Categories
Attualità

L’Italia tradita.

L’Italia, perla del mediterraneo, patria del Rinascimento, casa dei poeti e madre della poesia, culla della musica e di ogni arte “visiva”, patria del “popolo gentil” che insegna la via tracciata dal “sogno”, che segue la “visione” dei Santi e dei Profeti e che ama cibarsi delle “delizie del cuore”.

L’Italia tradita, tradita da coloro che si professano saggi e “pensatori” e da quelli che pretendono di rappresentarne la leadership, senza avere  però una reale competenza se non l’abile attitudine a propagandare bugie e menzogne, con il fine di presentare al popolo “false visioni” e “miti nauseabondi”, il cui unico scopo è l’occultamento della Verità e l’iniqua oppressione.

E infatti scritto: “… poiché l’abietto fa discorsi abietti ed il suo cuore trama iniquità per commettere empietà ed affermare errori … per lasciare vuoto lo stomaco dell’affamato e far mancare la bevanda all’assetato. L’imbroglione … macchina scelleratezze per rovinare gli oppressi con parole menzognere anche quando il povero può provare il suo diritto …” (Isaia, Cap. 32:6-7).

L’Italia che non ha Legge, non Diritto, non giudice, non Principe lungimirante, amante del popolo e del suo bene, bensì governanti il cui unico scopo è il vantaggio personale.

Anche costoro barcollano per il vino, vanno fuori strada per le bevande inebriandi … s’ingannano mentre hanno visioni, dondolano quando fanno i giudici … Sì, precetto su precetto, norma su norma, un po’ qui, un po’ là”. (Isaia, Cap. 28: 7-10).

Ed ancora, “Guai a coloro che … assolvono per regali un colpevole e privano del suo diritto l’innocente …” (Isaia, Cap. 5-23) … “Guai a coloro che fano decreti iniqui e scrivono in fretta sentenze oppressive, per negare la giustizia ai miseri e per frodare del diritto i poveri …” (Isaia, Cap. 10:1-2).

L’Italia devastata dai falsi profeti, da coloro che si professano a favore del povero ma che riempiono i propri palazzi dei beni a questi sottratti.

“ … Guai ai profeti stolti, che seguono il loro spirito senza aver avuto visioni. Come sciacalli tra le macerie … voi avete detto il falso e avete avuto visioni bugiarde … (essi) … ingannano il mio popolo dicendo Pace! E la pace non c’e’, mentre egli costruisce un muro … e lo intonaca di mota …” (Ezechiele, Cap. 13: 3-4-8-10) … “ … questi uomini hanno posto idoli nel loro cuore e tengono fisso lo sguardo all’occasione della propria iniquità …” (Ezechiele, Cap. 14:3).

L’Italia che soffoca i propri figli con la fuliggine della menzogna e che li uccide gettandoli nel fuoco dell’odio sociale.

L’Italia che sacrifica i suoi fanciulli negando ad essi il diritto alla “sacra origine”, la famiglia, al focolare domestico nel quale ardono le “spezie della Vita” e dalle quali sprigionano aromi soavi e pacificanti.

Ed allora, “Guai a coloro che chiamano il bene male ed il male bene, che cambiano le tenebre in luce e la luce in tenebre … che si credono sapienti e si credono intelligenti …” (Isaia, Cap.5:20-21).

Guai a voi fattucchieri della politica e negromanti dell’economia, venditori delle altrui ricchezze, trafugatori dei destini della Nazione, ladri di verità, avvelenatori della pace, sacerdoti dell’iniquità’, amici di giudici acquiescenti che distribuiscono violenza nel Paese, sovrani signori della menzogna e campioni d’infedeltà.

“Poiché ha detto … < con la forza della mia mano ho agito e con la mia sapienza, perché sono intelligente; … La mia mano, come in un nido, ha scovato la ricchezza dei popoli e ha saccheggiato i loro tesori … non vi fu battito d’ala, nessuno apriva il becco o pigolava > …(ma) … può forse vantarsi la scure con chi taglia per suo mezzo? O la sega insuperbirsi contro chi la maneggia? …

… Perciò … sotto ciò che è la sua gloria arderà un bruciore come … fuoco; esso consumerà anima e corpo e sarà come un malato che sta spegnendosi …” (Isaia, Cap.10:13-14-15-16-18b).

Sì, guai a voi tutti, perché non ostante la vostra evidente insensatezza e malvagità, il vostro apparente splendore e la gloria del momento, siete come “ … erba che verdeggia. Ecco al mattino essa essicca e non v’e’ più …” (Davide, Salmi).

“…..sarà’ reciso l’empio … ed il giusto che torna a cercarlo … più non lo trova … (Davide, Salmi).

Ed allora l’Italia tradita si libererà dall’oppressione del proprio fratello, dal tradimento del compatriota abietto che per scopo di vantaggio personale ha svenduto il Paese allo straniero ed al Principe iniquo, il cui unico scopo e’ il massacro dei popoli e la propagazione del Caos, fonte di infiniti dolori, privazioni e flagelli per l’umanità’ intera.

Ma vi può essere colpa più grande del tradimento della Patria, dei fratelli, delle proprie madri, dei propri figli, del futuro della Nazione?

Certamente no!!!

Ed allora, secondo un antico insegnamento non disconosciuto da una parte consistente delle genti: “ … ad ognuno il proprio salario …”, “ … Io non sono venuto per condannare ma per salvare … ma arriverà il giorno che tornerò … per giudicare i vivi ed i morti …”, ed allora “ … meglio per loro se non fossero mai nati …” (il Cristo, Vangeli)..

Categories
Actualités

L’Italie trahie.

L’Italie, perle de la Méditerranée, patrie de la Renaissance, patrie des poètes et mère de la poésie, berceau de la musique et de tous les arts ” plastiques “, patrie des ” bonnes gens ” qui enseignent la voie tracée par le ” rêve “, qui suivent la ” vision ” des Saints et des Prophètes et qui aiment se nourrir des ” délices du cœur “.

L’Italie trahie, trahie par ceux qui se disent sages et “penseurs” et par ceux qui prétendent représenter sa direction, sans toutefois avoir aucune compétence réelle autre que l’habileté à propager des mensonges et des faussetés, dans le but de présenter au peuple des “fausses visions” et des “mythes nauséabonds”, dont le seul but est la dissimulation de la Vérité et l’oppression injuste.

En effet, il est écrit : “…car l’infâme prononce des paroles infâmes et son cœur complote l’iniquité pour commettre l’impiété et affirmer l’erreur…pour laisser vide l’estomac de l’affamé et priver de boisson l’assoiffé…”. Le tricheur … met en œuvre la méchanceté pour ruiner l’opprimé par des paroles mensongères, même lorsque le pauvre peut prouver son droit …”. (Isaïe, chap. 32, 6-7).

L’Italie n’a pas de loi, pas de droit, pas de juge, pas de prince prévoyant, qui aime le peuple et son bien-etre mais des dirigeants dont le seul but est l’avantage personnel.

“Ceux-là aussi titubent avec le vin, s’égarent avec les boissons enivrantes… ils se trompent eux-mêmes quand ils ont des visions, ils oscillent quand ils agissent comme juges… Oui, précepte sur précepte, règle sur règle, un peu ici, un peu là”. (Isaïe, chapitre 28, 7-10).

Et encore : “Malheur à ceux qui  acquittent en raison de cadeau   un coupable et privent l’innocent de son droit …” (Isaïe, ch. 5-23).  … “Malheur à ceux qui prennent des décrets injustes et rédigent des sentences oppressives à la hâte, pour refuser la justice aux malheureux et spolier les pauvres de leur droit…” (Isaïe, chapitre 10:1-2).

L’Italie est dévastée par les faux prophètes, par ceux qui professent être en faveur des pauvres mais qui remplissent leurs palais avec les biens qui leur ont été pris.

