Categories
Livres et Mémoires de Recherche

PANDÉMIE : tout le monde

PRÉSENTATION

Un horizon incliné, qui, avec le soleil se fondant dans la mer, se glisse dans l’obscurité qui l’entoure.

C’est la couverture de “Pandémie : tout le monde”.

Un thriller qui vise à anticiper ce que le monde est en train de vivre.

Première œuvre d’Achille Granata. Le style sec et cadencé révèle la formation de l’écrivain en tant que journaliste.

L’auteur utilise un style d’écriture cultivé et attentif, axé sur la construction des traits caractéristiques des personnages et de leurs états d’âme, des lieux, des événements et de l’histoire.

Une analyse psychologique de l’époque accompagne le lecteur jusqu’à la découverte du dénouement qui ne sera révélé qu’à la dernière page.

Un “fil rouge” unit les tranches de vie tout au long du livre, nous conduisant à la découverte du véritable personnage.

Un livre de science-fiction, qui est souvent dépassé par la réalité et peut être lu d’un “seul trait”.

Bonne lecture

La rédaction

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Christianisme, Propriété, la Grande Réinitialisation

En raison de la pandémie en cours, certaines puissances mondiales ont annoncé, en grande pompe, que pour surmonter la crise sanitaire, il faudra réorganiser intégralement le monde et les habitudes de vie des gens. Des technologies nouvelles et inquiétantes, qui semblent viser une transhumanisation bionique, ainsi qu’un nouveau type de capitalisme numérique-financier se profilent à l’horizon et sont désignées, par la propagande, comme les précurseurs du Nouveau Monde ou de la Nouvelle Ère. Entre autres, l’une des caractéristiques du monde à venir devrait être la disparition de la propriété : celle du commun des mortels car, au contraire, l’élite centralisera pour elle-même le contrôle de l’économie et l’accumulation des richesses. Les peuples n’auront plus qu’à vivre des revenus de la citoyenneté, des loyers et des locations de tous les biens. Ils parlent de “partage” alors qu’il s’agit d’un programme de dépossession universelle qui, comme le dit Agamben, fusionne le pire du capitalisme avec le pire du communisme. L’article examine cette dynamique non seulement en termes historiques et économiques mais surtout à la lumière d’une vision spirituelle chrétienne, en mettant en évidence la stratégie “christomimétique” de cette Grande Imposture et, pour cette raison, en s’attardant sur la vision traditionnelle de la propriété dans la Révélation et dans le Magistère de l’Église. Cependant, comme il est souligné, dans l’Église elle-même, la conscience évangélique et prophétique de la manière dont opère le “loup déguisé en brebis” a presque été perdue. Même le Pontife régnant semble errer et être incertain, sans être pleinement conscient de la tactique de déguisement utilisée par l’ancien Criminel, bien que sur la question de la propriété, en marge de l’exégèse d’un passage bien connu des Actes des Apôtres, il ait certainement raison. Cependant, le Pape Bergoglio, dans le climat de désarmement spirituel de l’Eglise actuelle, n’a pas souligné avec toute la force nécessaire la différence substantielle existant entre l’éthique chrétienne et la tromperie de la Grande Réorganisation Mondiale en cours.

MOTS CLÉS

Christianisme, Grande Réinitialisation, propriété, capitalisme financier, communisme, transhumanisation, mondialisation, Nouveau Monde, copropriété, communio, destination universelle des biens, Église, Pape.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

L’économie capitaliste : les facteurs d’une crise irréversible

RÉSUMÉ    

Les économies modernes ont subi un processus de transformation qui a compromis leur stabilité de manière appréciable et peut-être irréversible.

On se réfère aux processus de distribution des revenus entre les classes sociales, qui au cours des 50 dernières années ont évolué vers une forte croissance de la part du capital.

