La douleur cancéreuse: Une revue de la symptomatologie douloureuse des tumeurs

0

Une revue de la symptomatologie douloureuse des tumeurs pour aider le patient à comprendre son état de santé

Dans deux articles précédemment publiés dans The Global Review, nous avons commencé à examiner les cas les plus courants de maladies cancéreuses, en mettant l’accent sur les symptômes douloureux typiques. Notre intention est de fournir au lecteur quelques indications pouvant être utiles, en cas de besoin, pour mieux comprendre la nature et la cause possible de toute douleur localisée avec une insistance particulière, afin d’agir rapidement et de demander un avis médical.

Dans le premier article, nous avons présenté les quatre systèmes qui, plus que d’autres, présentent des symptômes tels que la douleur, la nausée, les vomissements et les étourdissements et qui peuvent être associés à une tumeur soupçonnée :

  • Le système squelettique,
  • Le système nerveux central (SNC)
  • Le système pulmonaire,
  • Le système hépatique.

Nous nous sommes déjà occupés des systèmes squelettiques et pulmonaires, nous nous occuperons maintenant des autres systèmes, en soulignant les symptômes les plus caractéristiques et en indiquant les causes possibles. Bien sûr, comme nous l’avons déjà mentionné, certains symptômes ne doivent pas nécessairement être liés à la seule cause de la présence d’une infection tumorale, mais d’un autre côté il est important que le patient soit conscient du danger potentiel afin d’y remédier rapidement.

Tumeur cérébrale (voir Prodos et al., 1998).

Cette altération cellulaire spécifique entraîne une série de conséquences qui produisent une symptomatologie typique. En particulier, on peut noter :

  1. Une augmentation de la pression endocrânienne, avec pour conséquence :
  2. Des maux de tête, surtout rétrorbitaux
  3. Des nausées / vomissements
  4. Des altérations visuelles (flou, taches sombres, diplopie)
  5. Des altérations de l’activité mentale, avec pour conséquence :
  6. Des difficultés de concentration (p. ex. lecture)
  7. Des pertes de mémoire
  8. Des changements de la personnalité avec de l’irritabilité
  9. Une augmentation de la somnolence,
  10. Des crises épileptiques (sans histoire antérieure)
  11. Des altérations de la sensibilité
  12. De la faiblesse musculaire ou hémiparésie
  13. Un dysfonctionnement de la vessie
  14. Une augmentation des réflexes des membres inférieurs par rapport aux membres supérieurs
  15. Une diminution de la coordination (ataxie)
  16. Un réflexe positif de Babinski
  17. Clonus (de la cheville ou du poignet)

Les symptômes des tumeurs cérébrales sont généralement généraux ou focaux, selon la taille et l’emplacement de la lésion.

Il existe deux manifestations cliniques courantes du cancer du cerveau :

  • Les céphalées
  • La modification de la personnalité, bien que dans certains cas cette manifestation soit attribuée à la dépression, retardant ainsi le diagnostic de la présence d’une lésion tumorale.

Les céphalées se produisent chez 30 à 50 % des personnes atteintes d’un cancer du cerveau et sont bi-occipitales ou bifrontales. En règle générale, elles sont intermittentes et de durée progressivement plus longue et peuvent être intensifiés par des changements de posture ou d’effort. La symptomatologie douloureuse est plus forte à l’éveil, en raison de la différence de drainage du SNC due au changement de position, passant de couchée et debout, et disparaît généralement immédiatement après le début des activités.

La douleur (céphalée) peut être déclenchée par n’importe quelle activité qui augmente la pression endocrânienne, telle que l’effort lors de l’évacuation intestinale, le fait de se plier, de soulever des objets lourds ou en cas de toux. Souvent, les symptômes douloureux peuvent être atténués par la prise d’aspirine, d’acétaminophène ou d’autres analgésiques modérés.

Les vomissements avec ou sans nausée, peuvent se produire chez environ 25 à 30 % des personnes atteintes d’un cancer du cerveau, et sont souvent accompagnés souvent de maux de tête, lorsque la pression endocrânienne augmente. Les maux de tête sont plus sévères lorsque la tumeur envahit les méninges.

