HomeAnthropologieLiberté et égalitarisme" se traduisent par "égalité des chances

Liberté et égalitarisme” se traduisent par “égalité des chances

La société moderne se caractérise par de fortes asymétries qui se manifestent par des inégalités et des injustices de toutes sortes :
De la vie économique et politique au système éducatif et scolaire, de la diffusion de l’information au fonctionnement des marchés financiers, de la fourniture de services d’administration publique aux opportunités offertes par le monde du travail.

Pourtant, la propagande du régime et une grande partie de l’opinion publique insistent sur une mauvaise direction à prendre :
– le premier en propageant un faux concept de “liberté”,
– la seconde en embrassant un sens mal compris de l’égalitarisme.

Dans la mesure où l’affirmation selon laquelle l’équité doit être recherchée dans la normalisation de la vie des individus est fausse, tout comme est incorrecte une conception de la “liberté” qui prétend passer outre toute limite naturelle au comportement de l’individu, oubliant que l’espace d’action personnel trouve une limite insurmontable dans la liberté des autres :
“Le capitalisme est une distribution injuste de la richesse, le communisme une distribution juste de la misère” (Winston Churchill).

Le Régime en place prétend opprimer les personnes en occultant la Vérité, des faits les plus insignifiants aux fondements du Droit Naturel ; la majorité des individus, quant à elle, confond le “mérite” avec le droit de posséder “gratuitement” ce qui est nécessaire, oubliant que tout bien possédé ne peut être que le produit du travail, réalisé selon ses propres capacités et sans prévaloir sur les prérogatives d’autrui.

D’autre part, cette dernière distorsion comportementale grave est l’un des principaux résultats de la désinformation, de la propagande du régime et de la dissimulation de la Vérité.

En effet, le Pouvoir élabore des politiques de propagande minutieuses visant à confondre chez la majorité des citoyens certaines des principales valeurs éthico-morales, telles que la liberté – l’égalité – le droit à la disponibilité d’un stock suffisant de ressources économiques – l’éducation correcte – la formation efficace.

Et voilà que se profile à l’horizon de la vie publique le “revenu de citoyenneté”, la diffusion des biens acquis par des contrats de leasing ou de location, l’aplatissement des méthodes d’évaluation scolaire dans le but de rendre tout le monde “ayant droit” sans en avoir le mérite et en offensant ceux qui, au contraire, travaillent avec engagement et sérieux pour acquérir les futures compétences professionnelles et les profils comportementaux adaptés à la construction d’une société juste et solidaire.

La législation qui vise à éliminer l’utilisation de l’argent liquide dans le règlement des transactions commerciales va dans la même direction, avec l’intention de rendre le citoyen “esclave” du système bancaire afin de jeter les bases d’un contrôle total de sa vie, jusqu’à la répression la plus féroce de celle-ci au moyen de la “saisie” de ses avoirs bancaires, comme cela se passe actuellement dans la nation “démocratique” canadienne.

Un autre exemple de la tentative continue du Pouvoir d’opprimer et de tyranniser est l’imposition de la vaccination obligatoire et du “passeport vert” qui en découle, jusqu’au crime de refuser le droit au travail aux classes les moins aisées représentées par les employés.

L’objectif est la “pulvérisation” de la dignité humaine par l’anéantissement de toute forme d’autonomie, économique et intellectuelle, financière et politique.

L'”humanité”, en tant qu’unité, représente un organisme vital en évolution dont le but ultime est la manifestation de l'”homme intelligent”.

Il est le résultat d’une série d’incarnations dans des conditions de vie dissemblables les unes des autres, en conséquence de la loi du “libre arbitre” ou de la prérogative humaine de choisir librement la direction du voyage, imprimant aux actions la “couleur” de sa propre qualité :
“L’esprit qui réussit à s’étendre ne revient jamais à sa dimension précédente” (Albert Einstein).

La conscience des conséquences de ses choix et de ses actions découle de la présence ou de l’absence, dans la perception de l’individu, de la “conscience” humaine :
La “voix intérieure” qui suggère d’opérer sans transgresser les règles de la Loi naturelle, qui peut être résumée dans un ancien axiome sapientiel “… ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse à toi-même…”.

 Mais l’homme qui est le “masque” d’une jeune âme, l’Homme intérieur, le Maître, n’a pas encore développé la capacité de discerner correctement entre “le bien et le mal”, parce qu’il est esclave de ses propres passions et de la sensualité charnelle ; d’où découlent invariablement des conséquences désagréables, le Karma, selon le principe “… à chacun son salaire…”.

