Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Corporativisme et keynésianisme : priorité de la demande et participation aux bénéfices

Le principal mérite de John Maynard Keynes a été de redécouvrir la priorité de la demande sur l’offre pour un fonctionnement efficace et socialement équitable de l’économie moderne. Cependant, le grand économiste anglais, qui s’est toujours déclaré et est resté libéral, était l’héritier d’une tradition plus ancienne que lui, visant à trouver des moyens de s’associer entre producteurs et de partager le travail dans la gestion et les bénéfices des entreprises. Une tradition qui remonte à la critique conservatrice et postrévolutionnaire du libéralisme, mais qui, au cours du XIXe siècle, s’étant éloignée de la perspective immédiatement réactive, avait été adoptée et développée dans ses postulats et ses programmes réformistes par le catholicisme social, le mazzinianisme, le socialisme syndical non marxiste, la démocratie sociale,  le nationalisme social et qui au XXe siècle aurait trouvé, dans les mêmes années où est apparue la “Théorie générale” keynésienne, des tentatives de réalisation dans les expériences d’entreprise menées en Europe et auxquelles, dans une continuité silencieuse mais substantielle, se sont également inspirées les politiques économiques de la période du grand développement économique de la seconde période de l’après guerre. L’idée d’association et de participation a également été explorée dans le domaine des sciences économiques par des économistes de renom aux orientations différentes, d’Einaudi à Meade. Tous ont souligné la possibilité d’une tendance économique efficace et, d’un point de vue keynésien, d’un outil de soutien de la demande globale. Toutefois, il reste essentiel d’agir de manière anticyclique même sur le salaire de base, en maintenant ou en augmentant de temps à autre en période de récession, le niveau historiquement en vigueur en rapport avec la capacité technologique de production. La réduction des impôts, y compris sur le travail, doit toujours être réfléchie en gardant à l’esprit la plus grande propension à dépenser des classes moyennes inférieures par rapport à celles des riches, tout en percevant le salaire minimal, une proposition qui initialement n’appartient pas à la “gauche”, ce raisonnement doit être appliqué de telle manière qu’il ne retire pas aux travailleurs les protections garanties par les conventions collectives nationales du travail.

Mots-clés

Corporativisme, keynésianisme, demande, offre, participation aux bénéfices, catholicisme, socialisme, nationalisme, fiscalité, salaire de base, salaire minimum.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Les banques, les marchés et L’économie Réelle

RÉSUMÉ

La crise irréversible du modèle économique dominant et de la gouvernance du système.

Dans les économies modernes, les banques commerciales ont déformé leur mission d’entreprise initiale fondée sur le processus d’auto génération du crédit, le moteur du décaissement des prêts types et la formation des dépôts.

En fait, le public trouve commode d’acquérir des passifs bancaires dans son portefeuille financier, généralement sous la forme de dépôts, parce qu’il s’agit d’actifs dont le contenu ou le degré de risque est nul.

Mais les banques, encouragées par l’attitude dominante des organes de surveillance et par les politiques de conformité des gouvernements, ont changé le cœur du métier, attribuant une place de plus en plus centrale aux activités de financement de marché, c’est-à-dire la détention de titres et d’autres instruments dérivés dans le but de générer des revenus autres que les intérêts sur la base des différences de prix à court terme, liés aux fluctuations fréquentes des marchés. Il est généralement admis que le financement de titres implique moins de risques que les prêts traditionnels entraînant ainsi un processus de transformation des risques, des échéances et de la liquidité, pourtant le chercheur attentif est conscient bien au contraire que les opérations sur les marchés financiers d’aujourd’hui sont caractérisées par la prise en charge de risques croissants et parfois totalement imprévisibles, en raison de trois circonstances principales : a) l’accentuation de la volatilité des prix ; b) la présence d’asymétries généralisées en ce qui concerne l’information ; c) le fonctionnement des intermédiaires dans des positions de domaine de nature à modifier la bonne tarification.