A ce phénomène indésirable, voulu par les classes dominantes (1% de la population) et soutenu par la politique complice et servile des Gouvernements, s’est ajoutée une détaxation croissante des revenus du Capital (intérêts-dividendes-gains en capital) qui a judicieusement réduit la contribution aux dépenses publiques de la classe riche et dominante. En outre, on a assisté à la naissance de paradis fiscaux dans tous les contextes géographiques, qui absorbent la plus grande partie de la valeur produite sur les marchés financiers et dans les entreprises multinationales, en échappant largement à tout mécanisme fiscal.

La situation présentée en ces termes apparaît comme un “problème” de politique fiscale et de revenus.

En réalité, les conséquences peuvent être dévastatrices pour l’ensemble du système productif et pour la Nation.

En fait, deux circonstances sont ainsi déterminées :

  • la part du PIB revenant au capital s’accroît tandis que le taux d’imposition moyen se contracte, ce qui réduit le flux de recettes fiscales provenant de cette filière ;
  • le revenu disponible pour les classes de travailleurs et de petites entreprises devient plus limité, car la suprématie du capital dans l’économie produit deux phénomènes indésirables ; d’une part, les politiques de bas salaires se répandent, puisque le développement est basé sur l’augmentation de l’apport technologique avec une réduction inévitable du coefficient de travail par unité de produit, une augmentation du chômage et la propagation des politiques de bas salaires ; d’autre part, les nouvelles structures de gestion des banques commerciales, de plus en plus orientées vers la recherche de profits découlant de la spéculation sur les marchés financiers, réduisent l’ampleur du stock de crédits à l’économie, principale source de capitaux d’emprunt pour les petites entreprises, avec une augmentation du nombre de faillites d’entreprises dans tous les secteurs. De cette réduction conséquente de la capacité de contribution fiscale pour les classes les moins riches.

Ainsi apparaît le paradoxe du capitalisme : 

  • l’augmentation de la richesse pour les quelques personnes qui absorbent des parts plus importantes de la valeur produite mais qui réduisent leur contribution aux dépenses publiques ;
  • l’augmentation de la pauvreté pour le plus grand nombre qui, au contraire, assume la plus grande charge fiscale ;
  • une moindre capacité de l’État à financer ses propres dépenses croissantes, avec un recours massif et de plus en plus important à l’émission de titres de créance, augmentation de l’endettement global et accroissement du risque d’instabilité.

Il est clair, même pour un profane en économie, que la situation ne peut maintenir l’équilibre à moyen terme, car l’ampleur des dépenses publiques devient une source d’instabilité grave pour l’ensemble du système.

C’est l’expérience d’un grand nombre de nations et principalement de celles dont l’économie est plus développée ; la situation pendulaire actuelle a fortement accentué le phénomène, déterminant une augmentation exponentielle de la dette publique et privée.

Par conséquent, les États fondent le remboursement de la dette sur l’émission de nouvelles obligations et non sur la formation d’un excédent économique à utiliser pour le paiement de celles qui arrivent à échéance ; de nouveaux placements seront possibles tant que les opérateurs du marché, privés et institutionnels, estimeront que le risque de non-remboursement est faible.

Les banques centrales contribuent à “droguer” les marchés par une émission continue de monnaie dont l’objectif principal est de rendre le marché des titres publics “artificiellement liquide”.

Combien de temps peut durer le jeu des “masques” ?

Jusqu’au moment où les investisseurs considéreront que le degré de risque est inacceptable.

 La crise de l’insolvabilité sera alors inévitable et, après avoir dévasté les structures de l’Administration publique, elle s’abattra sur la solvabilité des banques et autres intermédiaires, avec des faillites inévitables et des impacts mortels sur le secteur de l’Économie réelle.    

La pandémie actuelle du coronavirus pourrait être le déclencheur.                                 

MOTS CLÉS :  

Produit, répartition des revenus, contribution fiscale, capital et travail, amplitude du déficit, dette totale.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

La Génération Alpha Et Zéro Et Les Effets De La Pandémie De Covid-19

Résumé

A l’ère du partage numérique, l’écran du PC, de la tablette, du smartphone sont désormais le seul contact avec la réalité. Une réalité virtuelle qui ronge l’identité personnelle, en particulier celle des générations dites “zéro” et “alpha” qui, comme un cheval en liberté, n’ont plus de modèles comportementaux valables et sains auxquels s’identifier et se référer.

