La douleur cancéreuse. Comment diagnostiquer une tumeur par l’observation de la douleur

0

La pratique médicale a développé une expérience significative dans l’observation de la douleur liée à la maladie tumorale, si bien que nous en sommes arrivés au point où l’analyse du symptôme et de sa localisation devient une indication sérieuse de la présence de métastases possibles.

La première chose à faire avant toute thérapie squelettique-musculaire est de considérer la cause possible de la douleur, habituellement située dans l’épaule, le coude, la main, dans toute la colonne vertébrale jusqu’au coccyx, puis le bassin, la hanche, le genou, la cheville et le pied.

Typiquement, la localisation tumorale dans le cas d’une douleur de la colonne vertébrale est plus fréquente dans le tractus lombaire que dans le tractus cervical et est généralement due à des « métastases », conséquence de la migration des cellules à travers la circulation sanguine vers d’autres organes et emplacements. Cette diffusion peut également avoir lieu par voie lymphatique ou au moyen d’un mécanisme d’invasion locale et d’infiltration dans les tissus environnants (voir, Medical-surgical nursing : concepts and clinical practice, ed.4, St. Louis, 1991, Mosby, modifié par Phipps J. S. et al.).

Dans de tels cas, les cellules malignes continuent à se reproduire même à des endroits secondaires, ce qui entraîne de nouvelles lésions ou tumeurs.

Il convient de souligner que :

  • 30 % des nouveaux cas de cancer diagnostiqués présentent des métastases cliniquement identifiables ;
  • au moins 30 à 40 % des patients restants cliniquement libres de métastases « couvent » des lésions occultes ;
  • seul un tiers des nouveaux cas de cancer diagnostiqués peut être traité selon des modalités thérapeutiques locales, et ce pourcentage peut également être optimiste.

De nombreux patients développent une maladie métastatique à de nombreux endroits en raison de la propagation potentielle de la maladie.

Une « colonie métastatique » est le résultat final d’une série complexe d’interactions « tumeur-hôte », appelée « processus de cascade métastatique ».

Une fois que la tumeur primaire a débuté, et commence à se déplacer par invasion locale, l’angiogenèse se produit (les vaisseaux sanguins des tissus environnants se développant à l’intérieur de la tumeur solide).

Les cellules cancéreuses envahissent alors les vaisseaux hôtes et sont libérées dans le système de drainage veineux. La modalité typique de diffusion et l’emplacement final des métastases varient selon le type de tumeur et les tissus d’où elle provient.

Les caractéristiques du flux sanguin, du drainage veineux et des canaux lymphatiques déterminent la distribution des métastases.

Par exemple, les tumeurs de la prostate (carcinomes) se propagent au niveau des os pelviens et des vertèbres à travers le système lymphatique, et commencent parfois par des lombalgies et/ou des douleurs pelviennes qui rayonnent le long des jambes.

Les tumeurs osseuses primaires, telles que le sarcome ostéogénique, se métastasent initialement dans les poumons.

La forte proportion de métastases osseuses dans le cas des cancers du sein, de la prostate et du poumon est un exemple de sélection d’un organe spécifique par les cellules tumorales (voir Woodhouse et al., 1997).

Pour certaines tumeurs, telles que le mélanome malin, la présence d’un modèle typique de manifestation avec la possibilité de diffusion dans chaque partie du corps n’est pas connue, pour cette raison, il est nécessaire de prêter attention à toutes les « naevus dermiques » présents.

Les emplacements les plus fréquents pour les localisations métastatiques sont donc les suivants :

  1. Os
  2. Ganglion lymphatique
  3. Poumons
  4. Foie
  5. Cerveau

Quel est donc le rôle du physiothérapeute ?

Le physiothérapeute (ou neuro-physiatre) possède les qualités appropriées pour pouvoir observer les symptômes qui affectent l’un des quatre systèmes spécifiés ci-dessous, à travers une évaluation réalisée sur la présence de douleurs, de nausées, de vomissements et d’étourdissements :

  • Système squelettique,
  • SNC (Système Nerveux Central)
  • Système pulmonaire,
  • Système hépatique.

Système squelettique

La compression de la moelle épinière par les métastases peut se manifester sous forme de maux de dos, de faiblesse des membres inférieurs et de symptômes intestinaux / de la vessie.

50 % des patients souffrant de maux de dos causés par une tumeur maligne se plaignent d’un traumatisme ou d’une blessure antérieure, ce qui justifie la présence de symptômes douloureux.

Le physiothérapeute est donc confronté à la nécessité d’évaluer le type de douleur et les symptômes spécifiques :

  • Douleur myofasciale,
  • Douleur articulaire
  • Douleur radiale
  • Douleur artérielle, pleurale, au niveau de la trachée
  • Douleur gastro-intestinale
  • Douleur au repos
  • Douleur avec l’activité,
  • Douleur diffuse,
  • Douleur chronique

Analyse de ses caractéristiques :

  • Emplacement et type d’apparition
  • Description
  • Intensité
  • Durée
  • Fréquence

Le type de douleur doit également être défini :

  • Vasculaire
  • Neurogène
  • Musculaire squelettique
  • Viscéral
  • Émotionnel

Ainsi que son origine :

  • Cutanée
  • Somatique profonde
  • Référée
  • Viscérale

Le médecin ou le physiothérapeute doit tenir compte du fait que les patients attribuent souvent les symptômes à un événement particulier. Les douleurs dorsales peuvent précéder l’apparition de symptômes neurologiques chez les personnes atteintes d’un cancer, qu’il s’agisse de douleurs d’origine métastatique ou primitive.

