Dynamiser l’humanité pour la construction du Nouveau Monde

0

… ce n’est pas seulement du pain que vit l’homme… mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu…” (Évangile).

L’avertissement est clair : l’humanité se nourrit de deux formes d’énergie, le bien économique et la connaissance.

Premier point.  L’homme est une créature supérieure aux autres êtres de la nature en raison de son intelligence.

Le but du projet créatif est de conduire l'”Étincelle divine” en incarnation (Âme ou Monade) à l’état de contrôle parfait de sa propre nature matérielle – immanente – visible, de sorte que d’une condition initiale de “chaos” dans la matière on arrive à l’ordre, à l’équilibre et à  l’harmonie, conditions typiques de l’esprit.

La création entière est l’expression du “Feu Central” qui se “multiplie” dans la multiplicité: les innombrables “Étincelles Divines”, des Deva de la nature aux créatures des règnes végétal et animal, à l’homme, à l’Entité qui occupe le “Corps Planétaire” (l’Homme Céleste) et le Système Solaire (le Grand Homme du Ciel), aux Constellations jusqu’aux Galaxies et au Cosmos entier.

Le Grand Feu Central (le Dieu Immanent), le Second Logos expression du Premier Logos  (le Dieu Transcendant et Non Manifesté) se manifeste par le biais de la multiplicité, qui “… va de l’Esprit à la Matière…” comme une expression de la Force Unique qui s’exprime dans une myriade d’étincelles de divers degrés de conscience (conscience) et de pouvoir de manifestation. « …la matière (le TROISIEME LOGOS) est une condition de l’Esprit… » (H.P. Blavatsky, La  Doctrine secrète, Londres 1887).

Chaque Monade (Âme) est un point (Étincelle) du Feu Central en expansion, qui vise à se connaître lui-même et à connaître son pouvoir infini et son omniscience par l’expérience existentielle :

  • Un acte créatif, c’est-à-dire une représentation “programmée et méditée” de sa manifestation “… en dehors de lui-même…”. (Maya).

Chaque Entité est donc une “projection” du Père qui se divise en plusieurs avec différents degrés de conscience et de puissance, afin de pouvoir se développer à travers “l’expérience existentielle” de chaque Étincelle, c’est-à-dire le chemin évolutif qui, du chaos, mène finalement à l’ordre de la manifestation visible ; dont l’expression de la perfection est le prodrome du “retrait” du processus créatif, dans tous ses aspects divisés et considérés individuellement puis dans leur ensemble : L’éternité de l’Univers sur un plan infini, dans lequel des univers sans fin apparaissent et disparaissent sans cesse.

Selon ce postulat, l’homme se manifestera dans sa nature jusqu’à ce que l'”étincelle” (l’âme), qui est sa source, atteigne sa propre perfection dans cet état de manifestation particulier, par la représentation de l’homme intelligent et aimant.

Le même but est fixé par l’Homme Céleste qui se fixe la manifestation d’une vie planétaire “parfaite”, avant de retirer son existence en “incarnation” et d’éteindre la planète. Le même processus est vécu par le Logos solaire et l’entité qui occupe le corps galactique.

Par conséquent, l’origine de la Vie établit une relation étroite et conséquente dans la réalisation du processus créatif à travers différentes phases de mise en œuvre, qui sont nécessairement indissociables les unes des autres puisque la Création est l’expression de l’UN dans la multiplicité.

Pour atteindre ses objectifs de perfection, l’Homme Céleste doit nécessairement “entraîner” (au sens littéral du terme) avec Lui-même les innombrables vies planétaires de chaque Royaume de la nature vers une progression évolutive, qui postule la libération du chaos (désordre) et la mise en place de l’ordre. Donc aussi pour le système solaire et pour le cosmos entier : un seul grand organisme connecté “… en un seul souffle et en un seul acte existentiel…”.

L’axiome hermétique affirme “… Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas …” (Hermès Trismégiste, Corpus Ermeticum, âge pré-classique).