Tout cela est accentué par un ennemi invisible qui affecte silencieusement l’existence quotidienne de l’humanité, en essayant de saper les fondements à travers un message d’avertissement “#iorestoacasa (je reste chez moi)” qui, sans le vouloir, a accentué tous les aspects les plus négatifs de la personne. Parmi celles-ci figurent les addictions comportementales et les toxicomanies, comme le démontrent les recherches les plus récentes dans le secteur, qui sont des canaux de manifestation des émotions et un moyen de supprimer tout lien avec le monde extérieur.

Les études, qui ont été menées pendant les périodes de confinement causées par la pandémie, confirment l’hypothèse de l’augmentation des dépendances aux substances et aux comportements, telles que celles déjà analysées dans l’enquête socio-criminologique pilote menée par l’auteur avec le Dr Avesani sur les jeux vidéo et les réseaux sociaux.

En effet, en tant que “fils” de ce cadre de vie quotidien, nous trouvons des addictions aux “médias sociaux, à l’alcool et à la consommation accrue d’aliments caloriques” qui produisent des conséquences dévastatrices sur l’activité psychophysique de l’individu et ouvrent la voie à des comportements socialement déviants et criminels.

C’est précisément à ce moment de l’histoire que l’humanité devra choisir d’évoluer ou de continuer à se laisser aller.

Mots clés :

jeux en ligne ; pandémie ; dépendances comportementales et aux substances ; criminalité ; adolescents.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Le nouvel enfant

Résumé :

Le but de cet article est de mettre en évidence la modernité et l’efficacité de la méthode Montessori par rapport au style d’enseignement directif et frontal qui est au contraire propre à l’école “dite traditionnelle”. Dès les premières pages émerge la nouvelle vision de l’enfant, ou mieux, la découverte de l’enfant naturel, pas encore détourné par l’intervention de l’éducation imposée par l’adulte, encore, malheureusement, ancrée à une image de l’enfant comme un être vide, dont l’esprit et l’âme doivent être remplis avec les connaissances que l’adulte, trop souvent, transmet avec arrogance et présomption, se croyant le seul porteur de la vérité et du savoir. En analysant les principes fondamentaux de la méthode Montessori, tels que les périodes sensorielles, la conception de l’esprit absorbant, l’importance du mouvement pour obtenir un véritable apprentissage (une thèse que Montessori a soutenue il y a plus de 10 ans, mais finalement démontrée ces dernières années précisément par les nouvelles découvertes des neurosciences), l’environnement qui se transforme en coéducateur, nous avons ensuite analysé l’importance pour le développement cognitif du matériel de développement sensoriel (qu’elle appelait “abstractions matérialisées”)”. L’éducation est considérée dans une nouvelle perspective : une aide à la vie, au développement naturel de l’enfant qui a en lui un maître intérieur, un guide naturel qui le pousse à agir selon ses besoins, selon les compétences qu’il doit acquérir et affiner dans une “fenêtre de développement” donnée dont la durée est limitée dans le temps. Déchirant le voile de l’éducation traditionnelle, elle a réussi, après des années de travail intense et d’observation de l’enfant, à mettre en lumière une méthode d’éducation qui respecte l’enfant, à nous montrer le chemin à suivre pour que nous, adultes, de simples imposeurs de règles, nous devenions un guide, un soutien sur leur chemin de construction de soi ; mettant sous nos yeux la dure réalité de l’éphémère d’un style éducatif basé sur les récompenses et les punitions, sur une leçon purement frontale depuis le jardin d’enfants, sans tenir compte du fait que la compétence en matière d’abstraction ne fait pas partie de l’enfant si ce n’est avant 8/9 ans. Le premier véritable maître de l’enfant est l’environnement qui l’entoure ; l’école doit sortir des murs dans lesquels elle est enfermée et s’ouvrir au monde, au cosmos, car c’est là que se trouve l’enfant. En particulier à partir de l’école primaire, il trouvera des réponses à ses intérêts, il découvrira les interdépendances, il apprendra à respecter l’environnement qui l’entoure et ceux qui y vivent. Avec Maria Montessori, l’enfant n’est plus un “citoyen oublié” mais un être qui, en grandissant, deviendra un être social, collaboratif, responsable, capable d’affronter et de résoudre des problèmes par la parole et une communication efficace. Il deviendra ce qu’elle appelle “Un homme de paix” qui voit le monde comme sa nation, qui voit la diversité culturelle comme un enrichissement de l’âme.