“… Malheur aux prophètes insensés, qui suivent leur esprit sans avoir eu de visions. Comme des chacals dans les décombres … tu as parlé faussement et tu as eu des visions mensongères … (ils) … trompent mon peuple en disant Paix ! Et il n’y a pas de paix, tandis qu’il construit un mur… et l’enduit de boue…”. (Ézéchiel, chap. 13 : 3-4-8-10) … ” … ces hommes ont érigé des idoles dans leur cœur et fixent leurs yeux sur l’occasion de leur propre iniquité… “. (Ézéchiel, Ch. 14:3).

L’Italie qui étouffe ses enfants avec la suie du mensonge et les tue en les jetant dans le feu de la haine sociale.

L’Italie qui sacrifie ses enfants en leur refusant le droit à “l’origine sacrée”, la famille, le foyer domestique dans lequel brûlent les “épices de la Vie” et d’où émanent des arômes doux et apaisants.

Ainsi, “Malheur à ceux qui appellent le bien mal et le mal bien, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres… qui se croient sages et se croient intelligents…”. (Isaïe, chapitre 5, 20-21).

 Malheur à vous, sorciers de la politique et nécromanciens de l’économie, vendeurs de la richesse d’autrui, pourvoyeurs du destin de la nation, voleurs de la vérité, empoisonneurs de la paix, prêtres de l’iniquité, amis des juges complaisants qui distribuent la violence dans le pays, seigneurs souverains du mensonge et champions de l’infidélité.

 ” Car il a dit … < par la force de ma main j’ai agi et par ma sagesse, car je suis intelligent ; … Ma main, comme dans un nid, a cherché les richesses des peuples et pillé leurs trésors … il n’y a pas eu de battement d’ailes, personne n’a ouvert son bec ou gazouillé > …(mais) … la hache peut-elle se vanter contre ceux qui coupent par elle ? Ou la scie s’insurge contre ceux qui la manipulent ? …

… C’est pourquoi … sous ce qui est sa gloire, il brûlera comme … un feu ; il consumera le corps et l’âme, et sera comme un malade qui se meurt …”. (Isaie, Chap.10:13-14-15-16-18b).

Oui, malheur à vous tous, car malgré votre évidente insignifiance et méchanceté, votre apparente splendeur et gloire du moment, vous êtes comme ” … l’herbe est verdoyante “. Voici qu’au matin, elle se dessèche, et il n’y a plus rien…” (David, Psaumes).

“….. Le méchant sera exterminé… et le juste qui se retourne pour le chercher… ne le trouvera plus…” (David, Psaumes).

Et alors l’Italie trahie sera libérée de l’oppression exercée par son frère, de la trahison de son abject compatriote qui, pour son avantage personnel, a vendu le pays à l’étranger et au Prince inique, dont le seul but est le massacre des peuples et la propagation du Chaos, source de douleurs, de privations et de fléaux infinis pour toute l’humanité.

Mais peut-il y avoir une plus grande culpabilité que la trahison de la Patrie, de ses frères, de ses mères, de ses enfants, de l’avenir de la Nation ?

Certainement pas !

Et puis, selon un enseignement ancien non renié par une partie conséquente du peuple : ” … à chacun son salaire… “, ” … je ne suis pas venu pour condamner mais pour sauver… mais le jour viendra où je reviendrai… pour juger les vivants et les morts… “, et puis ” … mieux vaut pour eux qu’ils ne soient jamais nés… “. (Christ, Évangiles)…

Categories
Politica e Diplomazia

L’ultima perversione dei Dominatori

In una Nazione fondata sull’equità’ e la giustizia la Ricchezza prodotta e’ equamente ripartita tra i partecipanti alle produzioni: managers, lavoratori e portatori del Capitale.

 La situazione attuale e’ totalmente pervertita rispetto ad un’ “ideale” organizzazione della società economica.

 Il Potere e’ detenuto dai capitalisti, i quali finanziano lo sviluppo delle produzioni principalmente, se non unicamente, per mezzo dell’incremento dell’input tecnico.

 La tecnologia presenta il pregio-difetto di proporre una “medaglia a due facce”:

  • L’una, permette un migliore e più razionale utilizzo delle materie prime e di ogni altro fattore della produzione così come consente di ottenere output (beni economici) dalle prestazioni tecno-qualitative più elevate e soddisfacenti;
  • L’altra, consente di ridurre sistematicamente la quantità di forza lavoro impiegata, elevandone la produttività ovvero riducendo l’input di fattore per unità di prodotto, ed imponendo un continuo processo di formazione professionale per adeguare le prestazioni dei lavoratori alle nuove esigenze produttive.

Il che aggrava un problema storico mai risolto: quello dell’ “esercito industriale”, ovvero una massa di diseredati che l’economista Karl Marx definiva “proletari”, proprietari della sola prole.

Questa massa umana si fa sempre più ampia nelle società attuali, rappresentando strati sociali vasti e variegati in precedenza esclusi: gli artigiani, i piccoli commercianti, gli imprenditori minori ed, in tempi recenti, i professionisti.

Sì, perché l’Ordine Mondiale vuole trasformare la società in una massa sterminata ed indifferenziata di “persone senza retaggio”, senza proprietà di alcun tipo e dotati di “reddito di cittadinanza”, quando non vengono impiegati come forza lavoro e remunerati, sin troppo spesso, con salari orari al di sotto del livello di sopravvivenza.

Tale perverso scopo e’ agevolato essenzialmente da alcune circostanze in atto, frutto di azioni già da tempo pianificate:

  1. La supremazia del Capitale in Economia; in ragione del quale nella distribuzione del Valore prodotto i capitalisti ne assorbono la quota maggiore, in termini di interessi, profitti e dividendi;
  2. Da ciò, diffuse politiche di bassi salari in relazione al costante incremento dell’input tecnico nelle produzioni condotte, anche sostenute (i bassi salari) dal processo di delocalizzazione produttiva, principale “minaccia economica” per il popolo conseguente al disumano processo di globalizzazione sino ad ora attuato;
  3. La complicità delle banche grandi e piccole, che riducono costantemente lo stock di credito erogato a favore dell’Economia, nella qualità di finanziamento dei consumi e delle produzioni presso le imprese. Gli istituti bancari, in un atto di perversione della loro originaria “missione aziendale”, rincorrono i profitti da speculazione sui mercati finanziari impiegando il risparmio di ignari cittadini detenuto in forma di depositi;
  4. Ne deriva un’alta mortalità di piccole imprese e di micro aziende, essendo negate ad esse le risorse finanziarie necessarie per sostenere la continuazione della propria attività anche in assenza di sviluppo. La conseguenza più immediata e’ l’aumento della disoccupazione e l’ampliamento dell’ “esercito industriale”;
  5. In tale scenario la grande impresa prospera, incrementando i profitti e rafforzando il proprio potere di influenza, ricorrendo le condizioni favorevoli ad un’ulteriore riduzione della paga oraria in ragione della massa di disoccupati sempre più ampia. Il fatto e’ che la grande azienda, proiezione del Capitale in supremazia, e’ indipendente dall’erogazione del credito bancario nel processo d’incetta delle risorse finanziarie necessarie per sostenere il proprio sviluppo: ed in effetti, essa presenta la dimensione utile per attrarre il capitale sui mercati finanziari ufficiali, a basso costo e, qualora necessario, fare ricorso ai prestiti delle banche per la quantità necessaria in virtù del proprio potere d’influenza.

Lo scenario descritto e’ in atto già da qualche decennio e se ne possono osservare le devastanti conseguenze.

 La vera efficacia della politica messa in campo dai dominatori consiste nel fatto dell’aver conseguito l’obiettivo di, per così dire, spezzare, interrompere il canale di collegamento dei nuovi flussi monetari in emissione da parte delle Banche Centrali con una parte consistente dell’Economia reale, ovvero con le famiglie in qualità di consumatori e di produttori poiché promotori dell’attivita’ condotta da piccole imprese e da aziende minori.

Invero gli Istituti di emissione, nell’attuare le proprie decisioni di politica monetaria quanto ad immissione di nuovi biglietti legali nel Sistema, utilizzano prevalentemente se non in maniera esclusiva lo “strumento” delle “operazioni di mercato aperto”, vale a dire l’acquisto e la vendita di Bonds sui mercati finanziari avendo in contropartita le banche commerciali e gli altri intermediari finanziari.

