Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /var/www/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2758

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /var/www/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2762

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /var/www/wp-content/plugins/revslider/includes/output.class.php on line 3689
La crise du Sacré

La crise du Sacré

0

Dans les sociétés de toutes les époques et de toutes les périodes historiques, anciennes et modernes, le contraste entre le Sacré et le Profane a revêtu des configurations diverses, fruit de la culture dominante et du cadre de référence politique et économique.

L’homme, dans son évolution, suit une progression en “spirale” avec des phases alternées de “lumière” et d'”obscurité” mais qui, dans la succession des âges, montre une tendance à des niveaux de conscience plus élevés.

Sur son chemin de développement, l’humanité se nourrit de deux forces : le “matérialisme” et la tendance innée à “l’ascèse”, la contemplation du Divin, de ce qui n’est pas immanent et que les philosophes définissent comme “transcendance” – religion – ésotérisme.

L’individu humain perçoit en lui-même une nature “double” :

  • l’orientation matérielle et contingente, qui répond à la loi cosmique de l’économie (Mahat-Manas) et qui est liée au travail et à toute activité exercée afin d’assurer les moyens nécessaires à la survie de la race ; cette orientation prévaut dans la phase d’évolution initiale où l’objectif est le développement de “l’esprit concret” pour le contrôle de l’environnement vital ;
  • le profil “mystique” de l’existence (Buddy – Abstract Mind) qui implique une prédisposition innée à la contemplation-méditation-réflexion “abstraite” sur les origines de la Vie et sur les motivations cachées à la base de son propre comportement objectif, souvent en contraste : le subjectif et l’extérieur, son propre égoïsme et les besoins d’une relation équilibrée avec les autres fondée sur la reconnaissance du bien commun, base d’une coexistence civile saine et pacifique. C’est la phase la plus avancée dans laquelle la philosophie et la science prévalent, visant à la création d’une Civilisation fondée sur de véritables concepts de fraternité et d’entraide et sur un profond respect pour l’environnement planétaire et les créatures des règnes inférieurs de la nature.

La religion des peuples et les cultes apparentés sont le premier résultat, pas encore bien manifeste, de cette “genèse” innée et spontanée de la pensée vers l'”abstrait” et le non immanent, qui cherche la cause de l’apparition dans l’étude du transcendant, du subjectif, de ce qui n’est pas “vu” mais “perçu” et qui a été la source d’inspiration des mystiques, des artistes, des philosophes et des génies de tous âges.

La “séparation” substantielle entre l’homme et les animaux mammifères, qui au cours de l’évolution s’accentue de plus en plus, réside dans la capacité d’élaboration de “l’esprit abstrait” :

et en fait, même l’animal développe dans son cheminement évolutif la capacité de dominer l’environnement vital, par la lutte et le contraste qui sont la cause du développement chez la créature de “l’esprit concret”, de l’intelligence immanente, qui implique la connaissance et la domination des circonstances existentielles.

L’umanità, al contrario, ha superato da eoni di tempo tale condizione e dunque l’obiettivo del proprio percorso evolutivo e’ ora  lo sviluppo della mente astratta, la capacità di indagare la Fonte della propria esistenza, di comprendere e dominare le Leggi di natura, di conoscere e comprendere la struttura dell’Universo circostante, di analizzare l’aspetto soggettivo dell’esistenza e di “nutrire” la propria sfera interiore attraverso il rispetto e la pratica quotidiana del Diritto naturale, inscritto nel Cuore di ogni uomo.

L’humanité, au contraire, a surmonté cette condition il y a des lustres et donc l’objectif de son cheminement évolutif est maintenant le développement de l’esprit abstrait, la capacité d’enquêter sur la Source de sa propre existence, de comprendre et de dominer les Lois de la Nature, de connaître et de comprendre la structure de l’Univers environnant, d’analyser l’aspect subjectif de l’existence et de “nourrir” sa propre sphère intérieure par le respect et la pratique quotidienne de la Loi Naturelle, inscrite dans le Coeur de chaque homme.

Il est donc clair qu’une société qui induit l’immanence et la poursuite de ses propres intérêts égoïstes par la recherche du pouvoir et l’oppression des faibles et de ceux qui sont dans des situations défavorisées et qui étouffe cette “tension” innée de l’homme vers le Divin et le subjectif, nie la condition naturelle de l’être humain, sa supériorité sur les animaux, sa responsabilité envers la Nature et l’environnement planétaire, en annulant et en rejetant les acquis réalisés depuis des éons de temps par un chemin évolutif long et ardu.

Les tentatives généralisées d’outrage au Sacré qui prévalent dans les sociétés contemporaines représentent en fait une tentative de “suicide”, puisqu’elles projettent la condition humaine et ses qualités existentielles dans l'”abîme” d’un passé ancien, dépassé au prix de grandes souffrances et de luttes existentielles indicibles.

