lumière nouvelle, influençant la pensée culturelle du monde entier.

En fait, bien que dans les premiers siècles après la mort de Jésus, jusqu’à l’édit de Constantin à Milan en 313 AD, le Sauveur ne pouvait encore être représenté que sous la forme d’un christogramme tel que des signes, des lettres, des poissons, une ancre ou un agneau, en raison des persécutions religieuses subies par les chrétiens, avec sa libéralisation du culte, l’humanité a transformé le monde au cours des deux millénaires, en œuvres d’art extraordinaires, et le Christ s’est répercuté dans tant et tant de réalisations esthétiques, qui ont ouvert des scénarios révolutionnaires sans frontières, conduisant la pensée humaine aux visions les plus incroyables de l’inimaginable.

Si nous observons le “corps” dans l’art des Grecs, qui est nu et parfait et qui prend vie à partir de leur statuaire sublime, que j’appellerais pré-Christ, comme une dimension de perfection immortelle, et comment les Dieux sont des êtres suprêmes dans des corps absolus et parfaits comme des idéaux de beauté, nous voyons que de l’art provient un canon pur, tiré de la recherche de synthèse dans la dimension éternelle de la nature dans sa dimension cyclique pure. Les dieux créés par l’art humain grec sont des entités parfaites et doivent être modelés, étudiés et répétés.

Plus tard, très différent est au contraire le “corps dans l’art”, avec l’avènement, il y a environ deux mille ans du Verbe incarné de l’annonce à la Vierge Marie et la naissance du fils de Dieu Jésus. Ici, tout change, car le corps du fils de Dieu, né incarné par la vertu de l’Esprit Saint dans la Vierge, puis mort, puis ressuscité glorieux et resplendissant, nous montre la victoire de la vie sur la mort en l’ayant vécue, notre sœur la mort, Lui-même, et non pas, comme les dieux grecs, jamais atteint. Jésus passe en effet par la vraie souffrance et la mort pour le salut de l’humanité. L’art occidental incarne donc l’apothéose du triomphe du corps. Jésus a dit : <<…Je suis la résurrection et la vie ; quiconque croit en moi, même s’il meurt, vivra>> (Jn 25-26). C’est le nouveau corps éternel et mystérieux en esprit et en matière.

Fig. 4 RUBENS

Il existe de nombreux exemples dans l’art sur le thème de la résurrection, comme le tableau de Rubens (fig.4) du Christ ressuscité soulevant le Suaire pour sortir du sépulcre, Giotto qui le peint dans la “Résurrection et Noli me tangere” dans toute sa pleine physicalité, Piero della Francesca qui place Jésus avec son poids corporel sortant du sépulcre, Beato Angelico dans le Jésus paysan avec même sur son épaule la houe pour indiquer le primeur même si en vêtements purs et blancs, et toujours bien mis en évidence, il est vu dans les différentes peintures des siècles, comme tous les tombes sont largement ouvertes, et où l’on a retiré de l’ouverture la pierre très évidente renversée ou tournée.

L’art a toujours été un instrument de révélation de l’invisible qui génère des visions et naît souvent de l’intuition, comme la science pour ses découvertes ou inventions.

Cela dit, afin d’entrer dans le vif du sujet des “intuitions parallèles” nées de manière autonome au sein de l’art et de la science, je citerai l’hypothèse théorique exposée par Gnoffo, intitulée “Une nouvelle hypothèse de formation de l’image du Suaire par émission d’ondes radio et de champs électromagnétiques statiques :… Des expériences réalisées par certains scientifiques montrent qu’en irradiant des échantillons de linge sec avec des ondes électromagnétiques, il est possible d’obtenir une coloration semblable à celle du linceul, car l’énergie de cette lumière est suffisante pour modifier la structure moléculaire de la cellulose qui compose la partie superficielle des fibrilles constituant la chaîne du tissu bombardé. C’est le résultat précieux et remarquable. Cependant, si l’on va au-delà de ces expériences et de ces résultats, il existe des preuves scientifiques et mathématiques qu’ils sont incompatibles avec l’existence même du tissu du Suaire, et que le véritable phénomène physique à l’origine de l’image du Suaire est d’une nature complètement différente, et surtout qu’il ne peut s’agir avec certitude d’un phénomène impulsif et instantané. Pas de hautes énergies pulsées en un temps très court, mais il doit s’agir d’un phénomène continu pendant un certain temps fini et à très basses énergies dans le domaine des LWF (low waves frequency)”. En fait, l’auteur affirme que : “il y a une incompatibilité dans les expériences des scientifiques eux-mêmes avec l’existence de la relique, quand ceux-ci se connectent au concept de dématérialisation promulgué par certains vulgarisateurs” et écrit encore : “Les données extrapolées à partir des publications des chercheurs en 2011, selon lesquelles une image de type syndicon a été obtenue sur les échantillons sont :