In tal modo i nuovi flussi di liquidità aggiuntiva, necessari e preziosi in un’Economia monetaria e creditizia come quell’attuale per sostenere le produzioni presso le imprese ed i consumi delle famiglie, non pervengono all’Economia reale ma “stazionano” presso le banche, le quali le utilizzano in via prevalente per finanziare operazioni speculative sui mercati finanziari; dal che assunzione di rischi crescenti e maggiori probabilità di disastrosi fallimenti a carico e danno della società economica nel suo complesso anche in connessione al noto fenomeno del “too big to fail” (troppo grandi per fallire).

In verità, tali situazioni del tutto ricorrenti caratterizzano con prevalenza l‘attuale scenario economico nelle principali Nazioni del pianeta, ponendo le condizioni utili per la manifestazione di una tipica “bolla creditizia” : ovvero la crescita irrazionale dei prezzi in quotazione sui mercati ufficiali, totalmente sconnessi dai fondamentali sottostanti, con successivi intensi ed improvvisi “shock”, caratterizzati da forte riduzione dei valori e falcidia del risparmio di ignari privati investitori, producendo un indesiderato processo di redistribuzione (trasferimento) della ricchezza verso il grande capitale in posizione di dominio sui mercati (Si veda l’ampia opera di Robert Schiller).

 In ragione delle cose dette, appare con chiarezza al lettore che risulta totalmente pervertito il principale canale di collegamento della politica monetaria con il settore reale dell’Economia, che assume nelle società moderna una posizione assolutamente centrale: le famiglie e le piccole e medie imprese.

 

Tradizionalmente e dalla trasformazione dell’Economia industriale in monetaria e creditizia, la produzione ed il consumo fondano sull’erogazione del credito da parte delle banche e delle altre categorie di intermediari, secondo l’assioma teorico classico che “una unità di moneta e’ una unità di credito e capitale”.

 L’Ordine Mondiale ha voluto annientare tale realtà del sistema capitalista per distruggere l’ultimo baluardo dell’autonomia dei popoli : la capacità di lavoro e di sagace amministrazione della propria vita economica.

Vale a dire l’abilita’ di condurre iniziative imprenditoriali e di fornire occupazione e sviluppo ad ampi strati della società, in totale “libertà”dal potere centrale e nel rispetto delle leggi nazionali.

I Dominatori desiderano una società caratterizzata da una massa informe ed assai ampia di “diseredati” privi di ogni autonomia, economica-intellettuale-morale-politica, i “nuovi schiavi”, allo scopo di agevolmente perpetuare il proprio potere e di accumulare ricchezza in quote crescenti.

Il fenomeno del “reddito di cittadinanza” e’ un’altro aspetto indesiderabile e deleterio di tale politica devastatrice della società civile ed economica.

E’ l’ultimo abominio delle Gerarchie Dominanti: utilizzare il Potere della Moneta per annientare la società economica, residuo baluardo di autonomia del popolo oppresso. 

Categories
Politique et Diplomatie

La dernière perversion des Dominateurs

Dans une nation fondée sur l’équité et la justice, la richesse produite est répartie équitablement entre les participants à la production : les dirigeants, les travailleurs et les détenteurs du capital.

La situation actuelle est totalement pervertie par rapport à une organisation “idéale” de la société économique.

Le pouvoir est détenu par les capitalistes, qui financent le développement de la production principalement, voire uniquement, par l’augmentation de l’apport technique.

La technologie a le mérite et le défaut d’être une “pièce à deux faces” :

  • D’une part, elle permet une utilisation meilleure et plus rationnelle des matières premières et de tous les autres facteurs de production, et d’autre part, elle permet d’obtenir des produits (biens économiques) grâce aux performances technico-qualitatives plus élevées et plus satisfaisantes ;
  • D’autre part, elle permet de réduire systématiquement la quantité de main-d’œuvre employée, en augmentant sa productivité ou en réduisant l’apport de facteurs par unité de produit, et en imposant un processus continu de formation professionnelle pour adapter les performances des travailleurs aux nouvelles exigences de la production.

Cela exacerbe un problème historique qui n’a jamais été résolu : celui de “l’armée industrielle”, c’est-à-dire une masse de personnes dépossédées que l’économiste Karl Marx appelait “prolétaires”, propriétaires uniquement de leur progéniture.

Cette masse humaine devient de plus en plus importante dans les sociétés d’aujourd’hui, représentant des couches sociales vastes et variées auparavant exclues : artisans, petits commerçants, petits entrepreneurs et, depuis peu, professions libérales.

Oui, parce que l’Ordre Mondial veut transformer la société en une masse infinie et indifférenciée de “personnes sans patrimoine”, sans propriété d’aucune sorte et dotées d’un “revenu de citoyenneté”, quand elles ne sont pas employées comme force de travail et rémunérées, trop souvent, avec des salaires horaires inférieurs au niveau de survie.

Ce but pervers est essentiellement facilité par certaines circonstances en place, résultat d’actions planifiées depuis un certain temps :

  1. La suprématie du capital dans l’économie, qui fait que dans la distribution de la valeur produite, les capitalistes en absorbent la plus grande part, en termes d’intérêts, de profits et de dividendes ;
  2. D’où des politiques généralisées de bas salaires par rapport à l’augmentation constante de l’apport technique dans les productions réalisées, également soutenues (les bas salaires) par le processus de délocalisation productive, principale “menace économique” pour les populations du fait du processus inhumain de mondialisation mis en œuvre à ce jour ;
  3. La complicité des grandes et petites banques, qui ne cessent de réduire le stock de crédits
  4. accordés à l’économie, dans la capacité de financer la consommation et la production des entreprises. Les banques, dans un acte de perversion de leur “mission d’entreprise” originale, recherchent des profits spéculatifs sur les marchés financiers en utilisant l’épargne de citoyens peu méfiants sous forme de dépôts ;
  5. Il en résulte un taux de mortalité élevé des petites et microentreprises, car elles se voient refuser les ressources financières nécessaires à la poursuite de leurs activités, même en l’absence de développement. La conséquence la plus immédiate est l’augmentation du chômage et l’élargissement de l'”armée industrielle” ;
  6. Dans un tel scénario, les grandes entreprises prospèrent, augmentent leurs profits et renforcent leur pouvoir d’influence, avec les conditions favorables à une nouvelle réduction des salaires horaires en raison de la masse toujours croissante de chômeurs. Le fait est que la grande entreprise, projection du capital en suprématie, est indépendante du crédit bancaire dans le processus de thésaurisation des ressources financières nécessaires pour soutenir son développement : et en effet, elle a la taille pour attirer des capitaux sur les marchés financiers officiels, à faible coût et, si nécessaire, pour recourir aux prêts bancaires pour le montant nécessaire en vertu de son pouvoir d’influence.

 Le scénario décrit se déroule depuis quelques décennies maintenant, et ses conséquences dévastatrices peuvent être observées.

La véritable efficacité de la politique mise en œuvre par les gouvernants réside dans le fait qu’ils ont atteint l’objectif de rompre, pour ainsi dire, le canal reliant les nouveaux flux monétaires émis par les Banques centrales avec une partie substantielle de l’économie réelle, c’est-à-dire avec les familles en tant que consommateurs et les producteurs en tant que promoteurs des activités menées par les petites entreprises et les sociétés mineures.

En effet, pour mettre en œuvre leurs décisions de politique monétaire concernant l’introduction d’une nouvelle monnaie légale dans le système, les instituts d’émission utilisent principalement, voire exclusivement, l'”instrument” des “opérations d’open market”, c’est-à-dire l’achat et la vente d’obligations sur les marchés financiers avec pour contrepartie des banques commerciales et d’autres intermédiaires financiers.

De cette façon, les nouveaux flux de liquidités supplémentaires, nécessaires et précieux dans une économie monétaire et de crédit comme celle que nous connaissons actuellement pour soutenir la production des entreprises et la consommation des ménages, ne parviennent pas à l’économie réelle mais sont “stationnés” dans les banques, qui les utilisent principalement pour financer des opérations spéculatives sur les marchés financiers ; d’où la prise de risques croissants et une plus grande probabilité de faillites désastreuses au détriment de la société économique dans son ensemble, également en relation avec le phénomène bien connu du “too big to fail”.

