“Le Capital au XXIe Siècle” par Thomas Piketty

0

Nous tenons à proposer à nos lecteurs un livre intéressant de l’économiste français Thomas Piketty, publié sous le titre Le capitale au XXIe siècle en France par les Éditions du Seuil, 2013 (en Italie par Bompiani en 2014 sous le titre Il Capitale nel XXI secolo).

Cette œuvre gigantesque, riche en données élaborées avec une attention magistrale, a pour objectif de présenter au lecteur la situation mondiale de la distribution des richesses, depuis la révolution industrielle du XVIIIe siècle à nos jours.

L’innovation de cette œuvre scientifique importante est l’élaboration patiente et perspicace d’une énorme quantité de données économiques et financières, recueillies à partir de sources nombreuses et diverses, ainsi que de nature institutionnelle et qui pour la première fois présentent la réalité brute des chiffres.

Il en résulte un tableau déprimant en termes d’iniquité économique manifeste qui affecte l’ensemble de l’espace économique planétaire, sans exception, mettant en évidence ce que de nombreux lecteurs et opérateurs avaient depuis longtemps déjà pressenti, sans toutefois pouvoir étayer leur propre réflexion par des données empiriques objectives.

La première « vérité » qui apparaît aux yeux de l’érudit est qu’en fait et avec des différences modérées entre les pays :

  • le monde est entre les mains d’un groupe de puissants capitalistes représentant seulement 10 % de la population et qui, en 2 010, possédaient entre 60 et 70 % du total de la richesse mondiale, tandis que seulement 1 % détenaient une concentration du capital allant de 25 à 35 %.

Afin de comprendre les chiffres à la base de ces estimations, il faut savoir que le Capital Mondial est lié au Revenu total (annuel) avec une valeur de plus de 6,5 fois, c’est-à-dire qu’il représente plus de 650 % du Revenu.

Autres données intéressantes

  • En 2012, le PIB mondial en euros est estimé à 71 200 milliards, avec un revenu mensuel moyen par habitant de 760 euros.
  • La répartition des mêmes données par zone géographique montre une grande dispersion par rapport à cette valeur moyenne (760 euros) :
  • Union européenne 2 040 euros ;
  • Russie – Ukraine 1 150 euros ;
  • États-Unis – Canada 3 050 euros ;
  • Amérique latine 780 euros ;
  • Afrique du Nord 430 euros ;
  • Afrique subsaharienne 150 euros ;
  • Japon 2 250 euros ;
  • Chine 580 euros ;
  • Inde 240 euros ;
  • Autres 570 euros.

Cependant, si l’on considère la dispersion des données autour de la moyenne calculée par contexte géographique, la réalité est encore plus effrayante que ces résultats d’une première analyse : en Afrique, par exemple des êtres humains vivent avec moins de 0,5 euros par jour dans une pauvreté absolue !!!

C’est le cas de l’Inde, mais aussi de la Chine, si l’on considère que dans ces deux pays, la majorité de la population est largement exclue du processus de croissance économique (c’est-à-dire des centaines de millions d’hommes).

En France, en 2010, 10 % de la population recevait plus de 33 % du revenu national total, alors qu’aux États-Unis, 10 % de la population possède plus de 47 % du revenu total.

Thomas Piketty explique également l’origine de cette grave inégalité dans la répartition des richesses, ramenant la cause à la différence entre le rendement du capital (r) et le taux de croissance de l’économie, c’est-à-dire du revenu national (g), sur une base annuelle.

En ce sens que si r > g, la part du revenu en faveur du capital est supérieure au taux de croissance (g), donc l’accumulation de la richesse devient un multiple du taux de développement du revenu (g), accroissant ainsi les inégalités entre le revenu du travail et le revenu du capital. Ce dernier absorbe en effet la plus grande part de la richesse produite par la Nation avec l’expropriation des classes ouvrières du fruit de leur propre travail.

Par conséquent, chaque fois que le taux de rendement du capital (r) dépasse le taux de croissance de l’économie nationale (g), la différence de richesse entre la classe des capitalistes et celle des travailleurs est accentuée.

La chose elle-même est facile à comprendre. Mais dans quels contextes et à quels moments l’inégalité r > g perverse et injuste a-t-elle été déterminée ?

C’est là que la confusion et l’incertitude sont vraiment incroyables !!!

Et en fait, Piketty démontre qu’au niveau mondial de l’année 0 de l’ère chrétienne à 2 010, le taux de rendement du capital (r) a toujours été supérieur au taux de croissance de l’économie (g).

  • En particulier, au premier millénaire, contre un taux de développement (g) d’un peu plus de 0 %, le taux r (rendement du capital) assumait des valeurs d’environ 4,5 %.
  • Il en est de même dans l’intervalle de 1 000 à 1 700.
  • Entre 1 700 et 1820 le taux de croissance a augmenté jusqu’à environ 0,5 %, tandis que le rendement du capital présumait des valeurs d’environ 5 %.
  • Au cours de la période comprise entre 1 820 et 1 913, g était égal à 1,5 %.
  • De 1 913 à 1 950, g était juste inferieur à 2 %.
  • Il faudra attendre les années entre 1 950 et 2 012 pour atteindre un taux de croissance annuel d’un peu moins de 4 %, avec un taux de rendement du capital de plus de 5 %.

Les premières conclusions nous apprennent qu’au cours des 2 000 dernières années, le capital a dominé la planète entière, absorbant la valeur du produit résultant du travail de milliards d’hommes, les laissant vivre dans des conditions de pauvreté et d’indigence économique, sanitaire, hygiénique et morale indescriptibles. Et en fait, pendant toute l’ère chrétienne, le taux r (rendement du capital) a toujours été plus élevé que g (taux de développement de l’économie). Et ce, même après la révolution industrielle tant vantée du XVIIIe siècle, un espoir largement déçu pour des milliards d’individus dans toute la région planétaire, jusqu’à ce jour.

Piketty propose dans ce livre des solutions intéressantes au problème, tant en termes de politique économique que de politique fiscale, mais il est clair qu’il faudra changer le climat politique mondial si nous voulons enfin surmonter la question de la pauvreté pour la majorité de la population mondiale.

About Author

First a researcher and then professor of finance and banking in several Italian universities. Manager of various credit institutions and financial companies. He is currently studying and researching between Israel and Europe.

Leave A Reply