D’où certaines conséquences indésirables :

  1. Un risque croissant de la gestion bancaire, avec le transfert de risques significatifs aux dépôts et, en tout état de cause, bien au-delà de ceux perçus par le public des déposants ; ces derniers percevant en contrepartie une rémunération presque nulle pour l’augmentation des risques et la liquidité « artificielle » des dépôts.
  2. Un quota substantiel du stock de crédit au système économique en raison du détournement des ressources provenant de la collecte vers des activités de financement spéculatif et pour un dimensionnement inadéquat du coefficient de solvabilité, compte tenu des risques accrus assumés et de la dotation insuffisante des ressources patrimoniales.
  3. Une réduction du rythme de développement du produit national, due à la grave pénurie de financement, principalement pour les petites entreprises, en raison de leur dépendance à l’égard du crédit bancaire, liée aux barrières croissantes à l’entrée dans le secteur des valeurs mobilières sur le marché financier.

Cette situation indésirable, répandue dans tous les pays à économie avancée, contraste avec les principes de la démocratie économique et de la liberté individuelle des citoyens, transférant indûment aux banques commerciales un pouvoir croissant qui se traduit très souvent par une répercussion négative sur le sort du développement des nations et sur les conditions du bien-être économique des peuples ; objectifs et principes totalement ignorés, puisque le seul et principal objectif des établissements de crédit est de maximiser le profit des actionnaires et des dirigeants, en contraste total avec l’intérêt public inhérent dans leurs activités, avec la négligence des gouvernements et la complicité des autorités de contrôle.

MOTS CLÉS : intermédiation financière ; finance de marché ; risques bancaires ; crédits et dépôts ; sélection adverse ; pénurie de capitaux ; coûts d’agence ; pertinence pour l’intérêt public.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

La relation entre l’immanence et la transcendance dans l’enquête temporelle d’Agostino et d’Husserl

RÉSUMÉ

Les investigations temporelles contenues dans le Livre XI des Confessions ont représenté pour Edmund Husserl un point de référence important afin de développer la recherche phénoménologique qui, précisément dans le phénomène de la temporalité, perçoit une des manifestations les plus profondes de l’ego. Le but de ce travail est de vérifier dans quelle mesure les intuitions augustiniennes, issues de l’étude des relations entre transcendance et immanence, ont influencé la phénoménologie. On découvrira que le caractère relationnel et affectueux attribué par Agostino à l’époque anticipe certains des thèmes que Husserl ne traite qu’à partir des années 20 avec le développement de la phénoménologie génétique.

MOTS CLÉS

Agostino, Husserl, Confessions, Transcendance, Temporalité, Phénoménologie, Affection, Phénoménologie génétique

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Matres Maranulae, Maranola di Formia : site géographique anthropologique

par Luigi Manciocco et Claudia Manciocco

Grotte Lattaia et église rupestre de Saint-Angelo, Morolo

Cette recherche porte sur le thème d’un voyage d’étude à Maranola di Formia, où se trouve une crypte mystérieuse, sous l’église de San Luca, cachée pendant des siècles et redécouverte seulement en 1997. Un amoncellement de déchets avait recouvert de splendides fresques de style gothique, représentant la Vierge allaitant l’enfant Jésus, l’Archange Saint Michel et d’autres saints. L’image de Marie allaitant se répète presque séquentiellement jusqu’à six ou sept fois, avec différents styles, dans une multiplicité qui insiste sur le caractère sacré du lieu et en souligne les caractéristiques. La visite de cet espace sacré particulier a soulevé une série de questions, dont la première concerne la fonction originelle de la crypte, qui est évoquée tout particulièrement comme un environnement lié au culte de la maternité, consiste en une grotte préexistante de nature karstique, dont les murs étaient autrefois submergés d’eau, avec la présence de stalactites et de formations calcaires, maintenant disparues. Cet environnement, déjà avant le christianisme, a vraisemblablement abrité un sanctuaire de cultes primordiaux, toujours liés à la maternité et à l’allaitement. Mais nous nous demandons quels dieux étaient vénérés dans la grotte, quels étaient leurs noms et quelles étaient leurs fonctions dans les croyances populaires ? La présence d’un puits creusé dans la roche elle-même pourrait être un indice pour découvrir le sens originel de cet espace sacré lié à l’élément aquatique.

Il faut préciser que l’étude est partie d’une perspective linguistique et éthymologique ; en fait, le but initial de la recherche était d’identifier l’origine du toponyme Maranola. Ultérieurement, nous avons souhaité déterminer si le nom de ce lieu et la signification du nom étaient liés de quelque façon que ce soit à la crypte-grotte. A cette fin, nous avons mené des recherches interdisciplinaires qui ont impliqué principalement l’anthropologie, l’archéologie, et en particulier la linguistique, et la glottologie, pour retrouver l’origine et la signification du nom Maranola.