La vérité est que ces situations récurrentes sont une caractéristique dominante du scénario économique actuel dans les principales nations du monde, créant les conditions pour l’émergence d’une “bulle de crédit” typique : la croissance irrationnelle des prix du crédit, qui ne sont pas en phase avec la situation économique. c’est-à-dire la croissance irrationnelle des prix cotés sur les marchés officiels, totalement déconnectés des fondamentaux sous-jacents, suivie de “chocs” intenses et soudains, caractérisés par une forte réduction des valeurs et la décimation de l’épargne des investisseurs privés non avertis, produisant un processus indésirable de redistribution (transfert) de la richesse vers le grand capital en position dominante sur les marchés (Voir les travaux exhaustifs de Robert Schiller)..

En conséquence de ce qui précède, il est clair pour le lecteur que le principal canal reliant la politique monétaire au secteur réel de l’économie, les ménages et les petites et moyennes entreprises, et qui occupe une place absolument centrale dans les sociétés modernes, a été complètement perverti.

Traditionnellement et depuis la transformation de l’économie industrielle en une économie monétaire et de crédit, la production et la consommation sont basées sur l’octroi de crédits par les banques et d’autres catégories d’intermédiaires, selon l’axiome théorique classique selon lequel “une unité de monnaie est une unité de crédit et de capital”.

L’ordre mondial a cherché à annihiler cette réalité du système capitaliste afin de détruire le dernier bastion de l’autonomie des peuples : la capacité de travail et la gestion avisée de leur vie économique.

C’est-à-dire la capacité de mener des activités commerciales et de fournir de l’emploi et du développement à de larges pans de la société, en toute “liberté” vis-à-vis du pouvoir central et conformément aux lois nationales.

Les Dominateurs désirent une société caractérisée par une masse informe et très importante de “déshérités” sans aucune autonomie économique-intellectuelle-morale-politique, les “nouveaux esclaves”, afin de pouvoir facilement perpétuer leur pouvoir et accumuler des richesses en quotas croissants.

Le phénomène du “revenu de citoyenneté” est un autre aspect indésirable et délétère de cette politique qui dévaste la société civile et économique.

C’est la dernière abomination des Hiérarchies dominantes : utiliser le pouvoir de l’argent pour anéantir la société économique, dernier bastion d’autonomie des peuples opprimés.

Categories
Actualités

Bitcoin. Valeur ou fiction ?

Une profonde confusion entre les concepts de “valeur économique-réelle” et de “valeur monétaire-financière” dans l’économie contemporaine est largement répandue dans le public.

L’origine de ce phénomène se trouve dans l’illusion monétaire, selon laquelle la richesse est essentiellement perçue en termes de monnaie, car elle représente “l’aspect liquide du revenu-valeur produit” en circulation.

D’autre part, dans les économies modernes, les processus de consommation et d’investissement sont clairement irréalisables sans l’utilisation de la monnaie, en raison de la forte division du travail dans les productions, de l’immatérialité de nombreux biens et services économiques et de leur indivisibilité généralisée.

Ainsi la richesse est perçue en termes monétaires et financiers, ce qui fait perdre de vue la valeur ou plutôt l’aspect “utilité économique” des biens. Par conséquent, le niveau de revenu est mesuré en termes de stock d’argent disponible : en premier lieu, le niveau des salaires et des bénéfices.

Dans de tels scénarios, le processus inflationniste prend une importance considérable car la hausse des prix affecte la capacité de dépense du stock monétaire et donc le pouvoir d’achat de la monnaie.

Le public a donc du mal à discerner la “valeur réelle” d’un actif financier par rapport à ce que l’on appelle les “fondamentaux sous-jacents”, c’est-à-dire l’aspect économique représenté par le stock de biens et de services contenus ou représentés.  Un exemple typique est le prix coté des actions, qui devrait représenter le stock de capital technico-productif contenu dans l’action et la capacité de celle-ci à produire une valeur de revenu de manière prospective.

Les mêmes considérations s’appliquent aux obligations d’entreprises ou aux titres d’État, dont la valeur est entièrement liée à la capacité de solvabilité du débiteur principal ou aux possibilités concrètes de remboursement ponctuel du capital à l’échéance ainsi qu’au paiement des intérêts convenus.

Donc, malgré les apparences et la confusion générale, les valeurs négociées sur les marchés financiers ont un fondement de vérité économique si elles sont conformes aux quantités réelles sous-jacentes.

Mais le lecteur attentif sait que la dynamique des marchés est caractérisée par des asymétries en matière d’information, profondes et généralisées, qui font que tous les investisseurs ne disposent pas des mêmes données et informations pour apprécier la valeur réelle des titres cotés, au profit des opérateurs financiers professionnels et en particulier de ceux qui ont une taille plus importante et sont en mesure de “contrôler” le marché.

La tarification des cotations est donc substantiellement altérée et différente des fondamentaux qui la représentent, au profit d’intermédiaires en position de suprématie et au détriment du public des épargnants privés et des opérateurs mineurs.

Par conséquent, l’investissement financier devient le plus souvent un “jeu de hasard”, dans lequel les prix sont déterminés au profit de quelques-uns et au détriment du plus grand nombre : il en résulte un puissant processus de redistribution des richesses du “bas vers le haut”, ou des classes moins aisées vers les classes riches et dominantes.

Or, si telle est la situation des titres représentés par les actions et les obligations qui, par leur nature même, et du moins à l’origine, sont émis en référence directe aux valeurs économiques sous-jacentes, le lecteur peut bien se demander quelle est la réalité de la partie des marchés où sont négociées des “valeurs” qui, dès le départ, n’ont aucune relation directe avec des quantités “réelles” ?

C’est précisément le cas des bitcoins, qui ne sont rien d’autre qu’un pari, un jeu, une “mise” à la roulette.

Ils représentent en fait un “produit informatique”, une véritable réalité virtuelle, qui n’a aucune adhérence ou référence avec le monde des “choses et des faits économiques”.

C’est le jeu de cartes, de poker, de roulette russe, transporté dans un monde virtuel dans lequel le joueur attribue un prix (qui est une “mise”) à un objet représentant fictivement une valeur qui n’existe pas.

Et cela est vrai même dans le cas où l’émission de bitcoins est réalisée par une Banque centrale, qui peut attribuer une valeur de référence initiale en termes de ” parité monétaire ” (c’est-à-dire un rapport d’échange original avec une monnaie légale) : cela n’exclut pas que le mécanisme spéculatif puisse modifier significativement le rapport entre le prix et la parité qui est fixée. Par conséquent, même dans ce cas, les cotations ne sont que le résultat d’un “jeu de hasard”.

La vérité est toujours la même : la finance explore de nouvelles solutions et de nouveaux outils pour tromper le public et pouvoir le dépouiller des économies accumulées, parfois au prix d’une vie de dur labeur, en raison de deux facteurs fondamentaux :

  • L’ignorance de l’épargnant ;
  • Le contrôle total de la tarification.

L’aspect scandaleux de toute cette question est l’absence totale de toute action de contrôle et de répression de ces phénomènes de la part des Autorités de marché, véritable “alchimie” imaginée pour priver les citoyens opprimés de leurs économies.

C’est le pouvoir dominant, le capital apatride qui conçoit de nouveaux outils et de nouvelles manières d’opérer un processus indésirable de transfert de richesse des classes moins riches vers les riches et en position de domination, avec l’intention de “pulvériser” puis de “polariser” les richesses du monde et de réduire dans des conditions de véritable pauvreté des couches de plus en plus larges de la population, afin de consolider le Pouvoir et de mettre en œuvre le Nouvel Ordre Mondial.

Categories
Attualità

Il Bitcoin. Valore o finzione?

Nell’Economia contemporanea  è diffusa  tra il pubblico una profonda confusione tra i concetti di “valore economico-reale” e “valore monetario-finanziario”.

L’origine del fenomeno va ricercata nell’illusione monetaria, per cui la ricchezza è percepita essenzialmente in termini di moneta poichè essa rappresenta l’aspetto “liquido del reddito-valore prodotto” ed in circolazione.

