Les risques associés à la vaccination contre le VPH-Papillomavirus

0

Le principe scientifique du vaccin repose sur l’action de stimulation des défenses organiques de l’organisme humain en raison d’une inoculation d’un « adjuvant » immunologique, pour protéger l’individu contre toute phase épidémique, avec pour conséquence « l’attaque » du virus responsable de la maladie par le système immunitaire. La vaccination s’est fortement répandue dans le monde entier, avec des résultats évidents de mesures efficaces de lutte contre les maladies épidémiques historiques, qui sont la cause d’une mortalité élevée dans la population.

L’existence d’effets indésirables possibles liés à la vaccination, toujours possible selon les études de cas internationales, est toutefois encore insuffisamment étudiée par la recherche scientifique officielle. En outre, il existe un manque d’information important en matière de communication aux utilisateurs sur la présence de certains facteurs de risque liés à la vaccination. En effet, nous ne connaissons pas de manière satisfaisante tous les mécanismes pathogènes possibles liés aux effets indésirables, tout comme nous n’avons pas d’informations sur la raison pour laquelle les vaccins ne causent pas de dommages à des millions de sujets, alors qu’on peut remarquer un développement de pathologies aiguës telles des maladies « auto-immunes », comme une réaction anaphylactique chez une minorité d’enfants et d’adultes même après des années. On parle de maladies auto-immunes dans tous les cas où dans notre système immunitaire, le mécanisme de défense de l’organisme, se détermine une sorte de « perversion » du système de protection, d’où dérive une « inversion » de son fonctionnement. Au lieu de réaliser une action de protection contre les agents invasifs (virus et bactéries), il dirige l’attaque vers l’organisme lui-même. La science médicale connaît environ 80 maladies auto-immunes dont certaines des plus connues sont la maladie de Chron, la fibromyalgie, le diabète de type 1, la thyroïde de Hashimoto, la sclérose en plaques.

Actuellement, il n’existe pas de traitements définitifs pour ce type de maladies. Les seules options thérapeutiques disponibles sont basées sur l’utilisation de médicaments qui varient selon la pathologie spécifique et qui sont également utiles pour la gestion des symptômes. Le trait distinctif de la maladie auto-immune est donc l’incapacité du système immunitaire à « stopper » les processus dirigés contre l’organisme, à terminer une réponse inflammatoire physiologique ou à empêcher son développement. À ce jour, les facteurs qui s’avèrent déterminants pour provoquer cette maladie et la stabiliser dans le temps sont encore flous. Certes, nous devons tenir compte du rôle des conditions génétiques ainsi que de l’impact des facteurs environnementaux, tels que les infections virales et bactériennes, qui peuvent provoquer le passage d’une simple « hypersensibilité » à la maladie auto-immune spécifique au syndrome complètement actif.

Récemment, deux chercheurs médicaux qualifiés, Yehuda Shoenfeld et Nancy Agmon-Levin, ont décrit un nouveau syndrome auto-immune / inflammatoire appelé ASIA, qui couvre quatre pathologies : la siliconose, le syndrome de la guerre du Golfe, le syndrome myophagique macrophagique et les phénomènes post-vaccinaux. Les pathologies décrites se retrouvent dans la même symptomatologie clinique, dans une réponse hyperactive proéminente du système immunitaire et dans le fait qu’elles sont induites par des « adjuvants » (contenus dans les vaccins).

La pathogenèse du syndrome d’ASIA repose sur l’hypothèse qu’une exposition précoce à un adjuvant peut déclencher une chaîne d’événements biologiques et immunologiques qui, chez les individus prédisposés, pourrait conduire au développement de maladies auto-immunes, dans lesquelles l’organisme perd sa capacité à différencier les agents externes des cellules et tissus appartenant au même organisme et donc réagit contre lui-même. Ces résultats soulignent la responsabilité des vaccins dans la détermination de l’apparition possible d’effets indésirables d’origine auto-immune chez les personnes sensibles vaccinées au moyen d’adjuvants immunologiques.

