Éthique et Économie : Amartya Sen

0

Notre chronique d’aujourd’hui se concentre sur une publication du prix Nobel d’économie Amartya Sen, intitulée Éthique et Économie, collection Quartridge, 03/10/2012 (version originale intitulée On Ethics and Economics, Basil Blackwell, Oxford 1987).

L’analyse menée par l’auteur met en évidence deux approches différentes du problème de l’économie :

  • l’une strictement « éthique »” et
  • l’autre de type « ingénierie »”.

La vision éthique tire son origine de la pensée socratique et de la question « Comment vivre ? »

Vient ensuite l’analyse aristotélicienne qui, en plaçant la « politique » au centre de la vie humaine, amène l’économie, ou la science de la richesse, qu’Aristote considérait comme un moyen et non comme une fin en soi, dans sa sphère d’influence.

Dans l’approche aristotélicienne, rappelle A. Sen, la richesse n’est pas le « vrai bien », mais un moyen parmi d’autres pour y parvenir : le bien individuel mais, plus important encore, le bien des gens et de la ville.

Dans cette approche, le rôle important joué par l’État dans l’économie, une fonction de régulation et d’atténuation des déséquilibres, conséquences naturelles de l’égoïsme humain, est clair.

L’auteur souligne que les économies modernes ont totalement perdu de vue ces concepts originaux au fil du temps, transformant les systèmes de production en « fosses à lions ».

Cette vision s’oppose à celle de « l’ingénierie » (Leon Walras), qui fonde son analyse sur l’hypothèse de la rationalité concernant l’explication des comportements réels des individus en économie, le but serait de maximiser l’intérêt personnel mis en œuvre en présence d’une optimisation de l’utilitarisme dans les processus de consommation et de production.
De cette approche vient la soi-disant « économie positive » (quantitative) qui s’oppose à la précédente « économie du bien-être ».

Amartya Sen soutient que les deux approches ne sont pas toujours en conflit, puisque le droit économique est aussi basé sur l’utilitarisme et la rationalité dans l’utilisation des ressources, selon la règle du « moyen minimal – résultat maximal ».

Sa version est que l’inclusion d’une approche éthique dans l’analyse de l’économie quantitative (prédictive) facilite les résultats et améliore l’efficacité économique du système.

Une grande partie de la littérature économique a fortement critiqué l’approche rationnelle de l’analyse du comportement économique des gens et de nombreux auteurs ont montré que trop souvent les choix sont irrationnels et source d’intelligence émotionnelle.

À cette approche s’ajoute celle de Sen qui affirme que les choix économiques individuels dans de nombreux cas sont en dehors de l’étude des aspects utilitaires et posent plutôt la base de considérations de nature purement éthique : parmi celles-ci, les plus influentes sont l’altruisme et la sensibilité envers bien commun et les autres prérogatives.

L’auteur se réfère également à cette partie de la théorie qui met l’accent sur la comparaison de « l’utilité interpersonnelle », la plaçant comme un élément fondamental de l’économie comportementale, par opposition à l’analyse de l’économie prédictive.

Sen affirme que cette vision est « restrictive » et limite l’influence des considérations éthiques sur le comportement économique individuel.

Parmi les éléments les plus influents au sens éthique, il y a la « liberté de choix » des personnes, fondée sur le « droit » d’un État véritablement démocratique, un facteur qui est presque absent dans les sociétés d’aujourd’hui.
À cet égard, Sen réévalue le travail d’Adam Smith, à son avis déformé par les analyses les plus récurrentes, voyant dans l’étude du grand économiste du XVIIIe siècle les fondements d’une véritable économie éthique.

L’aspect central de l’analyse de notre auteur est que, d’un point de vue éthique et moral, le concept de « bien-être » ne coïncide pas avec celui d’utilité, c’est-à-dire celui de richesse comprise dans un sens moderne.

Beaucoup préfèrent, dans leurs choix existentiels, des paramètres très différents de leur intérêt économique personnel, tels que :

  • le développement des connaissances, ce qu’on appelle les « incitations intrinsèques »,
  • le développement de l’estime de soi et
  • la relation de solidarité avec le groupe auquel ils appartiennent.

Sen accorde une grande attention à la notion de compétitivité méritocratique mais aussi à celle de solidarité, en accordant une importance considérable à des facteurs sociaux tels que :

  • la formation,
  • l’éducation et
  • l’égalité des chances.

Par conséquent, l’affirmation de l’économie sociale ne nie pas complètement le principe de l’utilitarisme, mais l’atténue en offrant une place centrale au concept de solidarité envers les moins doués et en position défavorisée.

Cette action, en renforçant le bien-être du groupe, soutient en vérité celui de l’individu, le rendant plus riche d’une vie réellement bénéfique et pleine d’utilité économique et psycho-émotionnelle.

Le problème, selon l’auteur, sera surmonté par un processus éducatif efficace, visant à faire comprendre aux gens que :

  • les choix fondés sur des intérêts personnels conduisent inévitablement au conflit, augmentant la probabilité de pertes futures en termes économiques,
  • tandis que la poursuite du bien-être commun (du groupe) implique une richesse réelle et la stabilité des conditions existentielles, même d’un point de vue strictement économique.

About Author

Tout d’abord un chercheur et ensuite professeur de finance et de banque dans plusieurs universités italiennes. Gestionnaire de divers établissements de crédit et sociétés financières, il étudie et effectue des recherches actuellement entre Israël et l’Europe.

Leave A Reply