MOTS CLÉS :

environnement maître, périodes sensorielles, matériel de développement sensoriel, récompenses et punitions, imagination verso fantaisie, esprit absorbant, professeur intérieur, autodiscipline

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Aucun repas n’est gratuit

Résumé

Face à la crise déclenchée par la pandémie, l’Europe a mis en place un grand nombre d’interventions pour la relance. Le Fonds de relance est un programme pluriannuel de plusieurs centaines de milliards d’euros sur lequel, après de longues discussions, une convergence a été trouvée entre les pays du Nord dits “frugaux”, qui demandaient de la rigueur, et ceux du Sud, dont l’Italie, qui demandaient au contraire des critères plus souples. La synthèse obtenue pose, pour l’Italie, une série de questions difficiles à résoudre et, en tout cas, impose un changement de cap dans la gestion des ressources publiques qui, à moins d’un revirement historique, semble actuellement difficile à réaliser faisant peser une énorme responsabilité sur le gouvernement actuel, et susceptible d’avoir des répercussions perturbatrices sur la viabilité de la dette publique italienne.

MOTS CLÉS

Pandémie, Fonds de redressement, Facilité de redressement et de résilience, UE, Italie, nord/sud, durabilité

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

RAPPORT DE PROFILAGE GÉOGRAPHIQUE : Le crime de la Cattolica ainsi que celui d’autres femmes : l’hypothèse du “Monstre” de Milan

RÉSUMÉ

Ce rapport traite de l’analyse criminelle géographique de l’action homicide d’un tueur en série présumé qui a agi dans la ville de Milan, entre les années 60 et 70.

L’analyse géographique de l’activité spatiale criminelle d’un délinquant en série s’est imposée comme un nouvel outil d’aide aux enquêtes, et aussi avec une spécificité vers une méthode d’enquête appelée “profilage géographique”, une méthodologie d’enquête appliquée aux enquêtes criminelles qui détermine, par l’évaluation de la “scène géographique du crime”, la zone probable d’activité d’un délinquant en série et, en particulier, améliore la zone de recherche dans laquelle il est possible que le délinquant réside ou ait établi sa base opérationnelle.

Mots clés : profilage géographique, scène de crime géographique, profilage criminel, crime de la Cattolica, Milan

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Souvenirs D’Alcide de Gasper

RÉSUMÉ

L’homme d’État qui, bien qu’animé d’une profonde foi catholique, a su défendre, à des moments cruciaux, la laïcité de la politique.

On est souvent amené à penser qu’un homme politique, s’il est animé d’une foi religieuse profonde, sera enclin à être conditionné par l’autorité religieuse lorsque ses choix peuvent affecter certains intérêts, au détriment de l’autonomie de la sphère politique. Cela arrive, même fréquemment, mais ne peut être considéré comme une “règle”. Des hommes tels que Moro, Fanfani, Donat-Cattin et De Gasperi ont donné un exemple de haute rectitude morale, ne se laissant pas conditionner par leur foi religieuse, intensément vécue dans la vie privée, sans que cela ne vienne troubler la justesse de leur action politique.

Cet article rappelle deux épisodes mineurs de la vie d’Alcide De Gasperi qui démontrent sans équivoque sa droiture, sa capacité à défendre la laïcité de la politique, même face à une forte pression des hautes sphères de la hiérarchie de l’Église. Il faut donc se souvenir de ces épisodes comme des moments importants de sa biographie politique.