Il en découle que dans le dessein créatif, l’homme est important quoique dépourvu de pertinence, puisque sa position au sein du projet se situe aux niveaux inférieurs de la Hiérarchie : la réalité décrite veut que la tension principale du Logos Planétaire soit pour le “salut” de chaque homme, jusqu’à ce qu’elle contraste avec les objectifs généraux.

À cet égard, le Psaume 2 de David dit “… et maintenant tu veux dire Ô roi, l’admonition bienvenue, gouverneurs de la terre. Servez Dieu avec crainte et tremblement, baisez-lui les pieds, afin qu’Il ne se fâche pas et que vous périssiez sur le chemin, car en un instant Sa colère s’enflammera...”.

Deuxième point.  Le conte biblique qui raconte la légende de “l’arche de Noé” n’est pas seulement métaphorique ou “conte de fées” comme les fous de tous les temps osent le dire.

En vérité, à cette époque, la Quatrième Race régnait sur la planète, qui avait dérogé au Plan en raison d’une profonde perversion de la vie humaine, tant sur le plan personnel que social ; il était “inévitable” que la décision prise par le Logos de détruire toute la Race et la civilisation qu’elle avait produite, par le biais d’une immense catastrophe naturelle. (Blavatsky H. P., La  Doctrine secrète, précité).

Le chemin de l’évolution se répète à des degrés de plus en plus élevés, en ce qui concerne la manifestation de la “conscience”, le véritable but de l’évolution. La croissance se manifeste donc dans une sorte de “spirale” divine qui conduit les créatures, expression d’êtres divins en incarnation (l’étincelle), vers des stades de conscience supérieurs à travers diverses vicissitudes et recours historiques.

Le chemin comprend des étapes spécifiques de manifestation de la nature humaine.

Dans une première phase (primitive), il y a la nécessité de développer chez les individus la conscience du milieu de vie, pour une maîtrise totale des contingences existentielles liées à la survie de la race. Ces mécanismes sont facilement identifiables également par l’observation des différentes espèces animales, jusqu’aux mammifères et primates supérieurs.

La centralisation de l’homme dans la pensée concrète et rationnel le passe par la phase où l’individu vise à dominer l’environnement existentiel ; elle fait suite à un fort égocentrisme, à l’avidité de possession, aux attitudes prévalant sur les autres, à la cruauté et à toutes sortes de crimes dans le seul but de posséder et d’accumuler des richesses. Dans cette phase de développement, il existe un fort sentiment de séparation du groupe qui crée un sentiment d’isolement et de solitude, source de nombreux maux sociaux. Résultat : une prédominance des passions et des instincts, que l’homme a hérités du règne animal. (Voir The Global Review Davide Aronne).

La situation décrite est celle d’aujourd’hui.

Ce moment du cheminement évolutif doit nécessairement atteindre un but :

l‘éveil de l'”esprit abstrait”, d’où provient l'”intuition”, l’inspiration de l’artiste, du philosophe, du chercheur scientifique, du mystique et du génie. C’est l’aube de “l’homme vrai”, intelligent et aimant avec une forte conscience de groupe.

Le fait est que dans certains cas, l’humanité s’attarde sur la phase égocentrique et perverse, dont découle le chaos social et économique, avec de fortes inégalités principalement en matière de répartition des richesses et de répercussions négatives sur le collectif en termes de développement de la science et de la technologie, qui restent l’apanage de quelques-uns : les dominateurs.

Ils se trouvent dans des positions de suprématie, non pas en vertu de leurs talents et de leurs capacités, mais en vertu des avantages et des privilèges de la naissance et de la caste, parfois même du hasard, ce qui les met dans une position de prévarication de leurs semblables par toute forme d’iniquité et de domination. Ces personnes excellent dans la norme en matière de criminalité et de perpétration de toutes sortes de crimes, avec une impunité certaine et substantielle car elles gèrent de manière indiscriminée et personnelle le pouvoir politique, économique et judiciaire.

