L’homme est à la dérive, emprisonné par ses passions et ses crimes

0

Une possibilité de salut existe-t-elle pour lui ?

Sur quoi les choix des hommes se basent-ils dans leur vie quotidienne ?

Dans la plupart des cas, sur leur propre gain, poussé par la recherche des possessions, par l’avidité et dans le but de satisfaire ses désirs de luxure.

En vérité, chez les individus, la loi des passions et du plaisir sous toutes ses formes prévaut dans la norme, même dans celle qui se réfère à la possession immodérée de la richesse, qui en fait ne peut jamais être utilisée en raison de l’énorme quantité des possessions par rapport aux besoins réels de l’individu.

Un philosophe bien connu du XXe siècle s’est posé la question dans l’une de ses œuvres bien connues : …être ou avoir… (« Erich Fromm »), et en fait, c’est le dilemme qui emprisonne actuellement l’humanité.

  • Les violents sont ainsi généralement pour l’envie de posséder (« avoir ») ou pour le désir d’abuser des autres avec leurs propres idéologies.
  • Les saints, au contraire désirent « être » et développer la tolérance envers « autrui ».

La différence n’est pas négligeable.

Les premiers sont emprisonnés dans l’obscurité de la matière, d’où proviennent :

  • l’égocentrisme,
  • la recherche du plaisir et des sensations,
  • la domination des passions (sentiments-émotions) et
  • le désir conséquent de possessions et de pouvoir, considéré comme l’outil utile pour satisfaire leurs désirs insatiables.

Toutes les formes de criminalité en découlent, puisque l’homme est totalement centré sur son aspect extérieur, matériel et mondain, reléguant à son subconscient la sensibilité innée envers les prérogatives d’autrui et pratiquant dans l’insensibilité la plus absolue toutes sortes de prévarication sociale et de crime contre l’ordre naturel des choses.

C’est comme si une partie de lui-même (l’homme) s’était complètement « éteinte », rendue silencieuse par une attitude exaspérée centrée sur l’apparence et les choses visibles.

La « conscience » est silencieuse, elle ne crie pas son dégoût pour le crime commis à chaque occasion, ou peut-être les « oreilles » sont complètement bouchées et l’audition compromise.

Comme l’enseignait un ancien Maître : « ils ont des oreilles mais n’entendent pas… ils ont des yeux mais ne voient pas… » (Évangile – le Christ).

La sagesse antique et certaines des grandes religions du monde enseignent qu’il s’agit d’une « question évolutive », se référant à l’âme et à ses expériences, comprises comme le nombre et la qualité des réincarnations.

Mais c’est aussi le résultat du « libre arbitre », puisque la distinction entre les hommes et les anges consiste précisément dans la possibilité de choisir (pour les premiers) entre « bon et mauvais » (« Adam a mangé…. le fruit du pommier…», l’arbre de la connaissance).

Cet acte a conduit à l’initiation pour les humains d’un processus évolutif basé sur le discernement, sur l’expérience, qui implique un libre choix à chaque occasion de la vie, en raison de l’impact sur leur gain personnel :

  • abandonner ses avantages pour le respect d’une éthique morale jugée insurmontable ou, inversement,
  • satisfaire leur soif de possessions, de pouvoir et de plaisir même au prix d’un préjudice à leurs semblables.

De là dérive la « loi karmique » incomprise, compatissante et parfaite dans son action, puisqu’elle enseigne le contenu des conséquences de ses actions, comme le Maître l’a lui-même prévenu : « … à chacun son propre salaire… » (Évangile – le Christ).

Mais la loi de « cause et effet » (karma) ne suffit pas à elle seule à expliquer la situation actuelle de la décadence de l’humanité.

Le travail créatif est synthétiquement exprimé par un axiome de la sagesse ancienne : « ….. Celui qui se multiplie en beaucoup... », c’est-à-dire, le « Dieu Un et Trine » qui émane de Lui-même l’immanent, la Création, tout en restant transcendant et « non-manifeste », afin de connaître Ses propres qualités.

Une ancienne doctrine représente le « Manifeste du Logos » comme un enfant accro dédié à jouer avec ses propres jouets. La signification de l’affirmation est fortement ésotérique : « Dieu est connu par la création », ce qui n’est rien de plus qu’une extériorisation d’une partie de Sa Puissance, une manière de Se regarder à travers un miroir.

De cette approche philosophique d’origines très anciennes, découlent une série de conséquences conceptuelles, telles que :

  • Le Bien et le Mal compris comme l’expression de la même Puissance, les deux faces d’une même pièce ;
  • L’Homme Vrai, manifestation de l’étape finale de l’évolution, qui est caractérisée par une Intelligence qui lui permet d’aller au-delà du bien et du mal;
  • Et donc, dans la réalité ultime de son existence, l’humanité peut comprendre que les deux antithèses (bon-mal) représentent la formule créative par excellence.

C’est-à-dire que :

  • le mal fait référence à la matière et à l’ignorance avec la manifestation inévitable de l’égoïsme et de toutes sortes de crimes ;
  • le bien non matériel, invisible, véridique et plein d’amour et de détachement du monde et de ses propres intérêts personnels, en d’autres termes, la vision mystique des Saints.

Dans le plan Divin, donc, « le mal » représente une phase d’évolution, parce que c’est seulement à travers une réelle connaissance de celui-ci que l’homme peut se rendre libre et prendre de façon décisive la route du retour à « la maison du Père » : « …. où je vais…. vous ne pouvez pas venir…. ». (Évangiles).

