« La Théorie de la valeur et de la monnaie: Un nouveau modèle de développement économique et de gouvernance » D.Yerushalmi.

0

The Global Review a publié, du mois de mars 2018, dans la section Livres et Mémoires, le volume inédit du chercheur israélien David Yerushalmi dans sa traduction en italien, avec le titre éloquent « La Théorie de la valeur et de la monnaie. Un nouveau modèle de développement économique et de gouvernance » (copyright Karen Hayoun-Israël).

L’érudit en sciences économiques et financières ne peut qu’être impressionné par la lecture et l’étude de ce volume.

Le fait est que l’Auteur narre les événements économiques et monétaires-financiers de notre temps avec une analyse efficace basée sur la pensée essentielle ainsi que sur l’absence totale d’influence du raisonnement, qui conditionne trop souvent l’objectivité des études de nombreux auteurs ; un phénomène bien connu de certains et appelé « capture adaptative ».

Le livre est accompagné d’une analyse qui se réfère essentiellement à la plupart des développements et des conclusions théoriques des derniers siècles, depuis David Hume et Adam Smith jusqu’aux auteurs contemporains les plus célèbres avec de plus, une bibliographie de plus de 500 ouvrages.

Les conclusions inédites de l’analyse de David Yerushalmi assument un concept presque révolutionnaire ou du moins sincère, si l’on veut laisser entendre que certains chercheurs de qualité et de compétence scientifique incontestables ont volontairement détourné l’attention des phénomènes représentés avec efficacité et simplicité par notre auteur.

La première conclusion définit l’inflation comme un phénomène économique et non monétaire. L’analyse vise à démontrer l’absence de fondement de la distinction souhaitée par la littérature entre le moment économique et le moment monétaire-financier, considérant ce dernier comme une simple représentation « nominative » de la richesse, définie comme réelle uniquement par référence aux biens et aux services économiques.

Yerushalmi affirme et démontre avec une approche d’analyse difficilement contestable que la monnaie représente un type de richesse, qu’elle absorbe au moment de son émission par l’achat des services économiques (biens et services) et lors de la phase de distribution de la richesse créée dans les entreprises.

Une réduction de la circulation de la monnaie par décision de l’autorité de contrôle représente « … une soustraction (indue) de la richesse produite et circulant sous forme monétaire… qui ne peut que nuire à la communauté… profitant (théoriquement) à la Banque centrale qui absorbe une valeur en la possession légitime du public ».

Poursuivant cette approche, l’auteur renvoie la cause de l’inflation (comprise comme une augmentation des prix des biens sans augmentation réelle des avantages économiques contenus) à un libre choix de la politique commerciale des entrepreneurs, qui poursuivent toute opportunité de marché propice pour augmenter les prix dans le seul but de réaliser des profits plus importants. Et en fait, une augmentation des prix sans modifier la teneur qualitative réelle du produit nécessite, pour acheter ces mêmes « utilités », une dépense monétaire supérieure, à savoir une valeur plus importante (représentée et comprise dans le prix). L’augmentation des recettes (monétaires) unitaires pour les mêmes produits est la preuve indirecte que la monnaie est un type réel de valeur produit et circulant dans l’économie.

Il s’ensuit la conséquence logique, que le véritable remède à l’inflation est une activité rigoureuse et logique de contrôle du processus de formation des prix dans les entreprises.

Au contraire, la prétention à contrarier les variations du mètre monétaire par une politique de resserrement du crédit à travers une restriction de la liquidité du système a pour seul effet de contrecarrer au développement, en raison du ralentissement qui accompagne l’augmentation de la productivité des entreprises qui est à la fois une source de chômage croissant et une réduction du revenu disponible des classes populaires sans aucune certitude une réelle maîtrise de la hausse des prix.