La situation décrite impose à l’humanité un “retard” sur le chemin de l’évolution car elle s’attarde sur la manifestation des instincts animaux, au lieu de procéder au développement d’une sensibilité de groupe qui manifeste la solidarité, le sauvetage, la coopération, la véritable méritocratie.

Souvent, en raison de l’histoire évolutionnaire spécifique de chaque planète, cette condition de “retard” est induite par un groupe d’hommes évolués qui développent leur propre chemin de croissance spirituelle et de conscience sur la ligne de  Force de la Main Gauche. (Voir le précédent ouvrage de l’auteur dans The Global Review).

Troisième point.    Le lecteur doit comprendre que le projet créatif prévoit l’action de deux Forces principales dans la manifestation, qui chacune pour elle-même joue son rôle dans la réalisation du Plan et dans le traçage du “chemin de retour” à la “Maison du Père”.

Dans ces Forces prévaut l’une des deux principales “énergies” en jeu dans le processus créatif, bien que toutes deux soient présentes dans leur action à des degrés différents : celle du Mahat et celle du Bouddha.

Dans la première (Mahat-gauche), l’aspect de la manifestation – matière- immanence- illusion- esprit concret prévaut, par lequel ces Forces développent une “puissance” croissante sur le plan physique en dirigeant les innombrables combinaisons possibles du visible et du contingent ; Grâce à cette compétence, cette Hiérarchie effectue un voyage “à rebours” vers la Maison du Père.

Métaphoriquement, leur position évolutive est représentée par une croix (cosmique) renversée, c’est-à-dire avec la “tête” tournée vers le bas et les “pieds” tournés vers le haut.

Ainsi, ces étincelles évolutives sous forme humaine tirent une plus grande force d’une société qui s’attarde sur l’aspect matériel de l’existence,, d’où il découle que leur action vise principalement à “tenter” les hommes et à les plonger dans le “péché”, retardant ainsi leur évolution en raison des rouages de la Loi Cosmique du Karma, qui impose la nécessité de subir la “réaction” suite à l’acte volontairement commis, avant de pouvoir passer à une spirale supérieure. C’est-à-dire que les hommes coupables de crimes et de délits contre d’autres individus devront nécessairement subir les mêmes actions, dans la norme dans des incarnations successives, établissant un “cercle vicieux” qui retarde le chemin de l’évolution.

C’est la situation d’aujourd’hui et aussi celle de la période dite de l'”Atlantide”, à laquelle se réfère le “mythe” de l’Arche de Noé. 

Malgré cela, il existe une différence substantielle : dans les sociétés actuelles, une partie de l’humanité est sensible à la Force du Bouddha, exprimée par la Main Droite, bien que pour une plus petite proportion d’individus en incarnation. Cette circonstance est “suffisante” pour que les Forces Cosmo-Planétaires qui dirigent l’évolution de notre planète puissent intervenir pour interrompre la situation de “stagnation” du Mahat, avec les conséquences indésirables d’une société humaine en plein chaos, se détruisant elle-même et détruisant l’environnement naturel. (Aivanhov O. M., La Balance cosmique: la science de l’équilibre).

Et donc, la décision prise prévoit le retrait de la Force sur la ligne de gauche avec accentuation de celle sur la ligne de droite jusqu’à la prévalence : la Force du Christ cosmique qui est métaphoriquement représentée par une “croix” droite.

Cette énergie détermine un processus d'”abstraction” progressive des hommes de l’immanence, avec une forte atténuation de l’égocentrisme et de la manifestation de la conscience de groupe. C’est l’aube de l’apparition du “vrai homme” intelligent et aimant avec un fort développement de la pensée abstraite.

Le fait est qu’environ deux tiers de l’humanité ne sont pas encore prêts pour cette phase de transformation de leur propre manifestation, s’étant attardés au-delà de toute mesure  imposée dans le “Mahat”.  Il en résulte un processus inévitable de “séparation”, le Jour du Jugement . 

