Théorie de la valeur et de la monnaie. Un nouveau modèle de développement économique et de gouvernance

0

L’auteur constate après une observation de la situation au niveau mondial, que les sociétés économiques actuelles se caractérisent par une profonde inégalité  en matière de répartition des richesses  et en examine l’origine et les causes principales. C’est une image troublante car l’analyse met en évidence la présence d’un régime « totalitaire» sur la planète entière, malgré les organisations constitutionnelles de la majorité des États fondées sur des modèles démocratiques.

En effet, la domination des classes aisées qui ne représentent pas plus de 1 % de la population mondiale, repose sur un pouvoir économique et politique absolu, manifesté par la suprématie du capital sur l’économie et la politique, et  démontre dans ce dernier cas une aptitude régulière et constante d’influencer le contenu des actions des gouvernements avec une efficacité ponctuelle.

D’autre part, le pouvoir incontesté du capital sur le sort des systèmes productifs et financiers de toute la zone planétaire détermine une distribution inégale de la richesse produite, avec pour résultat des situations graves d’indigence économique de  la population mondiale, source de mortification de la dignité humaine et de l’oppression morale et politique visant à renforcer le système d’exploitation mis en place pour le bénéfice de quelques-uns.

L’analyse menée sur le côté économique de la vie des nations, utilise des modèles théoriques développés au fil du temps depuis l’aube de la révolution industrielle par la littérature scientifique et dont descendent des conséquences logiques qui détruisent la plupart des opinions dominantes dans les cercles académiques, les activités économiques et financières et les gouvernements.

En particulier, l’auteur élabore et propose une toute nouvelle théorie de la monnaie qui inverse les approches doctrinales actuelles sur l’utilité de la politique monétaire et sur les origines réelles de l’inflation définie comme un phénomène « économique » et non « monétaire ».

De plus, un système est proposé pour réguler les prix et les processus d’allocation des revenus aux entreprises, sans remettre en cause les concepts de propriété privée des actifs de production et ceux d’initiative économique libre.

En outre, l’auteur :

  • propose une réforme profonde et incisive des marchés financiers afin d’éliminer les conditions qui rendent possibles des crises graves et fréquentes, avec des effets re-distributifs des revenus des classes pauvres vers les classes dominantes,
  • sans pour autant négliger d’analyser la situation de désordre et d’inefficacité qui caractérise les systèmes bancaires actuels, qui ont déformé leur mission originelle en raison d’une avidité de profits croissants.

Un nouveau modèle de fonctionnement et de gouvernance de l’économie, capable de fonder un régime de démocratie économique réelle, surmontant la domination actuelle du capital et les graves conditions de pauvreté de la majorité de la population mondiale est également présenté.

MOTS CLÉS : Démocratie économique, Distribution de la richesse, Capital, Travail, Développement, Valeur, Devise, Politique monétaire, Politique économique, Facteurs de crise du Système capitaliste, Forces Antagonistes.

Nombre de pages : 303

Cette publication est actuellement disponible uniquement en italien.

About Author

David Yerushalmi is a long-time scholar of anthropology and models for the development of human societies. For this reason he has dedicated an important part of his research to economic science, in the awareness that the availability of resources useful for the survival of the race sets the conditions for the moral, civil and technological progress of Humanity. He currently studies and works in Israel.

Comments are closed.