Dans le cas du vaccin VPH (virus du papillome humain), il y a de nombreuses raisons de perplexité, qui résultent d’une série non négligeable de cas cliniques dans différentes régions de la planète, qui sont traités par différents chercheurs médicaux.

Selon le Dr Moss, du Memorial Sloon Kattering Cancer Center de New York, il faut considérer que le VPH est un facteur de risque pour le développement du cancer du col de l’utérus, mais qu’il ne peut pas être défini comme l’agent principal responsable de la maladie. La conséquence pourrait être que le fait de vacciner uniquement la population féminine contre ces souches pourrait créer une sorte de « niche écologique » où d’autres agents à faible risque pourraient devenir plus agressifs et donc dangereux. Il convient également de préciser que le cancer du col de l’utérus représente environ 1 % de tous les décès dus au cancer et que son efficacité est donc faible dès le départ.

Un autre aspect qui rend le résultat de la vaccination incertain est le résultat de la recherche menée par Harvard Women’s Health Watch, selon laquelle il n’existe à ce jour aucune recherche scientifique publiée montrant que le vaccin contre le VPH est en mesure d’offrir une protection pour une douzaine d’autres sérotypes viraux associés au cancer du col de l’utérus. De plus, le vaccin anti-VPH n’est pas thérapeutique, c’est-à-dire qu’il ne peut pas offrir de protection aux femmes déjà infectées par le virus.

D’autres chercheurs (en autres le Dr. M. Gandolfo-ancien directeur général du ministère de la Santé) ont déclaré que :

  1. l’efficacité du vaccin a été vérifiée en tenant compte de la réduction de l’incidence de la dysplasie (CIN) et non du cancer du col de l’utérus ;
  2. la persistance du statut immunitaire induit par la vaccination est évaluée à une période de cinq ans, les personnes sexuellement actives risquant d’être infectées pendant la période de « fenêtre » comprise entre l’évanescence de l’immunité et la revaccination.

Il est intéressant de noter que l’âge moyen des femmes ayant été diagnostiquées avec un cancer du col de l’utérus est de 50 à 55 ans et que le risque pour une jeune fille de développer cette maladie est très faible si elle est âgée de moins de 15 ans. Dans ce cas, les adolescentes seraient vaccinées contre des problèmes potentiels qui devraient survenir à partir de 40 ans, à un moment où l’immunité au vaccin aurait complètement disparu.

Dans d’autres domaines de recherche, la présence de fragments d’ADN du VPH a été observée dans le sang de certaines victimes décédées à la suite de l’administration du vaccin Gardasil, utilisé contre le virus du papillome humain VPH.

Le Dr Matthias Sin Hang Lee, pathologiste à l’hôpital Milford du Connecticut, en particulier a détecté la présence de fragments d’ADN du virus du papillome dans le sang d’une adolescente décédée après l’administration de Gardasil, six mois après la vaccination.

L’organisme scientifique et de santé Sane Vax Inc, en septembre 2011, a détecté la présence d’ADN modifié dans le sang de certaines victimes dans les deux ans suivant la vaccination. La même organisation a testé 13 lots différents de Gardasil, provenant de différentes régions continentales (Nouvelle Zélande, Australie, Espagne, Pologne, France, États-Unis) et a constaté que 100 % des cas étaient contaminés par l’ADN recombinant du VPH génétiquement modifié, les tests ayant été réalisés dans un laboratoire indépendant. Le CBCD (Centre for the Biology of Cronic Disease), grâce aux travaux du chercheur Hanan Polansky, a montré que des fragments d’ADN étrangers peuvent causer des maladies graves, même sans provoquer de modification de l’ADN humain. Cette étude a été utilisée par plus de 5 000 scientifiques dans le monde entier et a été publiée dans au moins vingt revues scientifiques.

Cette recherche explique la cause de nombreuses maladies graves et montre comment les « virus atténués » (du fait du vaccin) peuvent déclencher une maladie latente.