Per altro verso, nelle moderne Economie i processi di consumo ed investimento non sono ad evidenza realizzabili senza l’uso della moneta, per la forte divisione del lavoro nelle produzioni, per l’immaterialità di molti beni e servizi economici e per la loro diffusa indivisibilità.

Ne discende che la ricchezza è percepita in termini monetario-finanziari  perdendo di vista il valore ovvero l‘aspetto “utilità economica” dei beni. Per cui, il livello del reddito è misurato in termini di stock di moneta disponibile:  in primis il livello dei salari e dei profitti.

In tali scenari il processo inflazionistico assume notevole rilevanza poichè l’aumento dei prezzi incide sulla capacità di spesa dello stock monetario e pertanto sul potere di acquisto del denaro.

Allora il pubblico ha difficoltà a discernere il “valore reale” di un attivo finanziario rispetto ai cosiddetti “fondamentali sottostanti”, ovvero l’aspetto economico rappresentato dallo stock dei beni e servizi contenuti o rappresentati.  Ne è l’esempio  tipico il prezzo in quotazione delle azioni che dovrebbe rappresentare lo stock di capitale tecnico-produttivo contenuto in quota parte e la capacità dello stesso di produrre prospetticamente reddito-valore.

Medesime considerazioni per le obbligazioni corporate  o per i titoli di Stato, il cui valore è interamente riferibile alla capacità di solvibilità del debitore principale ovvero alle concrete possibilità  di rimborso puntuale del capitale in scadenza nonchè al pagamento degli interessi pattuiti.

Quindi, a dispetto delle apparenze e della confusione generale, i valori negoziati sui mercati finanziari assumono fondamento di verità economica se si mostrano aderenti alle quantità reali sottostanti.

Ma il lettore attento sa che le dinamiche dei mercati sono caratterizzate  da profonde e diffuse asimmetrie informative, in ragione delle quali non tutti gli investitori dispongono dei medesimi dati e notizie per apprezzare il valore reale dei titoli in quotazione, con vantaggio degli operatori finanziari  professionali ed in particolare di maggiori dimensioni ed in grado di “controllare” il mercato.

Da ciò discende che il pricing delle quotazioni risulta sostanzialmente alterato e discosto dai fondamentali che lo rappresentano,  per il profitto degli intermediari  in posizione di supremazia  ed a danno della platea dei risparmiatori privati e degli operatori minori.

Per cui l’investimento finanziario diventa il più delle volte un “gioco d’azzardo”, nel quale i prezzi sono pilotati per il vantaggio  dei pochi ed a nocumento dei molti: ne consegue un poderoso processo di redistribuzione della ricchezza dal “basso verso l‘alto”, ovvero dalle classi meno agiate verso quelle ricche ed in posizioni di dominio.

Ora se tale è la situazione dei titoli rappresentati da azioni ed obbligazioni  che per loro stessa natura, ed almeno in origine, vengono emesse in diretto riferimento  ai valori economici sottostanti può il lettore immagginare quale sia la realtà di quella sezione dei mercati in cui sono negoziati “valori” che sin dall’origine non presentano alcuna diretta relazione con quantità “reali”?

E’ appunto il caso dei Bitcoin, che altro non è se non scommessa, gioco d’azzardo, “puntata” alla roulette.

Essi in realtà rappresentano un “prodotto informatico”, una vera e propria realtà virtuale, che non ha alcuna aderenza o riferimento con il mondo delle “cose e dei fatti economici”.

E’ il gioco delle carte, del poker, della roulette russa, trasportato in un mondo virtuale  in cui  il giocatore assegna un prezzo (che è “scommessa”)  ad un oggetto che rappresenta per finzione un valore che non c’è.

E ciò è vero anche nei casi in cui l’emissione del Bitcoin è effettuata da una Banca Centrale, la quale può assegnare un valore iniziale di riferimento in termini di “parità monetaria” (vale a dire un rapporto di cambio originario con una moneta legale) : ciò non esclude che il meccanismo speculativo possa alterare in modo significativo il rapporto tra il prezzo a la parità di cambio che è fissa. Dunque, anche in tal caso le quotazioni non sono che il risultato di un “gioco d’azzardo”.

La Verità è sempre la stessa: la Finanza esplora nuove soluzioni e strumenti per indurre il pubblico in errore e per poterlo spogliare del risparmio accumulato, a volte attraverso una vita di duro lavoro, a ragione di due fattori fondamentali:

  • La sprovvedutezza del risparmiatore;
  • Il totale controllo del pricing.

L’aspetto scandaloso dell’intera questione è la totale assenza di un’azione di controllo e repressione di  tali fenomeni da parte delle Autorità di mercato, vere “alchimie” escogitate per privare i cittadini oppressi del proprio risparmio.

E’ il potere dominante, il capitale apolide che escogita nuovi strumenti e vie per operare un indesiderabile processo di trasferimento della ricchezza dalle classi meno agiate verso quelle ricche ed in supremazia, con l’intento di “polverizzare” e poi “polarizzare” la ricchezza mondiale e ridurre in condizioni di vera indigenza strati sempre più ampi del popolazione, con il fine di consolidare il Potere e di attuare il Nuovo Ordine Mondiale.

Categories
Politica e Diplomazia

L’apogeo della « società liquida »

L’apogeo della “società liquida” assume la veste di una Repubblica “deparlamentarizzata”.

Il processo di mortificazione delle prerogative parlamentari, unica “voce” della società civile in un contesto politico di stampo democratico, è in atto da alcuni decenni.

Il primo strumento artefice dello svuotamento della capacità di rappresentanza degli “eletti del popolo” è quello mediatico- propagandistico, messo in atto da ogni Regime politico arrogante e centrato sugli interessi delle élite. 

La stampa ufficiale ed i media sono totalmente asserviti agli scopi del Potere, indossando le vesta di diffusori di menzogna e di tenaci “ladri di verità”.

Ed ecco apparire sulla scena culturale, si fa per dire, il “politicamente corretto”, vale a dire un dizionario di etica e  morale messo a punto e diffuso con maniacale attenzione dalla propaganda di regime, nel violento tentativo di influenzare la formazione della pubblica opinione, sino al punto di trasferire ai “margini” del collettivo quelli che la “pensano in modo differente”.

Gli esempi sono molteplici:

  • L’anticonformismo additato come “fascismo”,
  • Una politica attenta ai desiderata della società definita con fare spregiativo “populismo”,
  • La difesa dei confini della nazione dall’immigrazione illegale definita “razzismo”.

E’ un tentativo, in parte riuscito, di trasformare il “male in bene” e viceversa, con lo scopo di abbattere i valori tradizionali e fondanti di una società solidale e cooperante, nella quale:

  • il bene pubblico precede quello privato,
  • la famiglia ne rappresenta il centro ed il pilastro fondamentale,
  • il sistema educativo e scolastico si pone lo scopo principale di aiutare l’individuo a sviluppare i propri naturali talenti,
  • il lavoro è tutelato e l’egemonia del capitale ostacolata,
  • il “welfare state” rafforzato e sempre più diffuso.

La classe politica è complice del disegno in atto, fatte salve poche eccezioni, sino ad arrivare a concepire leggi e normative come quella del “genitore uno e genitore due” in luogo della definizione di padre-madre; in tal modo si legittima il matrimonio omosessuale e l’adozione dei figli da parte delle coppie gay: il “gender” primeggia. Il tentativo di varare una legge contro la cosiddetta “omofobia” è l’apogeo di tale politica.

Senonché negli anni, una parte non trascurabile della società ha sviluppato un’inattesa capacità di “autonomo” giudizio, mettendo in difficoltà il sistema di prevaricazione in atto.

Il Regime ha allora elaborato specifiche strategie per rendere inefficace la “resistenza passiva” di una parte dei cittadini con lo scopo principale di “svuotare” di rappresentanza il Parlamento nazionale, al fine di rendere la classe degli “eletti” sempre più distante dalle reali esigenze del popolo e quindi “sorda” ai suoi desiderata e conseguenti legittime richieste.

