BRÉSIL : Le PCC comme franchise du crime.

0

Dans le monde fragmenté du narcotrafic brésilien, depuis quelque temps, les choses semblent être en ébullition, tant en ce qui concerne la géographie criminelle de São Paulo, se référant, pour l’essentiel, au PCC (Primeiro Comando da Capital), qu’en ce qui concerne celle de Rio de Janeiro, où sont enregistrés les mouvements les plus conséquents.

Dans le cas du PCC, il est maintenant clair que le centre des opérations, à côté de la ville de São Paulo, devient rapidement la frontière avec le Paraguay, le pays où beaucoup de ses représentants les plus importants vivent de façon stable.

L’intérêt porté au PCC est motivé, dans une large mesure, par sa structure très mobile et sa géométrie variable, plus proche d’une franchise du crime que du classique cartel de la drogue de mémoire colombienne.

Ce n’est pas par hasard que dans l’argot des irmãos (frères), comme on appelle les membres du Primeiro Comando da Capital, il y a les batizados, qui, cependant, le plus souvent, sont des sujets qui fonctionnent en autonomie presque totale, même s’ils respectent les règles de l’organisation.

À côté de ceux-ci, il y a environ deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui “courent avec le commandement” (c’est-à-dire le PCC), une image qui ressemble beaucoup à celle de lignes parallèles allant dans la même direction sans jamais se rencontrer.

Comme le souligne Gabriel Feltran dans son livre Irmãos : uma história do PCC, cette structure presque acéphale du PCC, composée de nombreuses “monades autonomes” qui ne se réunissent qu’en cas de stricte nécessité, mais qui répondent également au même code d’éthique et de conduite, a toujours créé d’énormes problèmes pour les enquêteurs.

La structure de franchise – à laquelle s’ajoute l’élément de secret – se traduit par une sorte de multiplicateur de centres.

Comme on peut le constater, nous sommes très loin de l’époque des grands cartels colombiens des années 80 et des premières années 90, où dominait une structure criminelle de type centralisé, et donc, entièrement verticale.

La force du PCC consiste précisément dans sa faculté d’être une force anti-étatique “discrète”, de caractère diffus et partiellement horizontal.

C’est une intuition de Marcola qui, au début des années 2000, a décidé que le moment était venu d’abandonner toute option à caractère meurtrier, de revenir en arrière et de penser à se développer sous le profil de l’influence criminelle et au niveau des affaires. Le choix semblait se fonder sur la valeur expérientielle du PCC avec la parabole de son représentant maximal, Pablo Escobar, qui, en déclarant la guerre à l’État, a sanctionné la défaite définitive du Cartel de Medellin.

Atacado et Varejo, la frontière et la ville

Pour comprendre la grande expansion récente du PCC, principalement aux frontières, il est nécessaire d’introduire deux concepts tout à fait fondamentaux : atacado (achat et vente en gros) et varejo (achat et vente au détail).

Le déplacement du centre de gravité du trafic de drogue brésilien des centres de São Paulo et de Rio de Janeiro vers les frontières avec la Colombie et le Paraguay ne peut être compris si on ne tient pas compte du changement de stratégie commerciale adopté par le Comando Vermelho, en particulier pendant la période où l’une de ses figures de proue était Fernandinho Beira-Mar, et par le PCC, au moins à partir du tournant imprimé aux affaires de l’organisation par Marcola.

La dynamique interne de la relation entre atacado et varejo a été illustrée de manière exhaustive dans le récent livre de Bruno Paes Manso, A república das milícias (La République des milices), par un ancien varejista du Comando Vermelho, qui opérait à Rio de Janeiro.

La personne qui se trouve dans le Paraná (État brésilien à la frontière avec le Paraguay) – selon l’histoire de la source rapportée par Paes Manso – traverse la frontière avec cent kilos de cocaïne, dépensant un montant d’environ 100-200 mille reais, pour gagner, une fois le produit placé sur le marché de détail, plus d’un million de reais. Dans les favelas, par exemple, de Rio de Janeiro, il y aura toujours un varejista prêt à acheter une partie de ces centaines de kilos de cocaïne, qui seront à leur tour distribués à de petits dealers, souvent des enfants dans leur bairro, et de ceux-ci aux consommateurs.