Lorsque des fragments d’ADN étrangers (appelés N-BOXES) pénètrent dans l’organisme (naturellement ou artificiellement comme dans le cas du vaccin), ils sont placés sur le noyau cellulaire, créant ainsi une « micro-concurrence » entre le N-BOX étranger et l’ADN humain et causant le dysfonctionnement des gènes et l’explosion de la maladie.

Et, en effet, la recherche a révélé la présence dans le cas du vaccin Gardasil d’une contamination par l’ADN recombiné du virus anti-papillome.

  • Le Neural Dynamic Research Group of Canada de l’Université de la Colombie-Britannique a signalé des effets secondaires du Gardasil, notamment la mort, la paresthésie, la paralysie, le syndrome de Guillain-Barrè, la myélite transversale, la fatigue chronique, l’anaphylaxie, les troubles auto-immunes et la thrombose profonde.
  • Aux États-Unis, 49 décès inexpliqués ont été signalés, immédiatement après les injections de Gardasil.
  • En Inde, on a découvert que sur 32 000 filles âgées de 10 à 14 ans, vaccinées avec Gardasil, 4 décès et 120 cas de complications sont survenus, comme des troubles gastriques, des migraines et des règles précoces (première menstruation) : l’administration du vaccin a été suspendue.
  • Des effets secondaires ont été enregistrés au Japon après la vaccination dans 1 968 cas sur une population de 3,28 millions de personnes. Le Dr Mariko Momol, vice-président de l’Université internationale de la santé, a proposé le retrait du vaccin.

Par conséquent, il ne semble pas y avoir de doute scientifique quant aux effets secondaires des vaccins qui compromettent parfois de façon significative la santé des individus. La diatribe entre les opposants et les favorables à la vaccination repose essentiellement sur les taux d’incidence des effets nocifs sur la santé et sur la certitude diagnostique des pathologies impliquées.

Les chercheurs ne s’entendent pas tous pour dire que les conséquences indésirables des vaccinations comprennent de nombreuses maladies :

  • bénignes comme les allergies et les dermatites ;
  • graves comme le diabète et
  • même des maladies très graves comme la sclérose en plaques, les troubles du comportement et l’autisme, tout en discutant du taux d’incidence de maladies comme la polio causée par le vaccin, les post-encéphaliques, la paralysie, les chocs anaphylactiques mortels.

Par conséquent, compte tenu de ce qui précède, il est évident pour le lecteur attentif que la vaccination contre le virus du papillome humain VPH semble être sensiblement inefficace, lorsqu’elle est pratiquée à l’adolescence, mais aussi compte tenu de la faible incidence de la mortalité due au cancer du col de l’utérus chez les femmes.

En outre, il est clair que les risques de complications et de pathologies graves conséquentes sont assez prononcés, en raison du pourcentage de cas indésirables détectés, y compris en relation avec le lien avéré du vaccin en général avec le syndrome d’ASIA détecté et sensible aux adjuvants du vaccin.

La littérature médicale et scientifique récente ne laisse donc guère de doute sur les effets néfastes de l’utilisation indiscriminée des vaccins provoquant des complications parfois complexes et difficiles à traiter, en présence d’une désinformation généralisée des utilisateurs.

Il est à espérer qu’il ne sera pas nécessaire d’atteindre le point de « Cross-Over » avant de sérieusement reconsidérer la pratique généralisée des vaccinations, c’est-à-dire, le moment où l’incidence des effets pathologiques du vaccin, pour chaque patient, sera plus grande que les complications de la maladie vaccinée. Dans ce cas, il ne restera plus que l’hypothèse du « rejet » de la pratique de la vaccination arbitraire.

About Author

Gynécologue de renommée et de succès indubitable avec de nombreuses années d'expérience, Il a réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la prophylaxie du cancer du sein, de la prostate et du côlon et lutte contre l'usage inconsidéré du vaccin.

Leave A Reply