Zaleuco et la limitation de la « vengeance privée » : une mission accomplie ?

0

Depuis l’Antiquité, la ville de Locri ( Région de Calabre) est connue et citée par les penseurs pour la pertinence de l’activité législative de Zaleuco, promoteur du premier code européen et donc premier législateur du monde occidental.

La légende veut que Zaleuco ait appartenu à une condition servile et que dans un rêve, Athéna lui soit apparue et lui aurait suggéré quelques lois équitables, à tel point qu’il a été affranchi.

Cicéron, dans De Legibus, affirme que Zaleucus avec Caronda avaient rédigé les lois non seulement pour un simple exercice scolaire ou un passe-temps, mais dans le but de réaliser le bien de leur État. La loi a en effet a permis pour la première fois de convaincre de la « justesse des choses » non pas par la force, la violence ou la clandestinité – « nec vi, nec clam » – mais par une adhésion convaincante à l’idée.

La valeur de la codification écrite des normes mentionnée ci-dessus est louée et rappelée par des auteurs de premier plan tels que Strabon, qui dans la Géographie VI soutient que les Locriens auraient été les premiers à utiliser les lois écrites ; de même, Platon, dans Lettere ad Attico, considère Locri comme la fleur de l’Italie pour la noblesse, la richesse et la gloire de son peuple.

L’historiographie et la légende rapportent qu’il s’agissait de la première législation citadine, liée à la communauté de référence de Locri Epizefiri au VIIe siècle avant J.-C.

Eusèbe la situe dans la deuxième année des XXIXe Jeux olympiques, tandis que l’historien Strabon définit les lois de Zaleucus comme les premières lois écrites des Grecs, et donc non seulement dans la Grande-Grèce mais aussi dans les autres territoires grecs.

Par souci d’exhaustivité, il convient de souligner qu’il existe des sources et des anecdotes incomplètes sur Zaleucus de Locri, malgré le titre glorieux de premier législateur de l’histoire occidentale qui lui est reconnu.

On lui reconnaît, par exemple, une sévérité proverbiale (comme le rapporte Zenobio) et cette sévérité est attestée par la particularité de ses lois, destinées à introduire des sanctions uniformes pour la violation des différentes lois, dont le contrôle du maintien effectif avait été jusqu’alors laissé à la seule discrétion des tribunaux.

Il est important de souligner que l’un des objectifs de la législation de Zaleuco était de limiter le droit à la vengeance privée en transférant l’administration de la justice de la main du particulier à la main du public, autrement dit l’État.

Comme nous le rappelons, même à une époque plus récente, dans le domaine du droit civil, la propriété foncière a toujours été défendue conformément aux idées de l’aristocratie agraire de l’époque.

Plus en détail, la vengeance privée était autrefois une véritable institution juridique, pensez à la dite « faida » à l’époque des Communes de l’Italie médiévale : quelques exemples de ces « pratiques juridiques » se trouvent encore dans les célèbres œuvres de William Shakespeare ou dans le XIVe chant du Paradis de Dante, où sont décrits le climat de haine et les guerres internes qui pouvaient se produire entre les familles ennemies représentées par les inoubliables Montecchi et Capulets.

La caractéristique la plus connue de la faida est liée à sa dimension de vengeance qui voit, d’une part, les proches de l’offensé s’employer à réparer les torts subis par des représailles violentes tandis que, d’autre part, la famille du coupable s’emploie à se fortifier afin de pouvoir répondre de façon appropriée à toute attaque infligée par l’ennemi.

En réalité, la faida était une institution juridique très complexe : elle ne prévoyait pas nécessairement un état de guerre généralisé, en fait dans certains cas, elle s’est révélée être un outil utile pour éviter ou circonscrire les conflits armés.

L’origine de la faida, bien connue, se trouve dans le droit coutumier allemand : une pratique étroitement liée à lépreuve, également appelée « jugement de Dieu ».

Cette épreuve représentait un privilège dont pouvaient bénéficier tous ceux qui faisaient partie de la société, à l’exception des indigents et des étrangers.