Les étincelles (les âmes) encore trop sensibles au pouvoir de l’esprit concret et de l’égoïsme seront retirées du “circuit” planétaire de l’incarnation, laissant le champ libre aux entités plus évoluées qui sont déjà prêtes pour la manifestation d’une existence dans laquelle l’énergie  Bouddha prévaut, c’est-à-dire l’altruisme, la solidarité, l’aide et la coopération.

À cet égard, un Maître de l’humanité a dit : ” …le Royaume de Dieu est comme un champ de blé….  Au moment de la récolte … l’ivraie est séparée du blé … la première est brûlée dans le feu tandis que le blé est placé dans la grange …” (Le Christ, les Évangiles).

Les “Étincelles” ont évolué dans la lignée de la Main Gauche et sont actuellement en position de suprématie sur la planète, elles résistent naturellement, afin de retarder le processus de changement qui est de toute façon inéluctable étant une décision prise par le Logos Planétaire (le Père qui est aux Cieux).

C’est là la véritable origine du terrible chaos, du désordre et de la perversion dans lesquels la société humaine de toute la planète est plongée depuis quelques décennies ; un phénomène déjà largement anticipé par les “prophètes” de toutes les religions, races et époques. Mais il semble que l’homme “… n’a pas d’oreilles pour entendre…” (Evangile).

Quatrième point.   Dans quelques décennies, une nouvelle société verra le jour, caractérisée par la solidarité mutuelle et la coopération, dans laquelle la compétitivité telle qu’elle se manifeste aujourd’hui sera inconnue et dans laquelle il y aura une véritable condition d’égalité des chances entre tous les hommes.

L’économie et la finance seront refondues par des individus de haute pensée et d’évolution dans la ligne du Bouddha (Main droite), afin d’éliminer la suprématie actuelle du capital sur le travail, source de toute iniquité dans la distribution des richesses.

On comprendra enfin le rôle de la monnaie, ce moteur de la société humaine qui transporte la nourriture à tout homme considéré comme la “cellule” du corps collectif. Les universitaires comprendront que l’argent est une forme d’énergie qui nourrit et développe l’humanité dans l’aspect matériel de son existence.

Dans ce processus de renaissance, une énergie encore plus essentielle s’avère nécessaire : la connaissance.

La puissance dominante opprime la population mondiale en la forçant à se livrer au Mahat et en lui refusant ainsi toute possibilité réelle de progrès.  La méthode est identique à elle-même depuis de nombreux siècles : répandre la pauvreté et l’ignorance.

  • La première, par une répartition systématique et inégale des richesses entre les différentes classes sociales, avec la prédominance d’un petit nombre en position de suprématie absolue.
  • La seconde, à travers la propagande du régime, la désinformation méthodique et la diffusion de mensonges, grâce à la dissimulation de vérités scientifiques comme celle que nous vous racontons. L’absence de véritable connaissance rend l’homme “inconscient” de son essence et de son origine réelles, de sa relation avec l’environnement planétaire mais surtout de sa véritable nature et de son énorme potentiel.

L’ignorance “éteint” dans l’humanité la conscience de sa propre dignité insurmontable et de sa liberté naturelle, qui rend l’homme supérieur à toute autre créature planétaire principalement en raison de sa capacité à aimer et à développer une pensée abstraite.

L’homme aimant et intelligent ne peut pas être contrôlé par un régime qui opprime et prive les individus de leurs prérogatives naturelles ; c’est pourquoi la politique dominante est axée sur la désinformation et la dissimulation de la vérité. “…la vérité vous rendra libre…” (Évangile).

Cela requiert pour l’humanité un profond processus de “dynamisation”, à mettre en œuvre en surmontant la pauvreté et l’ignorance des masses.

Le moment est venu et aucune force sur la planète ne peut s’y opposer : “…la terre a donné ses fruits…”. (Psaumes).

About Author

graduated from Harvard University in literature and philosophy of art. Professor of Moral Philosophy at the University of New Delhi, he studies and researches the most current themes of literature and modern art, highlighting its content and its links with the inner and outer life of humanity today.

Comments are closed.