Cela ne peut être le cas que si cette politique commerciale coïncide avec les objectifs de profit maximum du capitaliste, sans exclure la possibilité d’une augmentation des mêmes prix si les conditions du marché le permettent, comme c’est souvent le cas en cas d’inélasticité de la demande pour certains biens ou de hausse des prix de certaines matières premières et sources énergétiques importées (stagflation).

L’Auteur affirme que la domination des politiques monétaires a pour seul but de redistribuer la richesse « de bas en haut » (des moins bien nantis aux riches et en position de suprématie).

La seconde conclusion est qu’on ne peut pas renoncer à une réglementation, au moyen d’une législation spécifique, du processus de distribution de la valeur produite dans les entreprises.

Les capitalistes nient aux travailleurs les règles les plus élémentaires d’équité et de dignité dans la disponibilité des ressources économiques produites, malgré le fait que le revenu est essentiellement le résultat du « travail » et que la technologie ne peut que développer la capacité productive de la main-d’œuvre, sans jamais pouvoir remplacer complètement l’action humaine. Pour d’autres aspects, le progrès technologique lui-même est le résultat de l’intelligence appliquée humaine et donc le résultat du travail économique.

Dans l’attribution de la valeur, le facteur humain (la main d’œuvre) doit assumer la centralité et la prééminence, sinon le capital absorbe la richesse et les revenus légitimement détenus par les producteurs, à savoir les classes populaires.

D’où la nécessité pour les dominateurs d’opprimer le peuple sous toutes ses formes, afin de persister dans le gigantesque système d’exploitation en place, se nourrissant du « sang » des masses.

Le problème de la pauvreté économique répartie sur l’ensemble de la planète tire son origine du mécanisme économique injuste et pervers en place, selon lequel les capitalistes (entreprises) sont en mesure de contrôler les prix et les salaires, c’est-à-dire

  • la part de la valeur produite attribuée comme part des bénéfices et le niveau réel des salaires, et donc
  • la relation entre salaires monétaires et les prix.

La troisième conclusion est représentée par le renversement total de la théorie du développement, qui dans la littérature économique (avec peu de différences d’approche non confirmées) est essentiellement basée sur l’augmentation du facteur technologique (apport de capital) qui ne peut avoir comme conséquence qu’un chômage chronique même en présence d’un taux de croissance économique constant, puisque l’augmentation de la production due à la technologie ne garantit ni une augmentation du personnel employé ni une augmentation du salaire unitaire, alors que le profit est supérieur en cas de croissance des ventes et même parfois, de leur constance.

Yerushalmi, d’autre part, insiste sur la nécessité d’augmenter le niveau de production en absorbant la main-d’œuvre disponible et en reléguant le facteur capital (intrant technologique) à une « variable dépendante », en ce sens que le facteur intrant technologique ne doit être quantifié lorsqu’il est nécessaire d’augmenter la productivité que seulement après avoir assuré le plein emploi des travailleurs.

De cette façon, la croissance du revenu unitaire des masses et le bien-être économique qui en résulte sont assurés, en soutenant le développement de l’économie par la consommation avant même que le levier « investissements » ne soit utilisé.

Il est certain que le modèle de fonctionnement de l’économie proposé par l’Auteur exige un renversement de l’équilibre actuel du pouvoir ainsi que celui des structures politiques, financières et organisationnelles du système productif.

À cet égard, le lecteur sera surpris par l’approche que Yerushalmi utilise dans la réalisation de l’analyse, qui passe nonchalamment du niveau technico-économique au niveau dit « théosophique et spirituel », avec des déductions et des conclusions destinées à rassurer l’érudit attentif ainsi qu’avec un esprit libre de préjugés sur le fait que « … il est certain que le système actuel de distribution du pouvoir sera remplacé par un modèle économique et politique basé sur l’équité et le dépassement des perversions, dans le respect de l’ordre des choses…que les hommes de pouvoir le veuillent ou non…. ».

About Author

First a researcher and then professor of finance and banking in several Italian universities. Manager of various credit institutions and financial companies. He is currently studying and researching between Israel and Europe.

Comments are closed.