Selon l’expérience des citoyens italiens, depuis le XIe siècle, l’administration du droit privé par les autorités publiques a laissé beaucoup de liberté et de discrétion aux individus car, en cas de crimes contre la personne ou contre ses biens, la victime et sa famille jouissaient de la possibilité de se venger motu proprio, et donc sans exiger l’intervention des autorités publiques.

Bien que de caractère privé, la vengeance ne doit pas être considérée comme une pratique simple et anarchique en soi, car elle s’inscrit dans un panorama beaucoup plus complexe.

Au sein de la faida, la vengeance était une pratique qui nécessitait l’observation d’une certaine ritualité et la possibilité d’une médiation, par des éléments externes et internes à ces familles, qui se voyaient confier la tâche d’agir en tant que médiateurs et artisans de la paix, dans le but de tenter un accord pacifique entre les parties.

Bien que de nombreux siècles se soient écoulés depuis l’époque de la législation attribuée à Zaleuco, nous entendons encore parler de cas de vengeance privée légalisée ou autrement tolérée dans certains contextes ou pays.

Un exemple dans ce sens est représenté par l’Albanie où la vengeance, le Kanun ou Kanuni, est aujourd’hui également connue sous le nom de « canon de Lekë Dukagjini », du nom du dirigeant albanais qui a lutté contre l’Empire ottoman et a fondé cet ancien système normatif. Il représente le plus important code du droit coutumier albanais, parmi les nombreuses « normes de facto » créées dans les régions montagneuses du nord de l’Albanie au cours des derniers siècles.

Ce codex fait partie intégrante du patrimoine culturel albanais et, à ce titre, il ne diffère en rien des quatre autres matrices d’identité religieuse et culturelle traditionnellement présentes dans le pays : le catholicisme, l’orthodoxie, le sunnisme et le bektashisme.

À cet égard, il convient de souligner que le Kanun réglemente également ce qu’on appelle le « système de vengeance par le sang » ; il établit ainsi le devoir d’observance consistant à venger le meurtre de son propre parent de sang, en frappant le tueur ou ses parents masculins jusqu’au troisième degré de parenté.

L’accomplissement de la vengeance constitue une véritable obligation, au même titre que ce qu’un juriste de la plus prudente tradition civiliste romane définirait, selon les art. 1176 et suivants, comme l’accomplissement de la prestation comme cause normale d’extinction d’une typique relation obligataire.

La sanction pour le manque de vengeance est la perte de nder ou de la « respectabilité de la famille » ainsi que l’hostilité générale de la communauté.   La famille elle-même du « lâche » prévoit de l’ostraciser, par des gestes hautement symboliques comme le café sous le genou (lorsque la famille avait bu le café ensemble, la tasse était servie au coupable  non pas sur la table mais sur le sol, à côté du pied).

Le pardon des parents offensés est prévu et réglementé par un rituel spécifique, et est médiatisé par les prêtres de différentes confessions lorsque plusieurs sont présents au sein de la communauté, ainsi que par les notables de celle-ci.

Dans la culture albanaise, le pardon est considéré comme « méthode » au même titre que le meurtre et pourrait être appliqué à chaque membre de la famille, à la discrétion de la partie lésée.

Le phénomène de la vengeance par le sang est malheureusement encore une réalité tangible et significative dans certaines régions albanaises.

 Afin de prévenir l’apparition de cas d’assassinats vindicatifs et de garantir que les États européens s’engagent activement dans la répression et le suivi du phénomène, une pétition a été présentée au Parlement de l’Union européenne, dans laquelle, en référence à des cas de « vengeance par le sang », il est demandé que l’Albanie ne soit plus considérée comme un pays d’origine « sûr » dans l’évaluation des demandes d’asile.

About Author

a lawyer practicing the legal profession in Rome, he also holds a degree in Political Science and a Masters in Diplomatic Studies. Speaker at some conferences, he is a scholar of Community Law.

Comments are closed.