La cancellazione del voto di “preferenza” è l’inizio di questa nuova fase, trasformando i parlamentari da “eletti del popolo” in “nominati” dei partiti politici, moderna classe di tecnocrati aventi il solo scopo del potere fino a se stesso”.

La strategia del continuo ricorso al “voto di fiducia” in ambito parlamentare ne rappresenta un altro aspetto non che sintomo del male incurabile che ha colpito la giovane democrazia italiana.

La vetta di tale percorso di trasformazione della Democrazia parlamentare in Repubblica teocratica è l’apparizione sulla scena di partiti nella forma di “movimenti”, in cui gli eleggibili sono scelti in un finto processo democratico realizzato sul web mediante l’espressione del voto on line da parte della “’base”, sino alla definizione delle principali scelte politiche del vertice: naturalmente, non v’è una concreta possibilità di controllo della trasparenza e legittimità delle procedure di “voto” né della qualità dei partecipanti.

Ne deriva una classe politico-parlamentare senza profili professionali né specifiche competenze avente il solo fine di un congruo reddito per “sbarcare il lunario”, totalmente succube dei vertici del partito che agita lo spettro della non rieleggibilità e quindi il ritorno alla situazione di “nullità” dalla quale i neo eletti provengono.

In tali scenari nessuna reale “rappresentatività” dell’elettorato attivo trova attuazione, con uno scollamento sempre più ampio ed incolmabile tra Paese reale e classe dirigente; la quale non rappresenta l’interesse di soddisfare le legittime attese della collettiva bensi’ i desiderata delle élite, che detengono il potere mediante il totale controllo della Finanza e dell’Economia non che della stampa e dei mass media.

E’ quella stessa classe di Dominatori che sviluppa idee e conseguenti strategie come la formula  del “partito movimento”, scegliendone i leaders ancor prima che gli emblemi, dirigenti che prima fra tutte dimostrano di possedere la qualità del “guitto di avan spettacolo”; un’efficace soluzione per sterilizzare le aspirazioni della società civile rendendo inefficace l’espressione del voto popolare: unica residua “forza” delle masse per esercitare un minimo controllo sull’arrogante potere delle élite.

Il tentativo ultimo, in ordine di tempo, per rendere sempre più incolmabile la distanza tra società civile e classe dirigente  é  la paventata riforma parlamentare circa il numero degli eletti: la propaganda vuole che un numero inferiore di parlamentari faccia “giustizia” del principio della riduzione degli sprechi nell’ambito della Pubblica Amministrazione e nel rendere più  efficiente il  Parlamento.

Senonché  si perde di vista, nel “rumore” della propaganda politica, il fatto che una riduzione degli “eleggibili dal popolo” compromette ulteriormente la capacità di rappresentanza delle Camere e della classe politica al potere, “silenziando” maggiormente la voce della società civile in ambito legislativo e di governo del Paese.

L’incapacità dei partiti e dei suoi rappresentanti di condurre le sorti della Nazione secondo i primari interessi dei cittadini non trova soluzione per tale via:  il nodo fondamentale è al contrario il rafforzamento della libertà di scelta degli eletti da parte dell’elettorato attivo, diffondendo un’informazione corretta e veritiera, ripristinando il voto di preferenza, abbattendo i “partiti-movimento” per disinteresse della base elettorale e ponendo le premesse per l’elezione dei competenti e degli onesti, unica via per il ripristino di reali condizioni democratiche.

Categories
Politique et Diplomatie

L’apogée de la “société liquide”

L’apogée de la “société liquide” se manifeste sous la forme d’une République “ départementalisée “.

Le processus de mortification des prérogatives parlementaires, seule “voix” de la société civile dans un contexte politique démocratique, se poursuit depuis quelques décennies.

Le premier instrument qui est à l’origine du dépouillement de la capacité de représentation des “élus du peuple” est celui des médias et de la propagande, mené par tout Régime politique arrogant et centré sur les intérêts de l’élite.  

La presse et les médias officiels sont totalement asservis aux objectifs du pouvoir, revêtant la robe de menteurs et de tenaces “voleurs de vérité”.

Et voici qu’apparaît sur la scène culturelle, pour ainsi dire, le “politiquement correct”, c’est-à-dire un dictionnaire d’éthique et de morale élaboré et diffusé avec une attention maniaque par la propagande du régime, dans une tentative violente d’influencer la formation de l’opinion publique, au point de transférer aux “marges” du collectif ceux qui “pensent différemment”.

Les exemples sont nombreux :

  • La non-conformité citée comme “fascisme”,
  • Une politique attentive aux désirs de la société définis avec un “populisme” méprisant,
  • La défense des frontières de la nation contre l’immigration illégale est appelée racisme.

Il s’agit d’une tentative, en partie réussie, de transformer le “mal en bien” et vice versa, dans le but de briser les valeurs traditionnelles et fondatrices d’une société solidaire et  notamment :

  • Le bien public précède le bien privé,
  • La famille est son centre et son pilier fondamental,
  • L’objectif principal du système éducatif et scolaire est d’aider les individus à développer leurs talents naturels,
  • Le travail est protégé et l’hégémonie du capital entravée,
  • L'”État providence” renforcé et de plus en plus répandu.

La classe politique est complice de la conception actuelle, à quelques exceptions près, au point de concevoir des lois et des règlements tels que celui du “parent premier et du parent second” au lieu de la définition du père-mère ; de cette façon, le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des couples homosexuels sont légitimés : le “genre” prime. La tentative d’adopter une loi contre l’homophobie est le point culminant de cette politique.

Toutefois, au fil des ans, une partie non négligeable de la société a développé une capacité inattendue de jugement “autonome”, mettant en difficulté le système de prévarication mis en place.

Le régime a ensuite élaboré des stratégies spécifiques pour rendre inefficace la “résistance passive” d’une partie des citoyens dans le but principal de “vider” le Parlement national de toute représentation, afin de rendre la classe des “élus” de plus en plus éloignée des besoins réels du peuple et donc “sourde” à ses désirs et aux demandes légitimes qui en découlent.

 L’annulation du vote “préférentiel” est le début de cette nouvelle phase, transformant les parlementaires de “peuple élu” en “candidats” des partis politiques, une classe moderne de technocrates ayant pour seul but le “pouvoir en soi”.

La stratégie du recours continu au “vote de confiance” dans la sphère parlementaire représente un autre aspect qui constitue un symptôme du mal incurable qui a frappé la jeune démocratie italienne.

Le sommet de ce chemin de transformation de la Démocratie parlementaire en République théocratique est l’apparition sur la scène de partis sous forme de “mouvements”, dans lesquels les éligibles sont choisis dans le cadre d’un processus démocratique fictif réalisé sur le web par l’expression du vote en ligne par la “base”, et ce jusqu’à la définition des principaux choix politiques du sommet : bien entendu, il n’y a pas de possibilité concrète de contrôler la transparence et la légitimité des procédures de “vote” ni la qualité des participants.

Il en résulte une classe politico-parlementaire sans profils professionnels ni compétences spécifiques dans le seul but de disposer d’un revenu raisonnable pour “joindre les deux bouts”, totalement inféodée au sommet du parti qui agite le spectre de la non-éligibilité et donc un retour à la situation de “nullité” dont sont issus les nouveaux élus.

Dans de tels scénarios, aucune véritable “représentativité” de l’électorat actif n’est mise en œuvre, avec une déconnexion de plus en plus large et infranchissable entre le pays réel et la classe dirigeante qui ne reflète pas l’intérêt de satisfaire les attentes légitimes du collectif mais plutôt les désirs des élites, qui détiennent le pouvoir par un contrôle total des finances et de l’économie, ainsi que  celui de la presse et des médias.

C’est cette même classe de Dominateurs qui développe des idées et des stratégies conséquentes comme la formule du “mouvement de parti”, en choisissant ses dirigeants avant même les emblèmes, des dirigeants qui démontrent avant tout la qualité de « clown d’avant-spectacle » ; une solution efficace pour stériliser les aspirations de la société civile en rendant inefficace l’expression du vote populaire : la seule ” force ” restante des masses pour exercer un contrôle minimum sur le pouvoir arrogant des élites.