Dans une telle vision, donc, la persévérance de l’humanité dans le mal et la matérialité n’est que la conséquence de la phase de développement vécue, qui sera inévitablement suivie, tôt ou tard, par l’orientation de la vie à travers la recherche du Chemin qui « conduit à la maison du Père ».

Mais revenant au concept de « l’Enfant Dieu qui joue avec ses jouets », l’Un Ineffable et non manifeste, dont tout dérive, a déterminé les règles du jeu, donc les Lois de la Création prévoient la nécessité que deux Forces antagonistes soient en manifestation de la matérialité et de la force de l’Esprit :

  • la première emprisonne l’homme dans les ténèbres du péché pour qu’il puisse apprendre la leçon ;
  • la seconde le libère dans le feu de l’esprit, éveillant en lui la mémoire de sa propre origine et le ramenant sur les traces de la maison du Père.

D’autre part, dans l’histoire narrée de tous les Saints de toutes les religions, il y a une période de «chute dans le péché » suivie de la rédemption et du don de la foi, qui impliquent une réorientation vers Dieu le Père.

Le concept qui semble manquer dans certaines religions officielles est celui des Forces de la Main Gauche et celles de la Main Droite.

Un système d’entités angéliques et d’autre nature qui manifestent le pouvoir :

  • la première sur la matérialité et l’égoïsme (Gauche) ;
  • l’autre sur la spiritualité et la vision mystique (Droite).

Les hommes, dans la première phase de leur développement, succombent au pouvoir de la Gauche, puis s’en débarrassent progressivement en suivant le chemin de l’expérience, jusqu’à être soumis au pouvoir de la Droite et, par conséquent, s’engagent fermement sur le chemin du retour : l’homme racheté.

Donc, ce qu’on appelle « le mal » représente en réalité la phase de l’expérience de la matérialité (Satan) et du « péché », et qu’en vérité, la sagesse antique enseigne qu’une fois que l’esprit est éveillé, en vertu de l’expérience prolongée dans le monde, l’Homme Vrai et Intelligent, le Fils de Dieu, apparaît au-delà du « bien et du mal ».

La religion chrétienne enseigne que le Christ est né de la Vierge Marie, une représentation effective de l’esprit qui « s’éveille » de la matière qui l’a tenu dans son sein, le temps nécessaire à l’expérience pour manifester dans le Fils, le pouvoir de l’esprit.

L’humanité d’aujourd’hui est à la croisée des chemins ; c’est le temps de l’éveil et du choix final (pour ce cycle), une véritable « rédemption » de l’homme est donc plus que jamais nécessaire.

Le Malin (Gauche) l’a tenu prisonnier pendant de longues périodes de temps et il est temps de récolter les fruits de l’ensemencement : « …. le Royaume de Dieu est comme le semeur qui sème en larmes et moissonne dans la joie… », « … c’est un champ de blé à partir duquel les épis sont récoltés puis séparés de la discorde… » (Évangiles).

La discorde est représentée par ces hommes pour qui le temps alloué pour se transformer en « blé » ne s’est pas avéré suffisant, puisqu’ils se sont attardés dans la matérialité (péché), dans certains cas décidant librement d’adhérer au pouvoir satanique.

Pour eux, le temps du salut est reporté à un cycle suivant, non sans toutefois subir les conséquences d’une pénalité croissante pour le retard dans le développement librement déterminé.

Ainsi, la situation actuelle des hommes s’est rapprochée, comme déjà annoncé dans l’Apocalypse de Jean et par de nombreux autres prophètes de l’antiquité : « …. Je ne suis pas venu pour juger, mais pour sauver…. mais le jour viendra où je reviendrai avec des coups de trompette pour juger les vivants et les morts…. » (Évangile – le Christ).

Le Dieu Unique et Éternel a pris sa propre décision : c’est le temps de la moisson.

Pour les Forces de gauche, il s’agit d’une perte de pouvoir sur la planète et sur les hommes.

Ils seront retirés de l’action et remplacés par les Forces de la droite, dont le plus haut représentant est le Christ Seigneur. Ceux qui s’attardent seront jugés et retirés de la « manifestation », concrétisée par « l’incarnation », pour quitter la planète sous le contrôle total des Fils de Dieu, qui travailleront selon les lois du Père et pour la manifestation d’une authentique civilisation humaine fondée sur les principes chrétiens de solidarité, d’amour et d’entraide, de soutien des plus faibles et de l’empire de la Vérité.

Le véritable mal des hommes est la domination totale des mensonges et la dissimulation de la vérité sous toutes ses formes, de sorte que les églises chrétiennes elles-mêmes n’annoncent pas au monde et aux croyants le moment vécu et le fait que l’heure est passé, mais à « … chacun son propre salaire … », selon la loi divine éternelle.

Ce ne sera certainement pas une telle omission pourtant si grave d’une partie du clergé et des hiérarchies religieuses de toute religion, qui peut s’opposer à la Volonté de Dieu le Père, même si elle serait la cause de la perte d’un plus grand nombre d’hommes, qui auront l’occasion de se racheter dans un prochain cycle, mais au prix de plus grandes pénalités.

« En vérité, je vous le dis, un cheveu ne tombe pas de votre tête à moins que cela soit voulu par votre Père qui est au Ciel… » (Évangile – le Christ).

About Author

graduated from Harvard University in literature and philosophy of art. Professor of Moral Philosophy at the University of New Delhi, he studies and researches the most current themes of literature and modern art, highlighting its content and its links with the inner and outer life of humanity today.

Comments are closed.