MOTS CLÉS

De Gasperi, laïcité, Église-État, chrétiens-démocrates, Italie, politique.

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

CARLO POERIO ET WILLIAM GLADSTONE

Les deux lettres au Comte d’Aberdeen sur les processus politiques du gouvernement napolitain (1851)

Documents des Archives d’État de Naples

RÉSUMÉ

Les documents conservés dans les Archives d’État de Naples, Ministère des Affaires Étrangères, Enveloppe 4362, Affaires réservées de l’Honorable W. Ed. Gladstone 1851, ont fourni de nouveaux éléments et informations utiles pour reconstruire la genèse des Deux Lettres au Comte d’Aberdeen sur les processus politiques du gouvernement napolitain et les réactions qu’ils ont provoquées au niveau international. Il en ressort que ces Lettres ont été écrites par Gladstone à la demande de Lord Aberdeen afin d’avoir un compte rendu détaillé et véridique de ce que Gladstone avait vu dans les prisons du Royaume des Deux Siciles pour le soumettre, par voie diplomatique, à l’attention du gouvernement napolitain afin qu’il puisse agir.  La fiabilité des affirmations de Gladstone apparaît en référence aux abus du gouvernement Bourbon, aux tergiversations de la magistrature, aux outrages de la police et aux abus subis par les prisonniers politiques napolitains et, en particulier, par Carlo Poerio. Les essais des chercheurs étrangers Denis Reidy, Steve Soper et Pierre-Marie Delpu illustrent la dynamique qui a précédé le voyage de l’illustre homme d’État à Naples, la publication des Lettres et l’utilisation efficace de la presse pour transmettre son message humanitaire.

MOTS CLÉS :

Carlo Poerio ; William Gladstone ; Royaume des Deux Siciles ; Ferdinand II de Bourbon ; Lord Aberdeen ; prisonniers politiques ; prison de Bourbon ; chaîne ; constitution ; libéral

 

Categories
Livres et Mémoires de Recherche

Dieu et la consistance du Moi

ABSTRACT

Si une certaine approche de la physique quantique remet en jeu les anciennes conceptions holistiques de la réalité, il ne semble pas du tout correct d’utiliser l’holisme du retour pour nier la consistance du moi face au “tout”. Le holos, l’ensemble, était autrefois décliné en termes de divin alors qu’aujourd’hui il est décliné en termes d’énergie cosmique, mais dans les deux cas nous sommes dans le panthéisme. En effet, la science, comme tous les domaines de l’homme, vit d’une pré-option fondamentale de type métaphysique et doit, par conséquent, choisir entre une métaphysique fermée vers le Haut ou vers Elle ouverte. Le holisme quantique a choisi la première option, celle de la fermeture. En réalité, dans les anciennes conceptions holistiques, telles qu’intégrées par la Révélation Abrahamique, le monde est effectivement un tout organique mais c’est un don et non une auto-construction. En ce sens, même le moi est un don et n’est pas auto-construit ou dissous dans ses relations et interrelations malgré le fait qu’il vit, pour lui-même, comme appartenant à une pluralité d’environnements culturels et sociaux

Le ” Moi ” est appelé, par libre choix, à se placer dans une attitude d’ouverture ou de fermeture à l’égard du Donateur qui, cependant, l’inclut en Lui-même, le partage avec Lui-même. Pour cette raison, le Moi a donc sa propre consistance, même si elle est donnée, et n’est pas seulement l’ensemble de ses relations. La philosophie traditionnelle, la nouvelle psychologie humaniste-transpersonnelle et les dernières découvertes de la neuro-cardiologie ont déjà répondu au défi de la mécanique quantique postmoderne. Le Moi existe dans la mesure où il participe, mais non est annulé, par le Dieu transcendant et universel.

MOTS CLÉS

Dieu, moi, physique quantique, sagesse traditionnelle, métaphysique, thomisme, participation, psychologie transpersonnelle, neuro-cardiologie, Carlo Rovelli, Cornelio Fabro, Kenosis, Ruach, Cœur.