MOTS CLÉS
MARANULA – MARA – MARAŇA – MATRONAE – NUTRICES – MARNOTTE – AUSONI/AURUNCI – CRIPTA – MADONNE DEL LATTE – GROTTE LATTAIE

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

La monnaie. Valeur conventionnelle ou de crédit ?

RÉSUMÉ

Giacinto Auriti a enseigné que la monnaie est avant tout une affaire juridique basée sur la “confiance”. La preuve historique en est le différend entre John Maynard Keynes et Harry White pendant les travaux de la Conférence de Bretton Woods. Mais la question qui se pose, à laquelle toute pensée auritienne échoue ou trouve de bons arguments historiques pour répondre, est celle-ci : pourquoi devrais-je faire confiance à mon prochain ? Qui me garantit que mon voisin se comportera comme moi en acceptant des symboles monétaires ? En d’autres termes, qui est le garant ultime de la “prédiction du comportement des autres”  ou de la “source de la valeur monétaire conventionnelle” ? L’accord monétaire n’a pas seulement une importance juridique horizontale, mais aussi une dimension verticale et étatique. Les origines de la monétisation sont sacrées et sa dimension la plus authentique est politique car il est toujours nécessaire que l’Autorité politique soit garante de la confiance, de la valeur monétaire conventionnelle. Cela est progressivement ressorti de l’expérience réussie de la Banque d’Angleterre, mais à des fins spéculatives.

Par la suite, il y a eu un redressement historique avec la subordination des banques émettrices aux États. Mais depuis les années 1980, le pouvoir financier a retrouvé son hégémonie illégitime. Entre l’Autorité politique et le pouvoir financier, une relation complexe et controversée a toujours existé dans le cadre d’un kosmos qui est souvent trahi. Toutefois, il est toujours possible, par le biais d’un dispositif comptable, de rétablir la valeur conventionnelle de la monnaie et de l’émettre sans le fardeau de la dette et des intérêts.

MOTS CLÉS

Or, monnaie, confiance, autorité politique, banque centrale, valeur conventionnelle et valeur du crédit.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Calendrier de Moïse

RÉSUMÉ.

Une semaine de 7 jours justifie l’utilisation d’un calendrier solaire pour les Juifs ; ayant comme  premier et dernier jour d’une année vague le même jour de la semaine, il n’existe que des typologies de sept ans qui peuvent être identifiées par le nom des jours de la semaine. Une prière rare, Birkat Hachama (dite une fois tous les 28 ans) suggère d’insérer une semaine une fois tous les 28 ans, obtenant la même précision que l’année julienne. Le Lévitique conduit à un cycle de 7 jubilés, avec le même rythme de la semaine, et un cycle important de sept siècles dont traite le livre XII de l’Odyssée ; selon le Psaume 90 le cycle du millénaire est toujours organisé comme une semaine, mais avec un chemin inverse. Six voies d`allumage des bougies dans la menorah indiquent des cycles importants comme les années, décennies, siècles, millénaires, …. pour continuer, sans fin, jusqu’à des millions,… trillions d’années dans un calendrier de longue durée ; cette nature cyclique sans limite, qui peut mieux être comprise utilisant un sceau de Salomon comme une menorah « fermée », exige une valeur précise de l’année solaire sidérale. Exode 26 inspire l’insertion d’une semaine supplémentaire une fois tous les 1120 ans, pour définir une année de Tabernacle quasi sidérale ; dans la Genèse 6, enfin, il y a des liens logiques avec une année solaire sidérale parfaite qui nécessite l’insertion d’une semaine supplémentaire tous les 62.720 ans. Ainsi, en ajoutant une semaine entière une fois tous les 28 ans, 1 120 et 62 720 ans, nous pouvons atteindre une valeur parfaite de l’année solaire sidérale, en utilisant un calendrier unique de 7 ans, simplement organisé comme une semaine.

MOTS CLÉS : arche, calendrier, jubilé, millénaire, précession, tabernacle.

