Code Déontologique

CODE DÉONTOLOGIQUE THE GLOBAL REVIEW.

 Préambule

  1. Le bon fonctionnement de notre ligne éditoriale suppose le partage d’objectifs communs et la prise de conscience des principes qui doivent guider la conduite et les attitudes de ceux qui, pour quelque raison que ce soit, en font partie et y contribuent en prêtant leurs travaux.
  2. Toute violation de ces principes ne porte pas seulement atteinte aux personnes qui subissent des dommages moraux et matériels, mais est aussi la cause du discrédit de The Global Review. Une stricte conformité à ces directives se traduit au contraire par le prestige et l’autorité et donc par conséquent le respect de ces principes est notre obligation ainsi que notre intérêt.
  3. L’appartenance à la communauté The Global Review et le respect des droits et des devoirs qui doivent être réalisés, outre que sur la base des normes juridiques, des sanctions et des incitations, se fondent et s’alimentent d’une vision commune de l’information scientifique et culturelle, en conformité avec le service spécifique et exclusif de promotion de la culture et de la science par l’étude, la recherche et la diffusion.

Compte tenu des propos tenus dans l’introduction, The Global Review a adopté le texte suivant, intitulé « Code déontologique The Global Review », avec l’intention de sensibiliser toutes les composantes de notre ligne éditoriale aux principes éthiques sur lesquels reposent leurs droits et devoirs respectifs, qui constituent le fondement de cette communauté.

 Art. 1 Destinataires.

Tous les participants faisant partie de The Global Review pour quelque raison que ce soit, c’est-à-dire, les membres du personnel de gestion et d’administration, du comité scientifique et de l’équipe des auteurs doivent respecter le présent code de déontologie.

 Art. 2 Principes.

Ce « code déontologique » s’inspire des principes implicites des membres de la communauté des journalistes et des diffuseurs de connaissances. Ces principes sont la responsabilité, l’indépendance, le désintérêt personnel, la dignité et le respect d’autrui, ainsi que la transparence et la valorisation du mérite. Tous les membres de The Global Review sont appelés à agir dans le cadre de leurs fonctions respectives dans l’intérêt de The Global Review et chacun d’eux est responsable, dans la mesure de ses compétences, du bon fonctionnement et de la réputation de la ligne éditoriale.

Art. 3 Devoirs et responsabilités des auteurs.

La recherche sur laquelle les manuscrits envoyés à The Global Review sont basés, doit être solide, opportune, menée de manière éthique et conforme à la législation en vigueur. Les auteurs sont tenus d’utiliser des méthodes appropriées à l’analyse effectuée.

Tous les auteurs d’un manuscrit sont responsables de l’œuvre et de son contenu. Chaque aspect du manuscrit doit être soigneusement vérifié (données, sources, calculs, style et forme du texte, etc.)

Les citations doivent présenter fidèlement le travail de tiers. Les auteurs ne doivent pas copier les références à d’autres ouvrages s’ils n’ont pas lu attentivement les sources citées.

Les auteurs doivent présenter les résultats de leur étude et de leurs recherches de manière honnête, sans fabrication, falsification ou manipulation inappropriée des données publiées.

La méthode utilisée et les résultats obtenus doivent être présentés clairement et sans ambiguïté.

Les auteurs sont tenus de se conformer aux nécessités de la publication, qui exigent que la contribution soit originale et qu’elle ne soit pas publiée ailleurs, même dans une langue autre que celle proposée, à moins qu’il n’y ait des accords particuliers avec The Global Review.

Un travail ne peut pas être envoyé simultanément pour évaluation à plusieurs magazines, à moins qu’une publication multiple n’ait été convenue avec le Directeur et/ou le Comité Exécutif.

Les auteurs doivent indiquer clairement si le manuscrit soumis appartient à une série de publications dans le cadre d’un même projet de recherche, auquel cas la publication principale de la série doit être clairement indiquée.

Si les auteurs constatent une erreur dans un manuscrit soumis à l’évaluation, ils doivent en informer immédiatement la rédaction de The Global Review.

Les auteurs sont tenus de collaborer avec le personnel éditorial pour demander des corrections ou des suppressions de déclarations antérieures.

 Art. 4 Indépendance.

La promotion de la science et de la culture à travers de The Global Review exige la liberté intellectuelle de la communauté des auteurs qui y travaillent.

La protection de The Global Review contre toutes formes de dépendance et de conditionnement par des centres d’intérêts étrangers incombe en premier lieu à ceux qui occupent des postes à responsabilités accrues.

Le transfert des connaissances scientifiques, technologiques et culturelles doit se faire, dans le plein respect de l’indépendance de The Global Review dans son ensemble et de la liberté de ses auteurs.