– longueur d’onde λ = 0,193 μm

          – intensité totale It ≈ (2000- 4000) MW/cm2

 Si, avec ce phénomène identique, nous voulions produire toute l’image du Suaire dans des proportions coïncidant avec l’image réelle du Suaire, en considérant une surface totale approximative égale à 1,92 m2, c’est-à-dire 19.200 cm2, et en multipliant, nous obtiendrions une énergie égale à 76,800 x 109 J, c’est-à-dire :

           – Et = 76,8 TJ par seconde (ou en tout cas pendant la durée du tir).

Rappelons que nous avons transformé la puissance en W, l’énergie en J, ou mieux, la fluorescence en énergie totale.

Or, si l’on admet la disparition (dématérialisation) d’un corps ayant une masse de 80 kg au repos et que cette disparition est la transformation en énergie correspondante selon la formule d’Einstein, E=mc2, on obtient une énergie égale à :

           – E0 = 7.200.000 TJ

Compatible avec l’Et qui vient d’être déterminé seulement si on multiplie Et par 93 750 secondes (26 heures).

Le phénomène physique reproduit par les chercheurs est donc incompatible avec l’existence de la relique, car à ces énergies et pour cette durée, les tissus sont détruits. Le phénomène n’est donc pas approprié pour décrire, émettre des hypothèses ou théoriser la formation de l’image du Suaire… la nouvelle théorie est simple ; elle se base sur l’hypothèse que la formation de l’image du Suaire a été un résultat lié à un processus complexe et pluriphénoménologique”. L’auteur fait l’hypothèse, je crois comprendre, d’une guérison d’une nature différente de celle de Lazare : “elle n’est pas instantanée, mais se déroule en l’espace de 36/40 heures… la fibrinolyse est un processus qui concerne un organisme vivant de manière absolue” pour cette raison sur la toile : “des descales parfaites aux contours réguliers apparaissent…”. Le traitement, analyse d’autres éléments d’étude concernant des thèmes spéculatifs : “L’affaissement du drap du Suaire est exclu… Enfin on ne peut ajouter comme confirmation supplémentaire de l’hypothèse radiative impulsée l’expérimentation sur la bilirubine, puisque les longueurs d’onde du rayonnement ultraviolet ne sont pas égales, ni comparables”. À ce stade, il va jusqu’à s’interroger sur le plan théologique : “Pourquoi la résurrection avec un Corps Glorieux aurait-elle besoin d’une pierre sépulcrale roulée ? …”. Le matin de la résurrection, Jésus sort du tombeau en chair et en os”.

Dans la dernière partie de son examen scientifique, le parallélisme intuitif avec l’art est approfondi :

“Un aspect particulièrement intéressant de cette théorie se retrouve également dans l’art pictural. De la rencontre fortuite avec le professeur Veronica Piraccini, avec son art et avec sa technique innovante, j’ai pu constater, à partir de certains de ses tableaux, qu’une relation extraordinaire existe entre la nouvelle hypothèse et les intuitions inconscientes d’une artiste géniale. En regardant les deux œuvres les plus importantes de l’artiste sur le Suaire, j’ai été immédiatement frappé par l’énergie qui se dégageait, grâce à la couleur et à la lumière UV, de ces marques imprimées sur la toile. Mais il s’agissait d’une énergie de deux types : une lumière bleue et une lumière rouge, concentrée uniquement dans les blessures et dans le sang, et à partir de ces deux énergies, on pouvait clairement percevoir l’origine cachée d’une seule grande énergie commune qui génère une corporéité à partir du seul signe. Une corporéité qui n’est pas continue, mais quantifiée et donnée par les signes (fig. 2). Un deuxième tableau, en revanche, montre une corporéité et une énergie différentes en surface, mais totalement identiques en profondeur. L’artiste imagine et intuitionne de donner une corporéité en épaississant les coups de pinceau de couleur lumineuse jusqu’au spasme. Le quantifié devient continu à la perception. L’analogie avec la théorie de la guérison est immédiate : l’énergie est plus irradiée et concentrée en correspondance avec les innombrables blessures, donnant l’effet de délimiter une corporéité (fig. 3). Le corps devait guérir rapidement, le corps devait ressusciter à l’aube du troisième jour.”

