L’Italie trahie ne s’est pas réveillée

0

Les Italiens ont subi l’une des plus grandes trahisons de leur histoire : la constitution de l’Union européenne et la mise en circulation de la monnaie unique.

Les effets sont sous les yeux de tous :

  • Une contraction significative du pouvoir d’achat des revenus des masses ;
  • Une réduction du salaire, en valeur nominale et en valeur réelle ;
  • Une augmentation du chômage, principalement chez les jeunes ;
  • Une croissance de l’économie inexistante, avec des phases de croissance très modeste du PIB alternant avec des moments de récession importante.

Cette situation est le résultat d’une série de facteurs concomitants :

  • La prédominance de la politique monétaire dans la gouvernance économique, à l’exclusion de la gouvernance industrielle et fiscale, dont l’objectif principal n’est pas de soutenir le revenu et l’emploi mais de contenir le taux d’inflation ;
  • L’exigence d’un “budget équilibré”, qui met le pays dans la position de ne pas pouvoir diriger efficacement la bonne marche de l’économie ; en outre, on constate une forte réduction de la capacité d’impact des politiques sociales et de l’État-providence en général ;
  • la perte de la souveraineté monétaire, qui fait des politiques financières de l’État des “prisonniers” de la technocratie européenne.

Ajoutez à cela le manque de performance et l’inefficacité du système financier dans son ensemble, avec un marché officiel dominé par la spéculation et dont les prix cotés sont très éloignés des fondamentaux économiques sous-jacents. Cette circonstance, ainsi que les fortes barrières à l’entrée sur le marché qui entravent considérablement l’accès aux cotations des petites entreprises, ont jeté les bases d’un fort

ralentissement de la croissance en raison d’un manque de capital technique productif.

Le phénomène est exacerbé par l’absence substantielle de soutien aux ménages et aux entreprises de la part des banques commerciales, qui s’engagent à chasser les profits de la spéculation sur les marchés financiers plutôt que de fournir les formes classiques de crédit bancaire.  La structure actuelle de l’activité bancaire est également le résultat des politiques financières et de crédit malheureuses de l’Union européenne, qui visent à soutenir et à favoriser les grands capitaux et les grandes entreprises de toutes les façons possibles.

 

Les objectifs réels de la technocratie dominante sont de soutenir la domination du pouvoir financier et de déterminer une “polarisation” de la richesse dans les mains d’un petit nombre, ce qui est bien connu : à savoir qu’au cours des deux dernières décennies, il y a eu un fort processus de transfert des revenus et du capital dans les mains des classes riches et en position de suprématie :

  • Par la diffusion de politiques de bas salaires et de précarité croissante des salariés, dénoncée par des niveaux de chômage insoutenables et encore plus graves que le chômage des jeunes ;
  • En déterminant une “mortalité” élevée des petites et micro-entreprises, la base du soutien d’une classe moyenne qui se libère d’une vie de pauvreté économique indigne et grave ;
  • En privant l’État de son autonomie financière nécessaire pour soutenir le développement des productions mineures et l’élaboration de politiques sociales adéquates inspirées d’un véritable “État Providence”.

Ainsi, les marchés sont de plus en plus dominés par les grandes entreprises et le grand capital, tandis que les populations croupissent dans des conditions de grande difficulté économique et sociale, toujours à la recherche d’un “revenu minimum” qui puisse assurer leur survie mais qui, en fait, n’est accessible qu’à quelques-uns.

La pandémie de coronavirus a contribué à rendre cette situation encore plus évidente, en mettant en évidence les graves lacunes qui caractérisent la capacité de notre gouvernement à orienter le sort de l’économie.

Et ce, non seulement pour l’incapacité de la classe dirigeante, mais aussi pour l’absence substantielle ou l’impossibilité d’activer les politiques et les mécanismes nécessaires.

Nous nous référons ici en particulier à l’octroi de contributions sociales, comme nous l’avons déjà évoqué et qui ne jettent certainement pas les bases d’une véritable relance de la production, mais plutôt à la mise en œuvre de politiques budgétaires substantielles et dans le but de réaliser les investissements nécessaires à une véritable relance économique de la nation, dont le montant devrait être de l’ordre de centaines de milliards étalés sur plusieurs années.

Au contraire, il est débattu sur la manière de dénicher les “miettes”, pour nourrir et ce,  insuffisamment les masses et ce n’est pas tout : MES ou non, Coronabond ou non, Eurobonds et autres démons d’origine européenne. Oui, c’est diabolique, car une dépense financée par des dettes envers des “tiers”, à rembourser à moyen ou long terme, jette les bases d’un léger soulagement de la situation actuelle, bientôt remplacée par le “nœud coulant” des demandes de remboursement des créanciers qui, à y regarder de plus près, mettent à disposition des ressources sous forme de dettes que notre nation elle-même a contribué à “verser” dans le cadre du ” Fonds de sauvetage des États ” : au dommage succède la moquerie.

Les évidences décrites sont si insultantes qu’un cri jaillit du cœur et de l’esprit intelligent :

 Italie, réveille-toi !  Il n’y a plus de temps !  La Nation meurt !

Réassume  la “lumière de la raison” O cher et humilié peuple italien, retrouve ta dignité et rejette  la dernière tentative de “pulvériser” la Nation et de lui refuser toute autonomie et tout pouvoir pour être maître de son propre destin, opprimé par l’étranger peut-être parce qu’il est doté d’immenses “ressources créatives” que les puissants voisins craignent plus que tout.

Réassume ta souveraineté monétaire et  ton autonomie budgétaire, pour redevenir l’interprète principal des destinées de ton peuple.

Bien sûr, pour ce faire, les citoyens doivent enfin prendre conscience de la trahison perpétuée et de ses auteurs, y compris les nôtres : ils doivent prendre conscience de leur propre pouvoir lorsqu’ils expriment leur préférence politique ; ce n’est qu’ainsi que l’Italie prouvera qu’elle s’est réveillée d’une longue hibernation, soutenue et facilitée par des informations fausses et mensongères et par la tentative de réprimer de toutes les manières, même brutales, toute capacité de pensée et de jugement autonomes.

About Author

Comments are closed.