C’est un marché, le marché de la vente au détail, qui fonctionne à plein régime parce qu’il est essentiellement fondé sur l’illusion d’une “vie dorée” ; le statut communément associé à la figure des narcos en Amérique latine.

En réalité, les jeunes trafiquants qui opèrent sur les différents marchés de la drogue restent souvent victimes du système, ne parvenant à sortir de la machinerie infernale du narcotrafic “atacado-varejo” qu’une fois morts ou condamnés à des dizaines d’années de prison. Notre ex-varejista va jusqu’à dire que si l’État offrait l’amnistie à tous ceux qui veulent abandonner la “vie dorée des narcos”, la majorité accepterait sans broncher.

Le premier à saisir la potentialité d’un commerce de gros d’armes et de stupéfiants a été Fernandinho Beira-Mar, l’un des chefs historiques du commandement Vermelho, qui, dans la seconde moitié des années 90, a établi le centre de son trafic au nord, à la frontière colombienne, et plus au sud, à la frontière paraguayenne. Comme l’écrit Paes Manso, Fernandinho Beira-Mar est celui qui, dans le jargon brésilien du trafic de drogue, est défini comme un “matuto”, un personnage spécialisé dans l’achat de grandes quantités de produits (des armes aux stupéfiants) pour être ensuite introduits dans la longue chaîne des varejos, principalement à Rio de Janeiro et Sao Paolo.

Un matuto n’est pas nécessairement le chef ou l’un des chefs d’une faction criminelle, même s’il reste certainement une figure de proue. Dans le cas de Fernandinho Beira-Mar, par exemple, il n’a jamais atteint le pouvoir qu’avait, au sein du Comando Vermelho, Marcinho VP, leader historique du Complexo do Alemão et personnage clé des décisions les plus importantes prises ces dernières années par la facção.

L’arrestation de Fernandinho Beira-Mar en 2001 a entraîné un recul de l’approvisionnement en gros de la drogue par le Comando Vermelho, une situation qui a favorisé la montée progressive du Primeiro Comando da Capital (PCC) sur le marché frontalier d’Atacadista.

Le PCC est donc devenu l’un des principaux acteurs du marché restreint des atacadistas en Amérique latine, ayant compris, avant les autres factions criminelles brésiliennes, quels risques et quels coûts élevés étaient associés au maintien de l’ensemble du centre de ses activités au niveau des varejos dans les différentes villes.

Comme l’observe toujours Paes Manso dans son ouvrage A república das milícias (La république des milices) : “Lorsque le PCC et le CV sont entrés en conflit en 2016, provoquant diverses émeutes à l’intérieur des prisons tout au long de l’année suivante, les dirigeants de la facção carioca devaient 60 millions de reais à des atacadistas liés au groupe pauliste, selon ce que m’a dit l’un des dirigeants du CV de l’époque détenu dans une prison fédérale.”

Le PCC, donc, déjà en 2016, avait atteint une telle domination sur les frontières, qu’il avait fini par se transformer en matuto du Comando Vermelho, qui, à l’inverse, avait perdu de plus en plus de terrain précisément à cause des conflits liés au marché varejista au sein des territoires qu’il contrôlait dans les différentes villes.

Le narcopentacostalisme du Terceiro Comando Puro

Contrairement à la situation organique de l’État de São Paulo, à travers l’expansion du Primeiro Comando da Capital, et la dynamique liée aux affaires du PCC et du Comando Vermelho entre atacado et varejo, c’est-à-dire entre la frontière et la ville, le tableau semble plus fragmenté et beaucoup plus ” localisé ” en ce qui concerne les organisations criminelles qui opèrent actuellement à Rio de Janeiro. Gil Alessi, dans un article récent intitulé “A ascensão do ‘narcopentecostalismo’ no Rio de Janeiro”, a décrit la dynamique interne du complexe résidentiel connu sous le nom de Complexo de Israël.

Dans cet immense territoire commande le Terceiro Comando Puro, une faction criminelle formée à partir d’une scission au sein du Terceiro Comando.