 

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

La transformation du modèle économique mondial « d’exogène » à « endogène »

Les systèmes de production modernes ont dénaturé leur fonction première, qui est celle de fournir les biens économiques nécessaires à la subsistance et au développement de l’espèce humaine.

Dans tous les contextes, anciens et modernes, les activités économiques se réfèrent au travail organisé par l’homme pour la production de biens d’utilité spécifique, découlant d’une aptitude particulière à satisfaire des besoins existentiels d’intensité et de qualité différentes. L’économie est donc « endogène » à la société et à la vie humaine.

Mais la prédominance de certains groupes d’individus a transformé le système de production en un système de type « exogène », c’est-à-dire substantiellement étranger aux fins originelles et orienté vers la production de profit au seul bénéfice de la classe capitaliste alors que celle des travailleurs est obligée de connaître des niveaux chroniques de chômage et de revenu inférieurs au minimum économique vital.

Cette caractérisation indésirable et perverse de l’économie moderne trouve un soutien dans ce qu’on appelle le « seigneuriage monétaire », qui, en raison de politiques malveillantes, est basé sur la renonciation du pouvoir de l’État de frapper la monnaie et de la transférer entre les mains d’organisations bancaires privées sous le contrôle d’importants capitaux financiers. On en arrive donc au paradoxe actuel dans lequel les nations doivent s’endetter, en supportant le coût en termes d’intérêts, auprès des banquiers pour rendre.

Cette publication est actuellement disponible uniquement en italien.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

« Carnet de croquis » : Le bouleau et le rocher. Langages du transcendantal en vol extatique.

Résumé

La forêt, sombre et mystérieuse se révèle dans le mythe comme un lieu enchanté, un espace de rencontre lié au conte de fées, un entrelacement d’arbres, un habitacle des esprits, des fées et des lutins qui errent librement dans un monde sans frontières. Ici, où le temps et l’espace n’existent pas et où les catégories formelles sont éliminées, tout est mouvement, chaos joyeux, sarabande. Ici, des sorcières sifflantes s’envolent pour leurs réunions nocturnes. Dans cette lande inconnue des mortels, même les plantes, êtres liés à la terre, sont capables de se mouvoir en rompant ce lien, s’envolant vers des régions fantastiques.

Mais on se demande comment il se fait que les branches et les balais aient pu acquérir la fonctionnalité de transport aérien.* Comme tous les êtres vivants, les rameaux enchantés auront aussi évolué. Mais comment et quand tout cela a-t-il commencé, quels ont été les signes d’une telle révolution ?   C’est ce que nous allons essayer de découvrir…

*Cf. C et L. Manciocco, Une maison sans portes. Viaggio intorno alla figura della Befana, Rome, Melusina, 1995.

Mots clés : arbre cosmique – yourtes – bouleau – chaman – voyage extatique – vol magique – extase mystique –  rocher – Roccaporena

Nombre de pages : 9

Cette publication est actuellement disponible uniquement en italien.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

La PAC, certification des budgets publics

Résumé

L’Union européenne, dans ses traités, a imposé le confinement des valeurs des budgets publics à certaines limites, mais aussi la vérification des politiques nationales de convergence, pour la stabilité des prix et des taux d’intérêt, ainsi que des politiques caractérisées par une gestion durable et saine des ressources publiques. Tout ceci implique un contrôle et une sécurité des données incluses dans le budget public national. Cet objectif est la finalité de la PAC (Certification des budgets), qui caractérise actuellement l’activité de l’administration publique italienne et qui apportera des bénéfices significatifs du point de vue de la planification et des politiques financières pour couvrir la dette publique.

Nombre de pages : 6

Cette publication est actuellement disponible uniquement en italien.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Cendrillon de Rossini: Entre musique et texte culturel

RÉSUMÉ

Cendrillon de Rossini, entre musique et texte littéraire, veut mettre en scène la valeur de la partition musicale écrite par le compositeur de Pesaro en relation avec le livret de Jacopo Ferretti et les différents thèmes socio-psycho-culturels qui se développent dans l’œuvre. L’aspect psychologique des personnages et l’intrigue légère et moderne font de Cendrillon une création lyrique fraîche et dynamique. Mais ce qui est le plus frappant, c’est le soin inhabituel de Rossini pour un opéra comique, en soulignant le caractère du protagoniste.

Nombre de pages : 7

Cette publication est actuellement disponible uniquement en italien.