L’AIIB et stratégies d’investissement pour les marchés asiatiques

0

La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) est une structure financière internationale et multilatérale pour le développement, à laquelle participent 86 pays membres de 6 continents différents.

Les principaux actionnaires sont les membres du BRICS : « Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud » suivi de l’Indonésie et des Philippines. La Chine, avec une participation de 30 %, est en tête. L’Allemagne, la France, l’Italie, la Suisse, la Grande-Bretagne et l’Australie sont également membres constituants depuis avril 2016.

L’AIIB, officiellement fondée en janvier 2016 à Pékin, comptait 57 signataires et un capital de 100 milliards de dollars pour financer les investissements d’infrastructure au moment de sa création. Les deux derniers pays à être inclus dans la structure de l’actionnariat (avril 2018) sont la Papouasie-Guinée et le Kenya.

L’objectif de l’AIIC est d’améliorer l’économie et le niveau de vie des entreprises asiatiques en finançant la construction et l’amélioration des infrastructures et des secteurs productifs.

Domaines d’application :

Prêts, participations et garanties pour le financement d’investissements dans les secteurs

  • des transports,
  • de l’énergie,
  • des télécommunications et
  • de l’agriculture.

Pour le développement urbain et industriel :

  • fourniture d’eau,
  • installations sanitaires propres,
  • amélioration de l’accès aux ports,
  • modernisation des routes et des chemins de fer, ainsi que
  • la promotion des projets d’infrastructure non physiques tels que la santé et l’éducation.

À moyen terme, les projets et investissements dans les pays émergents ne sont pas exclus.

Pour être financés, les projets doivent être jugés de haute qualité et recevoir l’approbation des populations locales concernées. (Cinaforum 14.04.2016).

Une étude de la Banque asiatique de développement (BAD) révèle qu’environ

  • 1,8 milliard de personnes en Asie n’ont pas accès aux installations sanitaires,
  • 0,8 milliard vivent sans électricité et
  • 0,6 milliard n’ont pas accès à l’eau potable.

En 2016, l’IBA a financé des projets d’une valeur de 1,7 milliard de dollars au Pakistan, au Bangladesh, au Tadjikistan, en Indonésie, au Myanmar, en Azerbaïdjan et à Oman.

En 2017, elle a investi 2,5 milliards de dollars dans 9 projets d’infrastructure dans six pays : l’Égypte, la Géorgie, l’Inde, les Philippines, le Pakistan et la Chine.

Au cours des deux dernières années, l’AIIB est intervenue directement dans 22 projets pour un total de 4,7 milliards d’euros. L’objectif est de promouvoir une croissance durable et stable, ce qui est fondamental pour le développement du continent asiatique et det des régions en développement participantes.

Projets signés à ce jour

Amélioration de la qualité de l’air :

Chine :

510 villages autour de Pékin. L’une des principales causes de pollution en Chine est la dépendance au charbon, qui est utilisé par les ménages ruraux de Pékin pour la cuisson et le chauffage et qui contribue pour 14,4 % à 18 % aux émissions de poussières fines.

Le projet avec Beijing Gas Group Company comprend la construction de gazoducs pour la distribution de gaz naturel à travers des réseaux dans 510 villages. Le projet, grâce au passage du gaz dans les pipelines raccordés, permettra de réduire considérablement la production de dioxyde de carbone, de particules, de soufre, etc.

Construction et amélioration du transport grâce aux ports et aux aéroports, installation de nouvelles centrales électriques

Inde : Bangalore

La construction de la nouvelle ligne 6 du métro de Bangalore, troisième ville plus peuplée de l’Inde avec 9,6 millions d’habitants. Dans les années à venir, l’offre de transport public ne sera plus en mesure de répondre à la forte demande et l’utilisation en augmentation des véhicules privés a créé des encombrements routiers et augmenté la pollution de l’air. Le projet prévoit la construction de 8 stations de métro et de 22 kilomètres de ligne de métro d’ici 2021. Le financement obtenu pour cette intervention s’inscrit dans le cadre de la stratégie de la Banque, qui vise à soutenir et à favoriser les pays membres (données : Farnesina février 2018 et MF/D).

Pays membres de l’ANASE : Malaisie :

Lors de la réunion annuelle des pays membres de l’ANASE (Association des nations de l’Asie du Sud-est) en février dernier, intitulée « La renaissance du capitalisme : des marchés pour la croissance », le président de l’AIIB, Jin Liqun a annoncé « une étroite collaboration entre la Banque et l’État malaisien. L’augmentation des investissements dans de nouveaux itinéraires de connexion tels que de nouveaux aéroports, ports, autoroutes et chemins de fer, et centrales électriques réduira progressivement la pauvreté ».

Projets énergétiques

Bangladesh : un investissement de 60 millions de dollars dans la construction d’une centrale électrique à cycle combiné de 220 mégawatts d’énergie verte sur l’île de Bhola dans le district de Barisal au Bangladesh.

Le projet aura un impact bénéfique sur l’économie du pays parce qu’il soutient les industries qui peuvent distribuer de l’énergie à un grand nombre de personnes qui vivent aujourd’hui sans électricité.

Fonds pour l’eau et l’énergie :

  • Laos, investissement de 40 millions de dollars,
  • Vietnam, des fonds pour le développement durable des villes,
  • sous-région du Mékong, fonds pour des projets énergétiques au Myanmar.

Soutien technique au Cambodge et en Thaïlande dans les secteurs public et privé pour la grande vitesse.

Le continent asiatique a besoin de ressources financières substantielles pour répondre à la forte demande d’infrastructures, et l’AIIB prend des mesures pour construire des investissements durables et renforcer les connexions transfrontalières à travers l’Asie et le Moyen-Orient. Au niveau mondial, la présence de l’AIIB contribue à ouvrir de nouvelles perspectives économiques pour l’intégration et nous permet d’observer comment la Chine évolue sur la scène de la mondialisation.

About Author

Expert in economic, administrative and market analysis, she writes about economics, finance and culture for the magazines "China in Italy" and "Travel Retail" and for the online newspaper "Futuro Quotidiano". She published "Let's Talk Frankly" (2015), "Take me everything off but not the holidays. The Russians choose Italy "(2016),"China: Dynamism and Globalization" (2017),"China does not run ... it flies! The Chinese economy and current affairs" (2018) all published by Intermedia Editions.

Comments are closed.