Le TCP, malgré les dimensions réduites qui le distinguent du PCC, semble présenter des innovations sous le profil de son articulation pénale, de nature à en faire une étude de cas pertinente. Toujours en ce qui concerne le PCT, la structure au moyen de laquelle le pouvoir de l’organisation est déversé sur les citoyens qui vivent dans les zones qu’ils contrôlent, devient un élément complètement direct.

Dans le cas du PCC, il s’agit d’imposer une structure horizontale, au sein de laquelle ceux qui sont en bas comptent autant que ceux qui sont en haut (“O que está embaixo é como o que está no alto”), et où l’on n’est pas nécessairement baptisé, pouvant simplement “courir ensemble”, pour faire partie de l’organisation. Dans le cas du Terceiro Comando Puro, le lien éthique, afin de créer un lien avec ceux qui subissent le pouvoir de l’organisation ou qui exercent des fonctions marginales, passe par la dimension religieuse, selon les diverses et souvent irréconciliables déclinaisons évangéliques actuellement présentes au Brésil.

C’est le cas de Arão, alias Álvaro Malaquias Santa Rosa, trafiquant de drogue à la tête du Complexo de Israel, qui, selon les enquêtes menées par la police civile de Rio de Janeiro, a été récemment ordonné pasteur. Ou celle concernant un autre trafiquant de drogue de la zone, dont le surnom est Peixão.

Selon un article du journal O Globo, au cours d’une opération de police, des gilets pare-balles, des munitions et une copie de la Torah ont été trouvés dans le bunker de Peixão. Le lien entre les confessions néo-pentecôtistes et la religion juive est très répandu au Brésil, faisant référence, comme le rappelle Gil Alessi dans son article, à la création d’Israël, comprise comme un signe du retour de Jésus-Christ et une confirmation des promesses bibliques de l’Ancien Testament.

Malgré les références bibliques de Peixão et de son Armée du Dieu vivant, ainsi que les références récurrentes du PCC au concept de justice et au fait que la facção ne fait que ce qui est juste (fazer o certo), il y a que la possibilité de rester en vie dans certains contextes sociaux est directement proportionnelle au degré d’acceptation de la Weltanschauung propre à la “corporation”, qui dans ces réalités dictent la loi. Il s’agit en définitive d’un fonctionnalisme criminel, afin d’exercer un contrôle capillaire sur les territoires, en essayant de masquer le poids du harcèlement exercé sur les pària qui y vivent en montrant un certain degré d’acceptation, comme cela est mis en évidence de manière exhaustive dans le livre de Feltran, en référence au Primeiro Comando da Capital.

En l’absence de l’État ou avec ses représentants qui ressemblent plus à des assassins qu’à des défenseurs des maillons les plus faibles de la société, l'”aide” à la population, sous diverses formes illicites, provient de la facção qui gouverne ces territoires, transformant cette aide en de nouvelles formes d’oppression.

Chaque pària – à travers une éthique civile présumée ou à travers un néo-pentacostalisme imprégné de références à la Torah (déjà défini avec le terme ” narcopentacostalisme “) – sera appelée à remplir sa fonction qui la dépasse toujours et finit le plus souvent par l’écraser.

About Author

professeur et chercheur universitaire, blogueur et écrivain, il vit au Brésil depuis 2015. Il est titulaire d'un doctorat en disciplines philosophiques (2010) de l'université de Pise et d'un postdoctorat en histoire de l'université fédérale de Goiás (2020), où il enseigne actuellement l'histoire des relations internationales. Il collabore avec plusieurs revues brésiliennes, italiennes et allemandes et a présenté des communications scientifiques dans d'importantes institutions et congrès en Italie, en Espagne, au Brésil et en Uruguay. Son activité de recherche comprend différents domaines d'investigation et s'articule actuellement autour de deux axes principaux : l'étude des organisations criminelles latino-américaines et la question de la judiciarisation de la politique et de l'histoire. . Collaborateur, en tant que correspondant du Brésil, du journal NeXt Quotidiano ; depuis 2021, il dirige le blog d'information et d'analyse approfondie LatinoAmericando (http://latinoamericando.info).

Comments are closed.