Des altérations visuelles, peuvent être la conséquence de l’œdème du disque optique, qui apparaît souvent comme le premier symptôme de la présence d’un cancer intracrânien (c’est le cas lorsqu’on se met à « voir double »).

L’expérience indique que la nature des symptômes est liée au site tumoral.

  • Si la tumeur se développe dans la région corticale motrice, le patient peut présenter des déficiences des membres ou de l’hémiparésie.
  • Si l’infection tumorale est localisée dans le cervelet, la capacité de coordonner les mouvements peut être affectée.
  • Si les lobes frontaux sont affectés, des changements de personnalité peuvent se produire.

Des crises épileptiques sont présentes dans presque un tiers des cas des patients atteints de métastases cérébrales.

Par conséquent, comme on peut le voir dans la représentation synthétique ci-dessus, la tumeur encéphalique présente une série de symptômes assez particuliers et très répandus qui incitent généralement le patient à s’alarmer et donc à rechercher une action diagnostique opportune.

Quoi qu’il en soit, il est bon que le lecteur conserve toujours l’équilibre et la lucidité, car l’expérience démontre que ces symptômes spécifiques ne proviennent pas toujours d’une infection tumorale.

Tumeur de la moelle épinière

Les tumeurs de la colonne vertébrale sont de nature et d’origine semblables aux tumeurs intracrâniennes, mais elles sont moins fréquentes.

Elles sont plus fréquentes chez les jeunes adultes et les sujets d’âge moyen, et se manifestent surtout dans la colonne thoracique, en raison de sa longueur, de la proximité du médiastin et de la possibilité d’invasion métastatique directe des ganglions lymphatiques par les lymphomes, le cancer du sein ou le cancer du poumon.

Quels sont les signes et symptômes typiques du cancer de la moelle épinière ?

  • Maux de dos,
  • Diminution de la sensibilité,
  • Faiblesse musculaire spastique,
  • Atrophie musculaire,
  • Paraplégie ou quadriplégie,
  • Douleur thoracique lombaire,
  • Douleur unilatérale à la jambe ou à l’aine,
  • Douleur au repos et/ou la nuit (douleur nocturne),
  • Dysfonction intestinale / de la vessie (découverte tardive).

Les maux de dos, au niveau de la lésion de la moelle épinière, se manifestent dans plus de 80 % des cas et peuvent être exacerbés par la position couchée, le fait de se plier, d’éternuer ou en cas de toux.

Une autre manifestation douloureuse typique est celle qui touche la région lombaire thoracique et atteint la ceinture.

Les symptômes douloureux peuvent s’étendre à la jambe jusqu’à l’aine et peuvent également se manifester pendant le sommeil nocturne, auquel cas le patient a du mal à continuer à dormir.

Les manifestations cliniques des tumeurs vertébrales varient selon l’endroit.

La compression de la moelle épinière est la caractéristique pathologique la plus commune de toutes les tumeurs à l’intérieur de la colonne vertébrale, les symptômes se manifestant en rapport à la lésion tumorale.

Les principales caractéristiques semblent être :

  • Douleur
  • Perte de sensibilité
  • Faiblesse musculaire
  • Atrophie musculaire

Les métastases sont généralement localisées dans 10 % de ces tumeurs.

Conclusion

Dans chacun des types de tumeurs examinés dans nos articles, certains des principaux symptômes, parfois communs et dans d’autres cas plus spécifiques, sont mis en évidence.

Plutôt que de se souvenir du large éventail de cas observés par la pratique médicale, le lecteur devra développer une certaine sensibilité à la nécessité opportune d’un diagnostic correct, et être attentif aux symptômes répétitifs, durables et fréquents dans des intervalles de temps courts, dont l’intensité suggère la présence d’une pathologie importante et qui mérite un diagnostic correct et rapide.

C’est seulement de cette manière que la lecture et la réflexion sur les analyses présentées dans nos articles consacrés à la douleur cancéreuse peuvent être utiles à ceux qui possèdent la sensibilité nécessaire à la prévention et au soin de leur corps.

About Author

Gynecologist of fame and indubitable success with many years of experience. He has done a lot of research in the field of breast, prostate and colon cancer prophylaxis and is fighting against the inconsiderate use of the vaccine.

Comments are closed.