Art. 5 Désintérêt personnel.

Dans la poursuite de ses objectifs institutionnels, The Global Review n’est pas un instrument pour des intérêts personnels de quelque nature que ce soit, matériels et immatériels, étrangers à ses fins propres.

En particulier :

  1. il y a conflit d’intérêts lorsqu’un membre de la communauté The Global Review se trouve avoir des intérêts personnels, de nature économique ou non, contrairement à ceux de The Global Review et dans ce cas il doit, dans la mesure du possible, éliminer rapidement les causes de cette situation et en aviser immédiatement le directeur ;
  2. la participation à la communauté The Global Review n’est pas intentionnellement exerçable en vue de l’acquisition de postes de pouvoir ou de l’accès à des carrières professionnelles spécifiques ;
  3. les comportements suivants entrent en conflit avec le devoir d’agir de façon désintéressée :
  • l’utilisation abusive des ressources de The Global Review aux fins de la profession privée ;
  • l’attribution abusive d’idées, de découvertes, de résultats de recherches d’autrui, individuelles et collectives, et leur utilisation à des fins personnelles, avant leur formalisation ;
  • la violation des droits de propriété intellectuelle de The Global Review et de ses membres.

Art. 6 Dignité et respect d’autrui.

Les membres de The Global Review coopèrent pour créer un environnement favorable à la diffusion de l’information et de la connaissance non perturbée par des tensions de nature personnelle.

Cela signifie que chacun doit respecter la dignité d’autrui. En particulier :

  1. toute personne a le droit d’être traitée avec le même respect et la même considération et de ne pas faire l’objet d’une discrimination fondée sur des conditions personnelles et sociales telles que :
  • le sexe et l’orientation sexuelle, la religion et les convictions, la couleur de la peau, la langue, les origines ethniques, la richesse et la citoyenneté, l’âge, la position occupée dans l’organisation de The Global Review
  1. l’abus, l’intimidation, les menaces, les pressions, les offres et les demandes de services sans rapport avec les devoirs d’information, de quelque nature que ce soit, y compris d’ordre sexuel, en échange de privilèges ou de promesses, sont strictement interdits.

Art. 7 Valorisation du mérite.

The Global Review œuvre à améliorer le mérite de ses membres, avec un engagement à leur formation culturelle et professionnelle et exige des membres de la structure organisationnelle et de ses auteurs un comportement loyal envers leurs collègues. En particulier, est considérée comme une violation de l’éthique par les auteurs :

  1. la simulation concernant les connaissances de tiers, le manque de loyauté et d’exactitude, la copie et des affirmations mensongères dans la publication ;
  2. la falsification de documents certifiant le contenu de leurs publications.

 Art. 8 Pouvoirs de garantie.

Les responsables du bon fonctionnement de The Global Review, (ci-après : « Membres responsables »), le Directeur et le Conseil d’Administration, sont les garants du respect de ce « code déontologique ».

 Art. 9 Procédure.

Les procédures de violation de ce « code déontologique » peuvent être incitées par toute personne intéressée au sein de The Global Review, ainsi que par les Membres responsables.

Après avoir entendu la personne impliquée dans la procédure, le Membre responsable, s’il estime qu’il n’y a pas matière à poursuivre, ordonne la clôture du dossier.

La procédure n’est pas rendue publique, mais l’acte d’archivage est notifié à la partie intéressée qui a promu la procédure, et qui dans un délai de dix jours, peut déposer de nouveau sa plainte au directeur, qui transmet au Comité Exécutif la documentation correspondante, y compris le procès-verbal contenant les déclarations de la personne impliquée dans la procédure.

En cas de violation du « code déontologique » par le Directeur, le Comité Exécutif sera en charge.

Art. 10 Relation avec les autorités juridiques.

Les règles et les procédures de ce « code de déontologie » n’interfèrent pas avec l’application des règles et avec la conduite des procédures concernant la responsabilité civile ou pénale.

Le Directeur, lorsque les faits résultant de la procédure prévue à l’article précédent sont de nature à justifier l’action de responsabilité civile ou pénale, veille à ce que les instances compétentes soient saisies, dans les conditions et selon les modalités prévues par la procédure judiciaire correspondante.

 Art. 11 Publicité.

Les Membres responsables fournissent les moyens, y compris les technologies de l’information, qu’ils jugent utiles pour conférer au présent « code de déontologie » le maximum de publicité, afin d’assurer qu’il est connu et reconnu par tous les membres de la communauté The Global Review.

Ce « code de déontologie » est publié sur la plateforme informatique The Global Review et est contraignant pour toutes les parties qui s’engagent entièrement à le respecter et à s’y conformer.