Pandémie 2020 : la dictature de Big Brother a-t-elle le feu vert ?

0

Aujourd’hui, l’information semble totalement manipulée. L’avertissement continu des médias officiels de ne pas considérer comme véridiques les prétendues ” fake news ” diffusées sur le web, signale la préoccupation des hauts dirigeants afin qu’aucun obstacle minimum ne puisse interférer avec la pleine confiance des masses dans les actualités, largement altérées, qui sont diffusées.

Comment l’information est-elle manipulée ?  Par le biais de deux actions principales :

1) altérer les actualités en en donnant une version substantiellement déformée et falsifiée ;

2) dissimuler totalement tout ce qui ne devrait pas en aucun cas être divulgué.

Le réalisateur Tony Kearney, lorsqu’il a accompagné des séminaristes écossais lors d’un voyage en 2019, a tourné le documentaire “Priest School” pour la BBC Scotland. À l’occasion de la rencontre avec le pape François, l’un des étudiants a offert au pape une bouteille de whisky écossais, le célèbre et super-âgé “Oban Scotch Whisky“.

Kearny a rapporté dans “The Daily Record” que le pape avait été très candide avec les jeunes et que lorsque la bouteille lui avait été remise, il s’était exclamé : “C’est la vraie eau bénite ! (Paul English, The Daily Record, 4:30, 16 avril 2020)

La vidéo documentant cette blague quelque peu irrévérencieuse de Bergoglio a été soigneusement effacée de tout le réseau ; l’appareil du Vatican a éliminé l’épisode, et on n’en trouve aucune trace. Nous avons pu retrouver la photo rapportée au moment de la livraison du cadeau (la bouteille de whisky), qui y coïncide, montrant nettement la boîte dans les mains du Pape.

L’épisode rapporté, bien que plutôt secondaire, fait comprendre à quel point le contrôle auquel est soumise l’information dans notre pays est minutieux et pernicieux et  à quel point le besoin est grand de dissimuler même une déclaration qui a un peu dépassé les limites. En fait, les Italiens sont traités comme des enfants !

Parallèlement avec l’expérience terrible que représente la pandémie de Covid-19, des dizaines et des dizaines de publicités pleines d’avertissements et de louanges ont été rapidement diffusées dans les médias, dans le but de convaincre les gens de “rester à la maison” : je reste à la maison, je travaille à la maison, je fais de la gymnastique, je range, je salue les grands-parents en vidéoconférence et n’importe qui d’autre, comme c’est agréable de rester à la maison pour cuisiner, jouer avec le chat, pourquoi sortir ? Un jour, nous nous rencontrerons et ce sera plus agréable qu’avant !  Cependant, le contenu de ces publicités laisse penser que le Nouvel Ordre Mondial tente d’apporter un changement stable et profond dans les habitudes et la qualité de vie qui y est associée.

Il nous semble que, compte tenu du temps nécessaire à leur production, ces vidéos de propagande obsessionnelle, disponibles instantanément, étaient prêtes depuis un certain temps, cachées dans un tiroir secret, prêtes à être utilisées au moment du déclenchement de la pandémie. Nous comprenons qu’il s’agit d’une idée folle et “conspirationniste“, en bref d’une véritable “fake news“, mais, bien que nous reconnaissions n’avoir aucune preuve, nous avons des indices.

De toutes les publicités mentionnées ci-dessus, les plus inquiétantes sont celles dont la phrase clé est : “tout ira bien“, et qui sont généralement illustrées par l’image d’un arc-en-ciel, devenu un symbole très courant, notamment par les mouvements LGBT. Cachée dans le “drapeau arc-en-ciel” coloré et innocent se cache la proclamation moqueuse selon laquelle la raison, la loi naturelle, le bien commun, sans parler de la loi de Dieu, devraient être interdits, au profit d’une perversion logique, celle pour laquelle appartiendrait la sphère des “droits” : le mariage gay et et la possibilité pour ces couples de “procréer” !

Ce genre de vœu, “tout ira bien“, traduction de ” Everything is going to be fine ” que nous avons entendu mille fois dans les films américains, semble absurde car quelle que soit la manière dont les choses se passent, on ne peut pas dire que tout va dans la bonne direction, si aujourd’hui, le 22 mai 2020, il y a 333 000 décès dans le monde, dont environ 35 000 en Italie, bien que ces chiffres soient des bagatelles par rapport à la pandémie de 1918, la terrible grippe espagnole qui a causé 500 millions d’infections et 50 millions de décès dans le monde !

En tout cas, la phrase clé de la publicité “tout ira bien” semblerait venir de ceux qui semblent connaître les résultats finaux de la pandémie, en ce sens que la phrase résonne comme une annonce secrète, capable de soutenir l’hypothèse que la propagation de la maladie a été causée par celle d’un virus créé en laboratoire, pour mettre en place une énorme expérience afin d’affecter les habitants de la terre.

L’administration Trump, par exemple, en est convaincue et le 3 mai dernier, le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré qu’il y avait “d’énormes preuves” (preuves accablantes) que le virus avait été fabriqué dans un laboratoire secret à Wuhan !

Une autre des grandes surprises de cette époque est le manque absolu de fiabilité de la “virologie” moderne. Pris au hasard, il n’y en a pas deux spécialistes qui disent la même chose : sur le mode d’infection, la fin de l’infection, le pic d’infection, les mesures à prendre, l’utilité des masques ou des gants, la survie du virus sur diverses surfaces ou dans l’eau, le danger des animaux domestiques ou la permanence de la maladie sous forme de particules dans l’air, la possibilité d’un renouvellement de l’infection après guérison, etc.

Malgré cette avalanche d’incertitudes, les virologistes “officiels” ont le monopole !  Ils censurent et font taire toute approche théorique ou de thérapie qu’ils ne proposent pas eux-mêmes (comme la “cure Ascierto“). La seule distinction valable ne concerne que la tendance des uns à répandre la peur et l’anxiété ou des autres à répandre des raisons précises d’espérer.

À cette situation de confusion absolue s’ajoutent les attitudes du gouvernement et le système en vigueur choisi pour la législation d’urgence : le recours continu à un institut autocratique tel que le Dpcm est très critiquable, car il empêche toute discussion possible au Parlement sur le contenu des nouvelles dispositions d’exception.

Face à un état général aussi complexe que confus, l’espoir de chacun d’entre nous est centré sur la possible libération du monde du virus, et pour cette raison nous avons confiance en Dieu quelle que soit l’origine du mal. Mais nous devons également veiller à ce que la pandémie ne devienne pas le prétexte d’une légalisation permanente du contrôle, face à un monde très semblable à celui que George Orwell avait imaginé lorsqu’il a écrit et publié “1984”.

About Author

Artist and painter of a particular style, he has exhibited in many events, including the 54th edition of the Venice Biennale, the University of Rome, the 54th edition of the Michetta Award, the 58th edition of the Michetti Award and in other important national and international exhibitions. As an eclectic artist, he has written several publications in the form of a monograph on the themes of esoteric astrology, as well as several articles on the mysterious side of poetry and art; he also studied themes related to the "Vatican", paying attention to the content of the reform desired by the Second Vatican Council.

Comments are closed.