Pensez-y, cette idée de lumière bleue et froide, s’accorderait à la fois avec le mystère du “feu sacré”, qui se produit dans les mains du patriarche orthodoxe grec le samedi saint au Saint-Sépulcre à Jérusalem (en s’auto-brûlant, des bougies sont allumées, qui, pendant les 33 premières minutes, ne brûlent pas les corps et les choses), ainsi que de manière similaire nous avons ce qui a émergé d’une découverte scientifique, qui a détecté l'”éclair” qui se produit pendant la conception.

Une équipe de chercheurs de l’Université Northwestern de Chicago a capturé en 2016 des images sensationnelles, liées à un véritable “feu d’artifice” qui se produit lorsqu’un spermatozoïde pénètre dans l’ovule, c’est-à-dire au moment précis où une nouvelle vie humaine commence. Une curieuse lumière naît alors, des cellules qui construisent le corps dans l’obscurité profonde et viscérale de l’organisme féminin, une lumière inoffensive mais vitale pour la femme : l’étincelle de vie.

Ainsi, en réfléchissant, s’il était vrai que le Christ, lors de sa résurrection, s’est dématérialisé dans la lumière en perçant le tissu du Suaire vers l’extérieur, de manière à apparaître “tombant” (un mot qui n’est jamais ressorti des Évangiles, mais qui a été indiqué par certains théologiens et érudits), pourquoi le Christ aurait-il ouvert le tombeau, s’il pouvait facilement le traverser ? On pourrait même dire que la pierre déplacée aurait été une indication claire que le corps avait été volé, ce qui a d’ailleurs fortement découragé les disciples accusés de cela.

“O lumière éternelle, qui seule est en toi,\ Seule, tu comprends, et par toi, tu entends.\ et la compréhension que vous aimez et atteignez !”  (Dante, Paradis XXXIII) et nous, pauvres et misérables humains, qui persistons à vouloir trouver Dieu avec la science à tout prix, en essayant d’expliquer l’inexplicable… pouvons-nous, certainement, nous tous qui ne sommes pas témoins de l’événement, nous demander si l’hypothèse décrite ici peut essayer d’indiquer une nouvelle direction vers les nombreuses vérités que le Suaire nous signale ? Et cette intuition scientifique peut-elle être destinée à provoquer une discussion, ou à susciter une illumination parmi les passionnés et les spécialistes du Suaire de Turin ?

Comme je le vois en tant qu’artiste, l’empreinte du Christ est celle de l’énergie, de la lumière, du corps, du sang et de l’amour infini et éternel.

Rome 4-5-2021

About Author

Bolognaise de naissance, elle est diplômée de l'école des beaux-arts et de l'Académie des beaux-arts de Rome ; artiste, interprète et maître de peinture, elle est titulaire de la chaire de peinture de l'Académie des beaux-arts de Rome. Elle a commencé son expérience dans l'atelier du restaurateur Pico Cellini en collaborant à la restauration d'œuvres d'excellents artistes comme le Caravage, Dosso Dossi, Titien, Polidoro da Caravaggio, l'ancienne Madone de Santa Francesca Romana au Colisée, ainsi que des œuvres d'art contemporain de De Pisis, Degas, Antoni Tàpies, pour n'en citer que quelques-uns. À l'âge de 23 ans, elle assume la chaire de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Milan, appelée Brera, puis Palerme, et à ce jour à Rome, d'abord comme chef de l'école de peinture et ensuite comme coordinateur du département des arts visuels, elle est également professeur de peinture, de techniques et technologies de la peinture et de phénoménologie du sacré. Ses œuvres sont présentes dans d'importantes collections d'art de musées nationaux et internationaux et elle a reçu de nombreux prix. Elle a participé à des expositions nationales et internationales. Elle a fondé la revue "Tutto da capo" avec F. Leonetti, E. Fiorani, A. Pomodoro et Dadamaino, et est active dans un courant de l'art contemporain à la fois historique et actuel où elle argumente un nouvel imaginaire défini "Antirepresentation" et a théorisé la Peinture Nouvelle Méthode de Recherche. Elle écrit sur divers magazines : Aboutartonline, Vacanzattiva Journal, Storie in rete, Fenix. Elle collabore avec l'ENEA (Agence nationale pour les nouvelles technologies, l'énergie et le développement économique durable) pour l'étude des pigments liés à l'œuvre d'art, et réalise des projets expérimentaux de couleur avec l'Université de Sapienza dans les départements de physique et de chimie.

Comments are closed.