Les signes de compression des racines nerveuses peuvent être la première indication d’un cancer, en particulier le lymphome, le myélome multiple ou le cancer du poumon, du sein, de la prostate ou des reins.

Le squelette est l’organe le plus fréquemment affecté par les métastases et les tumeurs provenant du sein, de la prostate, de la thyroïde, du poumon et des reins, car ces maladies montrent une propension à la dissémination osseuse (voir, Coleman, 1997). La douleur osseuse est la complication la plus fréquente de la maladie osseuse métastatique et est liée aux lésions structurales, au taux de résorption et au piégeage nerveux. Si les cellules tumorales se sont installées dans le squelette, aucune thérapie n’est efficace et seul un traitement palliatif peut être administré. Il convient donc d’éviter cette circonstance.

Douleurs osseuses

Les cellules tumorales se métastatisent généralement dans les zones les plus vascularisées du squelette, en particulier la moelle osseuse du squelette axial et dans la partie terminale proximale des os longs (humérus et fémur), dans la colonne vertébrale, dans le bassin et sur les côtes.

La symptomatologie douloureuse est dans la norme profonde, intraitable et mal localisée, parfois décrite comme brûlante, ou sourde et incessante, et s’accompagne d’épisodes aigus.

La douleur s’aggrave avec l’activité, surtout en cas d’efforts. Elle est souvent accentuée pendant les phases nocturnes, en outre, le sommeil ou la position couchée n’y apportent aucun soulagement.

La symptomatologie peut se produire autour des articulations en raison de changements mécaniques, cliniques ou osseux. Il semblerait que la douleur et les taux de résorption osseuse soient liés. Le périoste une zone très innervée est souvent affectée, donnant ainsi à la douleur ses qualités neurogéniques, en particulier sa gravité et son intraitabilité.

Il est important de tenir compte du fait que l’hypercalcémie (calcium excessif dans le sang) est fréquente chez les patients atteints de maladie osseuse métastatique et de lésions ostéolytiques. Elle est très fréquente dans les cas de cancer du sein et de myélome, principalement due à la résorption osseuse, provoquée à son tour par la production d’agents osseux actifs par les cellules cancéreuses, qui stimulent la résorption ostéoclastique. L’hypercalcémie est caractérisée par des symptômes neurologiques centraux musculaires squelettiques.

Douleur au repos

La douleur au repos, qui résulte d’une néoplasie, survient habituellement pendant la nuit. Bien que les néoplasmes soient très vascularisés (processus appelé angiogenèse), le système vasculaire et les nutriments de l’organe hôte peuvent être simultanément compromis, provoquant une ischémie locale des tissus.

La douleur réveille le patient et l’empêche de se reposer tranquillement. Il peut éprouver une symptomatologie qui se manifeste par un stress de charge ou une légère douleur osseuse intermittente aux premiers stades, mais qui devient progressivement plus sévère et constante.

Des symptômes de repos douloureux peuvent survenir en raison de l’ischémie d’une grande variété de tissus (par exemple, maladie vasculaire ou croissance tumorale).

L’apparition aiguë d’une grave atteinte unilatérale d’un membre, d’une paresthésie et d’une paralysie indique la présence d’une occlusion artérielle aiguë (maladie vasculaire périphérique : MVP). La douleur dans cette situation est décrite par le patient comme une sensation lancinante ou de brûlure et peut être accompagnée d’engourdissement.

Les symptômes douloureux liés à l’ischémie des tissus cutanés et sous-cutanés sont définis par les personnes affectées comme une sensation perçante ou de brûlure.

Toutes ces causes occlusives de la douleur s’aggravent en général pendant le sommeil nocturne et peuvent être atténuées modérément en laissant la jambe affectée pendre du lit et en massant fréquemment les membres.

La même douleur devient chronique lorsque le temps de cicatrisation physiologique est dépassé, elle peut persister pendant une période de un à six mois.

Conclusions

Il est donc nécessaire pour le patient de prêter attention à ses symptômes douloureux, en essayant de les localiser avec précision et de décrire clairement les modes de manifestation et les temps cycliques de ceux-ci, le cas échéant.

La formation de cette prise de conscience préliminaire sera décisive pour guider le professionnel de la santé dans le processus d’anamnèse, visant à identifier la cause de l’état douloureux qui, comme nous l’avons déjà décrit, peut avoir une origine tumorale.

Il est certain que l’attention et la promptitude de la réaction du patient aux symptômes de la douleur peuvent contribuer à un diagnostic préalable efficace sur la présence d’une lésion cancéreuse, avec une plus grande probabilité de traiter efficacement la maladie et de la guérir définitivement.

L’auteur se réserve le droit de poursuivre la discussion de ce sujet dans un futur article, afin de ne pas le rendre difficile à lire et de faciliter la compréhension du sujet, considéré d’intérêt public pour la possibilité d’assumer une certaine prise de conscience en termes de prévention des maladies cancéreuses, par l’analyse de la symptomatologie douloureuse.

About Author

Gynecologist of fame and indubitable success with many years of experience. He has done a lot of research in the field of breast, prostate and colon cancer prophylaxis and is fighting against the inconsiderate use of the vaccine.

Comments are closed.