Bien sûr, le comportement humain n’est pas seulement le résultat de l’expérience accumulée mais aussi de ses propres inclinations, dans le sens où “… il y a les écoliers attentifs et laborieux et les paresseux et les oisifs…”.

Cela signifie que, dans la société, des individus ayant des niveaux d’évolution différents vivent ensemble et manifestent donc des “intelligences” et des capacités multiples pour comprendre et discerner la réalité, ainsi que pour établir des relations avec leurs pairs.

Par conséquent, le concept d'”égalité” doit être compris pour ce qu’il est réellement :
égalité des chances au départ, égalité des chances à l’école et dans l’éducation en général, égalité des chances dans le monde du travail, égalité des chances dans l’expression de sa pensée.

Le résultat est une société “stratifiée” en différentes classes d’individus, différenciées en fonction de leur intelligence et de leur capacité de discernement.

Cela ne peut et ne doit pas se traduire par une disparité marquée dans la disponibilité économique, ni par une quelconque forme d’exclusion de la vie sociale et politique, des processus éducatifs, de la libre acquisition d’informations sans encourir de coûts élevés.

Au contraire, la primauté de la solidarité, de l’entraide, de la coopération, du sentiment d’appartenance à la grande famille humaine, sans divisions et pénalisations, exclusions et marginalisations, apparaît nécessaire.

Dans ces conditions idéales de fonctionnement de la société civile, les concepts de “liberté” et d'”égalitarisme” assument et représentent leur véritable contenu :
L'”égalitarisme” est compris comme l’égalité des chances,
La liberté conçue comme la libre expression de ses propres vocations et capacités, dans le respect des prérogatives d’autrui.

Le résultat est une humanité qui n’est pas ” écrasée ” par les modèles d’expression imposés par le Dominateur à des fins de prédominance et d’oppression ; une société qui sait respecter les différences, les ” vraies ” qui ne sont pas dues à la ” richesse “, à des circonstances heureuses ou à des comportements criminels visant à s’emparer des prérogatives des autres :
“La vérité triomphe seule, le mensonge a toujours besoin de complices” (Épictète).

La certitude consciente de la présence dans le groupe de niveaux dissemblables de développement intérieur jette les bases pour surmonter les conflits déraisonnables dus à la “jalousie” des prérogatives des autres.

Ce sentiment humain néfaste, l’un des principaux responsables des comportements les plus violents et criminels de la société moderne, peut et doit être supplanté par la conscience de chaque individu qu’il est “lui-même”, le résultat d’un long processus d’évolution, le fruit de la loi du “libre arbitre”, que l’homme exerce dans sa vie quotidienne, façonnant son propre caractère et son avenir : “Tu récolteras ce que tu as semé” (Cicéron).

Le problème est donc avant tout un problème d’éducation et de formation.

Un jeune éduqué à la réalité de sa propre vie intérieure et aux principes du Droit Naturel, capable de concevoir la société comme la manifestation d’une Grande Entité, l’ensemble de l’Humanité, dans le but ultime de manifester l’Homme Véritable, montrera un caractère personnel libre des pires émotions et orienté vers la solidarité, l’acceptation de la diversité et le respect des prérogatives des autres, l’entraide, le soutien et l’aide aux plus faibles :
“Si vous êtes une personne talentueuse, cela ne signifie pas que vous avez gagné quelque chose mais que vous avez quelque chose à offrir” (Carl Jung).

Le fait est que le régime de pouvoir en place fait obstacle à la manifestation de la “vraie nature” humaine en opprimant, en propageant de fausses informations et en dissimulant la vérité sous toutes ses formes.

En outre, ces derniers temps, on a assisté à une répression ouverte ou cachée de ceux qui manifestent une résistance évidente à l’abomination propagée, afin de supprimer toute possibilité de “réveiller” la conscience des masses : “…soyez le changement que vous voulez être dans le monde…” (Mahatma Gandhi).

Néanmoins, nous sommes convaincus du triomphe final du Vrai, manifestation de la volonté du Créateur et des lois toutes-puissantes de l’équilibre cosmique :
et donc ” … mieux vaut pour eux s’ils ne soient jamais nés… “.

Prof Moshe David Touitou
Homme craignant et serviteur de Dieu, il est né dans le monde pour devenir un citoyen de la nation juive. Diplômé en philosophie morale, il a ensuite obtenu un diplôme en économie et un doctorat en finance de marché et d'entreprise ; il a été professeur titulaire de finance dans diverses universités pendant 25 ans, gestionnaire d'entreprises commerciales et d'institutions financières et spécialiste de la philosophie, de la sagesse antique et de l'exégèse biblique. Il vit, étudie et travaille en Israël.
RELATED ARTICLES

Most Popular