Le fait est que les hommes sont encouragés dans cette direction par la puissance dominante qui se cache derrière les institutions politiques et religieuses :

Les nations légifèrent des normes de droit contraires à l’Ordre naturel, voulant nier ce qui est évident dans le Coeur de chaque homme et renversant les règles de la Création et d’une coexistence civile correcte et ordonnée ainsi que la représentation et l’organisation d’une société saine.

Il s’agit de transformer le “Mal en Bien” et le “Bien en Mal” ; de réduire à néant la capacité d’introspection subjective de l’esprit humain ; d’inverser les règles de la Nature ; de générer des conditions favorables à la diffusion du “Chaos” dans les règles de la coexistence et dans la pensée des hommes, selon le principe maléfique selon lequel “tout est permis” dans une conception pervertie de la “Liberté” et de la Loi naturelle, d’où découle la transformation de la société en une société typique de l’animal.

Les principales institutions religieuses encouragent l’action perverse de la plupart des gouvernements du monde en diffusant des concepts et des idées de “faux humanisme”, en niant la valeur indispensable des différences culturelles entre les groupes ethniques, la richesse des différentes organisations sociales, le droit des peuples à s’autodéterminer selon leurs propres modèles de développement basés sur leur profil religieux et culturel spécifique, le droit inviolable à la vie en tolérant les lois qui permettent l’avortement. Le fondement de la propagation de cette sous-culture “néfaste” est le faux principe de fraternité qui s’enracine dans la négation du “sacré” et le manque de respect pour les différentes origines des peuples, qui ont la liberté naturelle de “s’autodéterminer” contrairement à ce qui est propagé en termes de “mondialisation”, et qui, avec le recul, a conduit à une propagation de la pauvreté économique et culturelle plutôt que du “bien-être” redouté.

Dans de tels scénarios, le Sacré est violé, offensé, nié, perverti parce que les vérités fondamentales sont renversées :

  • Le concept de fraternité humaine, qui en vérité est fondé sur les différences et l’autodétermination ;
  • Le caractère sacré de la religion et du subjectif chez l’homme, qui trouve sa force innée dans la recherche des Causes de l’existence, dans la méditation sur le “transcendant”, dans la relation personnelle avec le Divin et dans le développement de la conscience de soi (je suis), dans l’individualité “consciente” de la pensée et de l’analyse. En effet, chez le mammifère animal, il n’y a pas de “conscience de soi” mais plutôt la perception de l’appartenance au groupe et donc la manifestation d’une “conscience généralisée” et non individualisée ;
  • La tentative de ramener l’humanité à une religion “animique”, basée sur la relation “instinctive” avec la Nature et effaçant donc la capacité innée de se connecter au subjectif et au transcendant par le biais de l’esprit abstrait (Raison), seule véritable prérogative de l’homme par rapport aux autres créatures ; ce type de relation avec le subjectif est typique de l’animal (animisme) et représente la négation des privilèges qui découlent de la “position debout” de l’homme.

Tout cela représente une tentative de faire prévaloir le Profane et d’annuler chez les individus la capacité d’autodétermination, facilitant l’action de contrôle des masses par le Pouvoir et encourageant la perpétuation de la situation actuelle d’oppression des peuples.

Dans ce scénario “sombre” et indésirable, il y a cependant des signes encourageants qui donnent l’espoir d’une rédemption prochaine et imminente de l’homme et de la société :

les individus démontrent avec une force toujours plus grande une capacité autonome de pensée, d’autocritique, de discernement, d’orientation dans les choix fondamentaux qui mettent en “crise” le modèle propagandiste imposé et les modèles culturels qui en découlent.

Cette nouvelle attitude d’une partie non négligeable de la société rend de plus en plus inefficaces l’action et les politiques mises en œuvre par l’État profond, qui se trouve confronté à un “mur” de résistance passive toujours plus large, plus fort et spontanément organisé :

  • elle est le résultat du progrès subjectif de l’homme, de l’éveil de sa propre “conscience de soi”, produite par le contraste et la lutte provoqués par l’oppresseur, qui sera vaincu par les résultats de ses propres actions et de sa propre avidité, puisque de ses attitudes découle une situation de “pression” sur la conscience des plus développés, de ceux qui sont “en avance” dans le chemin de l’évolution, qui se traduit par l'”éveil” des qualités humaines innées en termes de pensée abstraite et de capacité conséquente d’analyse “subjective” de la Réalité.

Le Sacré reviendra pour prévaloir et l’homme pourra redresser sa situation en affirmant la capacité de la pensée abstraite et autonome, de l’analyse et de l’autocritique du “subjectif”, véritable cause de toute manifestation apparente.

Alors les efforts de propagande des régimes de tous les temps et de tous les lieux, basés sur la diffusion du mensonge et la dissimulation de la Vérité, ne seront plus efficaces : une nouvelle Civilisation fondée sur la méritocratie et sur le soutien des plus faibles et des plus défavorisés apparaîtra en conséquence.

About Author

Doctorate from MIT-Massachusetts. Sociologist and professor in several Anglo-Saxon universities. Today, he studies and conducts research on the themes of anthropology in Israel.

Comments are closed.