L’invincible ignorance de l’homme

0

Que sait l’homme sur lui-même ?  D’où vient-il et où va-t-il ?

Pour la plupart des individus, la “valeur” de l’existence est jugée par rapport à la possession de biens matériels. Ils ne savent rien du lendemain, et ne sont pas non plus intéressés par l’exploration de l’invisible par le biais d’une navigation avec l’esprit abstrait dans l’océan du “potentiellement connaissable”, que Platon appelait “le monde des idées”.

La science officielle ne regarde pas plus loin que le bout de son nez, prisonnière de deux facteurs :

  • l’approche d’analyse typique de la “méthode galiléenne”,
  • l’intérêt personnel du chercheur, trop souvent condescendant à l’égard des puissants de service.

Des exemples clairs en sont :

  • la science médicale et la pharmacologie qui s’y rapporte et qui rejette avec mépris l’approche holistique de la santé du corps, alors que les deux méthodes de recherche pourraient procéder en symbiose avec un succès inévitable ; ou
  • la science économique, qui développe souvent des théories totalement infondées dans le seul but de “propager” des vérités de complaisance utiles aux stratégies politiques des dirigeants en place.

La notion même d'”État de droit” est vide de contenu puisqu’aujourd’hui les nations sont organisées en fonction des intérêts dominants du régime, avec pour conséquence que ce qui dans un pays est considéré comme un crime punissable même de mort dans d’autres législations et cultures est une source d’applaudissements ! La loi des hommes n’est pas liée à la loi naturelle inscrite dans la conscience de chacun mais est source d’arbitraire.

Dans la société moderne, la règle du “plus intelligent” et du “plus fort” prévaut, dans un concept de compétitivité mal compris qui, tel qu’il est conçu, ramène l’homme à la condition animale, vaincu par des éons temporels sur le chemin de l’évolution.

L’humanité part à la dérive comme un navire sans radar ni gouvernail, suivant le flux des courants et essayant de s’opposer non pas pour corriger la direction vers un nouvel horizon conscient mais pour conquérir un plus grand bien-être économique, une plus grande liberté de se livrer à la luxure et à toutes sortes de plaisirs, et une plus grande domination sur les autres, dans le but de nier ce qui pour eux est considéré comme indispensable et inaliénable. Jusqu’à ce que quelqu’un de plus habile et de plus rusé ainsi que de plus violent et cruel assume la suprématie, écrasant à son tour les puissants dans une condition de misère et de dénuement dans laquelle ils se préoccupaient d’opprimer les autres.

Rien de différent de la société animale, dans laquelle la prédominance sur le groupe est caractérisée par des luttes mortelles continues jusqu’à la prédominance de l’individu qui assume le rôle de chef.

Homme, où vas-tu ? Dans la tombe, tes biens ne t’accompagneront pas, mais seulement les crimes et les abus de pouvoir commis contre ton prochain !!!

Pour la majeure partie de l’humanité, tout avertissement est vain, même s’il est lancé dans un élan de pitié sincère !

L’ignorance de l’homme le rend plus fou que l’animal, qui conserve une mémoire de groupe même s’il est dans un cadre d’une vie “instinctive” non guidée par la logique.

L’intelligence naturelle de l’être humain, véritable facteur de distinction avec la bête, est régulièrement annihilée et mortifiée dans un acte d’orgueil perpétuel et incorrigible.

Une preuve évidente en est l’approche des Textes sacrés : la pensée dominante les considère comme des contes de fées et des légendes pour enfants et fous, adaptés à une humanité archaïque et peu évoluée ; il est affirmé que les faits qui y sont racontés n’ont aucun fondement historique ni aucune validité philosophique. Mais peut-être quelqu’un peut-il témoigner qu’il a personnellement connu César, Octave ou Cléopâtre en personne ? Y a-t-il des trouvailles photographiques qui témoignent des guerres puniques ? Et quelles sont les preuves de la véracité des faits historiques relatés par Pline ? Alors, pour quelle raison éclairée les textes sacrés nous diraient-ils des “mensonges” ?

L’ignorance qui se transforme en folie !

Il fatto è che l’uomo si mostra uguale a se stesso da lunghi eoni di tempo, con le dovute eccezioni per i Santi ed i Geni.

Ed ecco allora che si rideterminano le medesime catastrofi distruttive delle civiltà pervertite e piegate su se stesse, azzerando l’opera umana e riconducendo ogni cosa all’inizio:

Le fait est que l’homme a été égal à lui-même pendant de longues périodes, à l’exception des saints et des génies.

Ainsi, les mêmes catastrophes destructrices des civilisations perverses et corrompues se sont redéterminées, remettant le travail humain à zéro et ramenant tout au début :

  • Ce fut donc ainsi avec le déluge, raconté dans la Sainte Bible avec le personnage de Noé ;
  • Et il y aura à nouveau une phase de destruction des sociétés, quoique de manière différente, si les humains ne se montrent pas capables de s’autocorriger et de changer de direction.

Les sociétés contemporaines nous rappellent l’aventure du plus grand bateau de croisière construit par l’homme jusqu’au début du XXe siècle, le Titanic : il voyageait à grande vitesse, et avec confiance et détermination, il s’est écrasé sur l’iceberg caché dans les eaux froides et sombres de l’océan.

Voici ce qui attend l’homme au tournant ; et non pour un coup du sort ou un jeu malheureux des “lois du hasard”, non !  Par la décision du Dieu unique et éternel, Créateur du ciel et de la terre, Roi des Rois, Père tout-puissant et de la Miséricorde infinie, mais au Jugement infaillible.

Quelqu’un nous a avertis il y a 2 000 ans et les prophètes avant même et à chaque époque.

 “…qui a des oreilles pour entendre entende…” (Évangile).

About Author

Comments are closed.