La tentative ultime, par ordre chronologique, de rendre le fossé entre la société civile et la classe dirigeante de plus en plus infranchissable est la redoutable réforme parlementaire sur le nombre de représentants élus : la propagande réclame un nombre réduit de parlementaires pour “rendre justice” sur le principe de réduction du gaspillage au sein de l’administration publique et sur l’amélioration de l’efficacité du Parlement.

Cependant, dans le “bruit” de la propagande politique, on perd de vue le fait qu’une réduction de “l’éligibilité du peuple” compromet encore plus la capacité de représenter les Chambres et la classe politique au pouvoir, “faisant taire” la voix de la société civile dans les sphères législatives et gouvernementales du pays.

L’incapacité des partis et de leurs représentants à diriger le destin de la nation en fonction des intérêts premiers des citoyens ne trouve pas de solution de cette manière : au contraire, le nœud fondamental est le renforcement de la liberté de choix des élus par l’électorat actif, la diffusion d’informations correctes et véridiques, le rétablissement du vote de préférence, la dissolution des “partis en mouvement” par manque d’intérêt pour la base électorale et la mise en place des bases pour l’élection de personnes compétentes et honnêtes, seule manière de rétablir de véritables conditions démocratiques.

Categories
Attualità

Il Potere vacilla, l’Italia puo’ rinascere

Gli Stati Generali convocati dall’attuale Governo sono il sintomo di un grave malessere: la classe dirigente affoga nella propria insipienza ed incapacità di assumere la guida del Paese con dignità.

La pandemia da Coronavirus non  è la vera origine bensi’ la causa scatenante di una crisi già presente e con le difficoltà connesse celate dalla propaganda di regime.

Negli ultimi due decenni, in particolare dall’entrata in circolazione della moneta unica, la crescita economica del Paese si è interrotta, la disoccupazione è dilagante; il deficit della pubblica amministrazione è un “fiume in piena” fuori controllo; il “welfare state” è stato abbattuto com’anche  le “garanzie” a tutela del lavoro; la capacità di spesa del salario si è sensibilmente ridotta con flessione del livello dei consumi delle masse; la “middle class” è sostanzialmente sparita dallo scenario nazionale, per l’alta moria di piccole e medie imprese, grazie ad una infausta legislazione bancaria di matrice europea.

Un’Europa a trazione tedesca con lo scopo di creare un continente a due velocità:

  • l’area mediterranea, caratterizzata da bassi livelli salariali e da una riduzione dei costi dell’industria manifatturiera; –
  • l’area nordica, con un sistema produttivo capace di controllare i principali mercati internazionali inondati con prodotti fabbricati con l’utilizzo di “semilavorati” a basso costo.

I vincoli di bilancio imposti e la perdita della sovranità monetaria rappresentano i principali strumenti per la realizzazione del disegno “imperialista” di matrice tedesca; ne è derivata una sostanziale incapacità degli Stati-Nazionali di elaborare efficaci politiche economiche ed industriali, riferendosi la  Governance dell’Economia alle solo politiche monetarie condotte dalla Banca Centrale Europea, per altro aventi lo scopo principale se non unico di un controllo del tasso d’inflazione atteso per valori oscillanti intorno al 2% su base annua.

Una vera follia se si considera che la parte migliore della Letteratura economica sostiene  che il male peggiore dell’economia non è l’aumento dei prezzi, almeno sino a che il tasso di variazione non assume valori superiori al 10% (Stiglitz, Galbraith ed altri), bensi’ una sostanziale “deflazione” con modesti tassi di crescita del Prodotto interno lordo (PIL) dovuta principalmente alla presenza di eccedenze di capacità produttiva.

La situazione odierna è lo specchio del fallimento delle politiche europee d’ispirazione tedesca, giacché la miope dirigenza tecnocratica ha posto le basi per l’implosione del sistema, dovuto all’incapacità prospettica delle Economie deboli di onorare il proprio debito, in conseguenza di una continua erosione della “base impositiva” e della conseguente flessione del flusso di entrate fiscali, a fronte di una crescita continua delle spese di parte corrente degli Stati, anche per la pervicace resistenza delle classi politiche e burocratiche di rinunciare ad una parte dei loro privilegi.

La crisi economica già in atto trova oggi accentuazione in connessione alla pandemia da Coronavirus, che in ragione del “lockdown” imposto ha  registrato contrazioni del Pil al 31 maggio intorno all’8%, rispetto ai valori al 31 dicembre 2019, e cio’ a dispetto delle fuorvianti informazioni menzognere del Regime.

Ne consegue un inevitabile crollo delle entrate fiscali  ed un avanzamento del deficit di bilancio a livelli record anche per l’incremento delle spese di parte corrente, dovuto ad un seppur insufficiente  sostegno dell’economia dei consumi.

La crisi economica incombente del Paese Italia mette in pericolo la “costruzione imperialistica” tecnocratica di stampo tedesco: il default della nostra Nazione annuncia la morte dell’area euro, con gravi conseguenze per tutti i Paesi coinvolti.

Ed allora che fare?

Nella logica dei dominatori appare necessario un rafforzamento delle azioni e delle politiche che vanno  nella stessa direzione ma somministrando una maggiore quantità di veleno: insistere sul processo di abbattimento del welfare state, sull’incremento della pressione fiscale, sul processo di “riforme” che altro non è se non impoverimento del cittadino medio e definitiva distruzione della “middle class”, aggravando la dipendenza del bilancio pubblico dal Potere centrale europeo, come il MES impone, e condizionando in maniera assoluta il contenuto delle politiche di spesa dello Stato e quindi la Governance economica. Naturalmente, questo progetto si snoda  attraverso una “esautorazione” del Parlamento nazionale che non deve  avere  in tali scenari  alcuna voce in capitolo sui destini economici della Nazione.

Ma qui interviene un fattore, già  posto sotto osservazione dai Dominatori, ma che oggi appare in una dimensione non “prevista”: una parte della Nazione, e non proprio minoritaria, si è desta.

La propaganda di Regime, fondata sulla disinformazione e sulla divulgazione della menzogna con ogni mezzo, utilizzando “squadracce politiche” di stampo sud americano ben celate nei mezzi d’informazione ed in aree non sospette degli apparati istituzionali, vede vanificata una parte del proprio lavoro: quote della popolazione sempre piu’ ampie non “risponde” con la stessa duttilità al processo di “lavaggio delle idee”, finalizzato a  costruire un “blocco ideologico” pervicace e del tutto scollegato dalla realtà del Paese.

L’obiettivo è di  creare e diffondere una sorta di “illusione collettiva” capace di “celare” agli occhi della maggioranza dei cittadini la terribile realtà di un Potere avido di ricchezza ed incline a commettere ogni sorta di prevaricazione politica ed istituzionale per raggiungere i propri fini di dominazione, incurante delle condizioni di vita degli individui negli aspetti economici, igienici, sanitari e morali.

Il problema per i Dominatori assume contorni allarmanti.

La situazione comporta l’inevitabile sconfitta elettorale, presto o tardi, di quella parte della classe politica asservita ai propri  interessi ed incline ad essere obbediente ad ogni logica prevaricante imposta, purché essa possa conservare i propri privilegi.

Ed allora ecco la convocazione degli Stati Generali, con la “passerella” dei tecnocrati di turno al servizio della Finanza apolide, la vera Dominatrice della scena, nel tentativo  di “ipnotizzare” il pubblico.

Si spera in tal modo di ottenere un duplice risultato:

  • il rafforzamento della sudditanza della già sottomessa  ed obbediente classe politica al Governo;
  • la messa in scena di una “grandiosa rappresentazione teatrale” con il fine di  confondere le idee dei cittadini sull’importanza e sulla necessità dell’adozione di politiche d’ispirazione europea per il miglior superamento della crisi in atto.

Ma questo tentativo è la dimostrazione che il Potere è “alle strette” e teme di perdere la propria forza di controllo sulla Nazione Italia; ne è una prova il fatto che tale tentativo è stata ideato e messo in atto  nel solo nostro Paese ed in nessun altra Nazione appartenente all’area euro, seppur gravemente colpita dai medesimi problemi economici e di tenuta del bilancio pubblico.

Allora, coraggio Italia!!!

Destati nel Tuo orgoglio e nelle Tue capacità creative. Ergiti sulle ali “dorate del pensiero”, di memoria verdiana. Ricorda tutti i grandi pensatori ed artisti nati dal Tuo seno in ogni età, quegli stessi uomini che fecero il rinascimento e che costruirono mirabili opere di arte e di libero pensiero.

Coraggio mite e gloriosa Italia, in Te sono sopite Forze di libertà che anelano alla verità ed all’auto determinazione, che nessun despota straniero potrà mai vincere.

Ogni Regime, antico e moderno, sa che la Forza delle idee e del pensiero fondato sulla verità non puo’ essere vinta!!!

Categories
Actualités

Le pouvoir vacille, l’Italie peut renaître

Les États généraux convoqués par le gouvernement italien actuel sont le symptôme d’un grave malaise : la classe dirigeante se noie dans sa propre ignorance et son incapacité à prendre avec dignité la direction du pays.

La pandémie du coronavirus n’est pas la véritable origine, mais plutôt le déclencheur d’une crise déjà présente et avec les difficultés connexes cachées par la propagande du régime.

Au cours des deux dernières décennies, en particulier, depuis l’entrée en circulation de la monnaie unique, la croissance économique du pays s’est arrêtée, le chômage est endémique ; le déficit de l’administration publique est un “fleuve en crue” incontrôlable ; l'”État-providence” a été démoli, ainsi que les “garanties” pour protéger le travail ; la capacité des salaires en matière de dépenses a été considérablement réduite avec une baisse du niveau de consommation des masses ; la “classe moyenne” a pratiquement disparu du scénario national, en raison de la forte mortalité des petites et moyennes entreprises, grâce à une législation bancaire européenne peu favorable.

Une Europe à l’allemande avec pour objectif de créer un continent à deux vitesses :

  • l’espace méditerranéen, caractérisé par de faibles niveaux de salaires et une réduction des coûts de l’industrie manufacturière ;
  • la zone nordique, avec un système de production capable de contrôler les principaux marchés internationaux inondés de produits fabriqués à partir de “produits semi-finis” à bas prix.

Les contraintes budgétaires imposées et la perte de souveraineté monétaire représentent les principaux instruments de réalisation du dessein “impérialiste” du modèle allemand ; il en résulte une incapacité substantielle des États nationaux à élaborer des politiques économiques et industrielles efficaces, renvoyant la gouvernance de l’économie aux seules politiques monétaires menées par la Banque centrale européenne, dont le but principal, sinon unique, est de contrôler le taux d’inflation attendu pour des valeurs oscillant autour de 2% sur une base annuelle.

Une véritable folie si l’on considère que la majeure partie de la littérature économique soutient que le pire mal de l’économie n’est pas l’augmentation des prix, du moins jusqu’à ce que le taux de variation prenne des valeurs supérieures à 10 % (Stiglitz, Galbraith et autres), mais plutôt une “déflation” substantielle avec des taux de croissance modestes du produit intérieur brut (PIB) principalement dus à la présence de capacités de production excédentaires.

La situation actuelle est le reflet de l’échec des politiques européennes d’inspiration allemande, puisque le leadership technocratique à courte vue a jeté les bases de l’implosion du système, en raison de l’incapacité prévisible des économies faibles à honorer leur dette, conséquence d’une érosion continue de la “base d’imposition” et de la diminution conséquente du flux des recettes fiscales, contre une croissance continue des dépenses courantes des États, due également à la résistance obstinée des classes politiques et bureaucratiques à renoncer à une partie de leurs privilèges.

La crise économique déjà en cours aujourd’hui est accentuée par la pandémie du Coronavirus, qui en raison du “lockdown” imposé a enregistré des contractions du PIB au 31 mai d’environ 8%, par rapport aux valeurs au 31 décembre 2019, et ce malgré les informations trompeuses du régime.

En conséquence, les recettes fiscales se sont inévitablement effondrées et le déficit budgétaire a atteint des niveaux record, en raison également de l’augmentation des dépenses courantes, due à l’insuffisance du soutien de l’économie de consommation.

La crise économique imminente de l’Italie met en danger la “construction impérialiste” technocratique de style allemand : la défaillance de la nation annonce la mort de la zone euro, avec de graves conséquences pour tous les pays concernés.

Alors, que faire ?

Dans la logique des dominateurs, il semble nécessaire de renforcer les actions et les politiques qui vont dans le même sens mais en administrant une plus grande quantité de poison : insister sur le processus de réduction de l’État-providence, sur l’augmentation de la pression fiscale, sur le processus de “réformes” qui n’est autre que l’appauvrissement du citoyen moyen et la destruction définitive de la “classe moyenne”, en aggravant la dépendance du budget public vis-à-vis du Pouvoir central européen, comme l’impose le MSE, et en conditionnant de manière absolue le contenu des politiques de dépenses de l’État et, par conséquent, la gouvernance économique.

Naturellement, ce projet se déroule à travers un ” affaiblissement ” du Parlement national, qui ne doit pas avoir voix au chapitre dans de tels scénarios sur les destinées économiques de la Nation.

Mais ici intervient un facteur, déjà mis sous observation par les Dominateurs, mais qui apparaît aujourd’hui dans une dimension “imprévue” : une partie de la Nation, et pas exactement une minorité, s’est réveillée.

La propagande du Régime, fondée sur la désinformation et la diffusion de mensonges par tous les moyens, en utilisant des “escouades politiques” à l’américaine bien cachées dans les médias et dans les zones peu suspectes de l’appareil institutionnel, voit une partie de son travail frustrée : des parts de plus en plus importantes de la population ne “répondent” pas avec la même docilité au processus de “lavage de cerveau”, visant à construire un “bloc idéologique” obstiné et complètement déconnecté de la réalité du pays.

L’objectif est de créer et de diffuser une sorte d'”illusion collective” capable de “cacher” aux yeux de la majorité des citoyens la terrible réalité d’une puissance avide de richesses et encline à commettre toutes sortes de prévarications politiques et institutionnelles pour parvenir à ses propres fins de domination, indépendamment des conditions de vie des individus sur les plans économique, hygiénique, sanitaire et moral.

Le problème des Dominateurs prend des contours alarmants. 

Cette situation entraîne l’inévitable défaite électorale, tôt ou tard, de la partie de la classe politique qui est soumise à ses propres intérêts et encline à obéir à toute logique dominante imposée, à condition qu’elle puisse conserver ses privilèges.

Voici donc la convocation des États généraux, avec le “défilé” des technocrates de service au service de la Finance apatride, la véritable dominatrice de la scène, dans une tentative d'”hypnotiser” le public.

On espère, de cette manière, obtenir un double résultat :

  • le renforcement de la subordination de la classe politique déjà soumise et obéissante au gouvernement ;
  • la mise en scène d’une “représentation théâtrale grandiose” dans le but de brouiller les idées des citoyens sur l’importance et la nécessité d’adopter des politiques d’inspiration européenne pour mieux surmonter la crise actuelle.

Mais cette tentative est la preuve que le Pouvoir est “dans une situation délicate” et qu’il a peur de perdre son pouvoir de contrôle sur la Nation Italienne ; la preuve en est le fait que cette tentative a été conçue et réalisée dans notre seul pays et dans aucune autre nation appartenant à la zone euro, même si elle est gravement affectée par les mêmes problèmes économiques et de stabilité des budgets publics.

Alors, courage Italie !

Lève-toi avec ta fierté et tes capacités créatives. Envole-toi sur les ailes dorées de la mémoire de Verdi. Souviens-toi de tous les grands penseurs et artistes nés en ton sein à toutes les époques, ces mêmes hommes qui ont fait la Renaissance et qui ont construit d’admirables œuvres d’art et de libre pensée.

Courage douce et glorieuse Italie, en toi se trouvent les forces de liberté qui aspirent à la vérité et à l’autodétermination, qu’aucun despote étranger ne pourra jamais vaincre.

Tout régime, ancien ou moderne, sait que la force des idées et de la pensée basées sur la vérité ne peut être vaincue !